Inventions Musulmanes du Moyen Âge

Discussion dans 'Bibliothèque Wladbladi' créé par titegazelle, 27 Septembre 2012.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

    I
    nventions Musulmanes
    du Moyen Âge


    Un nombre d'inventions bien antérieures à l'Islam ont été parfois reprises durant le Moyen Âge dans le monde musulman constitué d'un ensemble d'États qui s'étendaient de l'Espagne, l'Afrique à l'Indus. Les inventions citées ici ont été découvertes par les savants perses, arabes, wisigoths, turcs, et très rarement améliorées, durant l'âge d'or islamique qui s'étend de la période des premiers califes au VIIIe siècle à la veille de la prise de Bagdad au XIIIe siècle, période où les musulmans étaient ultra minoritaires dans toutes ces régions.


    Chimie

    Les premières formes de distillation sont connues dès l'époque babylonienne, grecque ou égyptienne durant l'Antiquité, mais c'est avec les découvertes des chimistes musulmans que la technique de distillation pure est reprise avec laquelle il devient possible d'obtenir une substance chimique pure. Différentes techniques proches comme la distillation sèche, l'entraînement à la vapeur et des appareils de distillation comme l'alambic ou la cornue dont le principe existait déjà bien avant, et que les Grecs et les Thraces connaissaient (le mot alambic vient du grec tardif ambix, vase), sont à nouveau utilisées, après les principales guerres islamiques de conquête.

    Procédés chimiques

    Aucun des procédés chimiques suivants n'a été mis au point par des chimistes musulmans, mais tous lui sont bien antérieurs de plus siècles :

    Cération, Lavage, Mélange
    Distillation sèche
    Purification,
    L'entraînement à la vapeur, repris par Avicenne au début du XIe siècle, mais antérieur de plus mille ans.

    Substances chimiques

    Éthanol : isolé par les chimistes arabes.
    Cérusite : isolé par Jabir Ibn Hayyan.
    Substances médicales : les chimistes musulmans découvrent environ 2 000 substances.
    Acides
    • L'acide carboxylique : Jabir Ibn Hayyan isole l'acide acétique du vinaigre. On lui attribue aussi l'isolation de l'acide citrique composant acide des agrumes.
    • L'acide minéral : les acides minéraux comme l'acide nitrique, l'acide sulfurique ou l'acide chlorhydrique sont isolés par Jabir Ibn Hayyan.
    L'acide carboxylique : Jabir Ibn Hayyan isole l'acide tartrique
    Autres éléments
    Arsenic : isolé par Jabir Ibn Hayyan
    Antimoine : isolé par Jabir Ibn Hayyan
    Nourriture et boissons

    Café : Bien que connu en Éthiopie depuis plusieurs millénaires, c'est avec son adoption par les tribus yéménites du sud de la péninsule arabique que la boisson se répand à travers le monde. Il est alors appelé Kahawah, qui signifie «revigorant». Les données archéologiques disponibles aujourd’hui suggèrent que le café n’aurait pas été domestiqué avant le XVe siècle : le processus d'élaboration de la boisson, long et complexe, explique peut-être la découverte tardive des vertus des graines de caféier, au premier abord peu attractives.
    Confiserie : Au cours de la révolution agricole musulmane, des entrepreneurs arabes ont adopté les techniques de production de sucre indiennes et les ont affinées, les transformant en une grande industrie. Les Arabes ont créé les premières raffineries, usines et plantations ce qui permet la fabrication des premières confiseries.
    L'alcool distillé et l'éthanol isolé par Al-Kindi au IXe siècle à des fins médicales.
    Séparation des plats : Les premiers restaurants apparus en Chine au Xe siècle arrivent dans les pays musulmans au XIe siècle et le principe était de payer en échange de différents plats préparés. Ces restaurants sont mentionnés par Al-Maqdisi au milieu du Xe siècle. Ziriab introduit en Espagne musulmane, le principe d'un repas en trois plats composés d'une soupe, d'un plat principal et d'un dessert.


    Industrie pétrolière

    • Huiles essentielles : Les alchimistes chaldéens et les autres peuples de la Mésopotamie connaissaient déjà au IIe millénaire av. J. C. une forme primitive de distillation de ces huiles, qu'ils utilisaient pour préparer les parfums. Puis au Ier siècle de notre ère, les alchimistes grecs l'utilisent couramment, mais c'est surtout la demande croissante en liqueurs au Bas-Empire qui entraîne le développement des distilleries. On attribue à Hypatie l'invention d'une méthode de distillation, tandis que la première description précise d'une distillerie est due à Zosime de Panopolis au IVe siècle. Avicenne cite ces travaux au XIe siècle.
    • Kérosène : C'est le savant musulman d'origine persane "Al-Razi" qui a décrit dans la langue codée de son "Livre des Secrets" la distillation du pétrole permettant d'obtenir du kérosène.
    Industrie pétrolière, naphta, goudron : Le pétrole est connu et utilisé depuis la plus haute Antiquité. Il forme des affleurements dans les lieux où il est abondant en sous-sol ; ces affleurements ont été utilisés de nombreuses façons : calfatage des bateaux, ciment pour le pavage des rues, source de chauffage et d'éclairage, et même produit pharmaceutique.

    Une industrie pétrolière archaïque est établie au VIIIe siècle lorsque les rues de Bagdad sont enfin pavées avec du goudron, un dérivé du pétrole. Au IXe siècle, les champs pétrolifères de la région de Bakou en Azerbaïdjan sont exploités pour extraire du naphta. Al-Masudi les décrit au Xe siècle et Marco Polo au XIIIe siècle.


    • Essence : Les alchimistes chaldéens et les autres peuples de la Mésopotamie connaissaient déjà au IIe millénaire av. J. C. une forme primitive de distillation, qu'ils utilisaient pour préparer les parfums. Puis au Ier siècle de notre ère, les alchimistes grecs l'utilisent couramment, mais c'est surtout la demande croissante en liqueurs au Bas-Empire qui entraîne le développement des distilleries. On attribue aux chimistes musulmans l'essence à partir du pétrole.

    Poterie

    Albarello : Type de vase de pharmacie en faïence, en forme de cornet, conçu à l'origine pour contenir des onguents apothicaires et des plantes médicinales séchées. Le développement de cette forme de vase prend racine au Moyen-Orient avant l'islam, puis est apporté en Italie au XVe siècle par les marchands vénitiens. Sa forme était déjà connue au XIe-XIIe siècle en Iran puis en Syrie, pays où l'islam est resté minoritaire jusqu'au XVIIe siècle. À partir du XIVe siècle, les albarelles et les vases balustres devinrent une spécialité des ateliers syriens et furent largement exportées vers l’Italie (remplis d’épices et de produits de pharmacopée), comme en témoignent les inventaires des princes. Leur forme connut un important développement en Occident à partir de la Renaissance, comme en Espagne et en Italie avec la céramique de Faenza et d’Urbino aux XVe et XVIe siècles. Le décor de ce type d’objets est généralement varié et présente fréquemment des motifs zoomorphes, parfois avec des personnages masculins, ce que l'islam interdit.
    Céramique siliceuse : Connue au Proche-Orient depuis l'Antiquité. On ne doit pas à Abou al Qasim la fixation du ratio des différents éléments, (où ? quand ?), celui-ci étant médecin.
    Faïence hispano-mauresque : Le mot "faïence" vient du nom de la ville de Faenza (aujourd'hui en Italie) où la faïence a vu le jour. Ce style de poterie a été développé durant l'Espagne musulmane.
    Céramique d'Iznik : Produite par les chrétiens grecs et arméniens de la ville de Nicée plusieurs siècles avant l'invasion et la colonisation ottomane au début du XVe siècle, elle "va connaître un lent déclin de son inventivité et de sa qualité de fabrication.

    Génie civil

    Durant la révolution agraire musulmane, l'empire arabo-islamique a rarement conservé des techniques de gestion de l'eau, ce qui ne permit pas d'améliorer les rendements agricoles, mais fit de milliers de km2 de nouveaux déserts. Al-Jazari décrit plus de 1000 ans après, au début du XIIIe siècle, une grande variété d'outils utilisant la force de l'eau comme les noria, machines hydrauliques mues par un manège, déjà parfaitement connus et réalisés par les Romains, car l'irrigation était une nécessité déjà ancienne dans ces régions semi-arides. Elle sert à élever de l'eau et fonctionne suivant le principe du chapelet hydraulique. C'est une grande roue à ailettes installée sur un cours d'eau et actionnée par le courant.

    • Lampe à pétrole : Dès l'Antiquité, l'éclairage à l'huile minérale (naphte) est cité comme pratique courante en Mésopotamie. Une forme rudimentaire de lampe à pétrole est décrite par Muhammad ibn Zakariya Razi au IXe siècle, plusieurs millénaires après.
    • Gestion des déchets : Le traitement des déchets est une action naturelle des populations. Les résidus d’artisanats étaient récupérés (métaux refondus, vieux chiffons et puis papiers pour la pâte à papier, etc.), le reste n’était qu’organique (c'est-à-dire composé de matière naturelle et rapidement biodégradable) et venait en campagne compléter les engrais ou la nourriture des animaux, tandis qu’en ville les caniveaux ou autres terrains vagues récoltaient des détritus peu polluants.
    Cordoue disposera d'un système de collecte et de gestion de déchets 1200 ans après Rome.


    Architecture

    • Arabesques : L’arabesque est un ornement de peinture, sculpture, gravure ou mosaïque répétant des symétries stylisées qui évoquent des formes de plantes, plus rarement d'animaux (la représentation de ces derniers étant interdite en Islam). Les écrits des mathématiciens Al-Abbas ibn Said al-Jawhari, Al-Khawarizmi, Abu l-Wafa, Ibn Mu?adh al-Jayyani qui ont permis de déterminer la direction de la Qibla, avec 200 km d'erreur, mais aussi les heures de prière ou de jeûne du Ramadan, de janvier à décembre, poseront les bases de la géométrie arabe et de l'art islamique.
    • Mécanisme d'alimentation en eau : Al-Jazari reprend au XIIIe siècle un système permettant de réaliser l'approvisionnement en eau grâce à des engrenages et la force de l'eau elle-même. Le mécanisme alimentera les mosquées de Damas et les Birmistans (hôpitaux). L'eau arrive d'un lac et traverse un moulin à eau et par un système d'engrenages, puis est transportée dans des seaux qui fournissent les établissements.
    • Jardin de toiture : un exemple médiéval est celui de la ville égyptienne de Fustat, qui disposait déjà un certain de nombre de bâtiments élevés surmontés de jardins)
    • Minaret : Le minaret est un bâtiment couplé avec une mosquée. Le plus haut minaret du Moyen Âge est celui de Qûtb Minâr en Inde, construit pour faire mémoire de la colonisation de l'Inde, puis surélevé par un architecte hindou en 1368. Il avait une hauteur de 80 mètres avant qu'il ne s'effondre. Il mesure actuellement 72,5 mètres et est encore aujourd'hui le troisième mondial.


    Moulins

    Le monde islamique utilisera une grande variété de moulins et industries comme des foulons, roue à aubes, décortiqueuse mais aussi des papeteries dont la technique inventée par les Chinois, est transmise aux Arabes au VIIIe siècle, scieries, des bocards, des aciéries, raffinerie de sucre où encore des Moulins à vent qui se répandent dans le monde musulman. Ces avancées ont permis l'automatisation et l'allègement des corvées qui nécessitaient l'utilisation de la force humaine ou d'un animal.

    • Volant d'inertie : au XIe siècle l'agronome Ibn Bassal décrit dans son livre Kitab al-Filaha le mécanisme du volant d'inertie utilisé pour un moulin à eau, la saqiya.
    • Moulin à vent : les premiers moulins à vent apparaissent dès le Ie siècle mais la technique est améliorée au IXe siècle comme le relate le géographe perse Istakhri bien qu'une anecdote implique le second calife Omar ibn al-Khattâb au VIIe siècle. Les moulins à vent servaient à moudre des céréales, broyer, piler, pulvériser diverses substances, presser des drupes ou écraser des olives pour produire de l'huile, ou même pour actionner une pompe, par exemple pour l’irrigation.
    Ils existaient toujours en Perse au Xe siècle et dans le monde islamique et au XIe siècle, XIIe siècle ils se mécanisent.

    • Bocard : Les premiers brocards apparaissent au XIIe siècle dans le monde musulman.
    • Raffinerie de sucre : Les premières raffineries de sucre sont construites en Inde où on a découvert comment purifier et cristalliser le sucre pendant la dynastie des Gupta vers l’an 350. Elles sont au départ actionnées par la force de l'eau et ensuite, quand les musulmans adopteront les techniques de production de sucre indiennes, vers le IXe siècle et Xe siècle par le vent, essentiellement dans la région du Pakistan et de l'Iran actuel.



    Cosmétiques

    Parallèlement au développement de la chimie, un grand nombre de produits cosmétiques sont développés par les savants arabo-musulmans.

    Hygiène

    • Salon de beauté : Au début de l'ère chrétienne, les Carthaginois connaissaient déjà la pince à épiler mais utilisaient également la résine comme crème dépilatoire. Au IXe siècle un salon de beauté et école de maquillage pour femmes, tradition plurimillénaire dans toutes les civilisations, est ouvert par Ziriab en Espagne islamique et met au point une crème dépilatoire de composition inconnue.
    • Pommade : C'est en Égypte pharaonique que sont apparues les premières pommades à base d'excréments de crocodile, pour essayer de parer aux conséquences indésirées des rapports amoureux.
    • Savon : les premiers savons fabriqués à partir d'huiles naturelles (comme l'huile d'olive), huiles aromatiques (thym) ou encore soude sont développés un millénaire avant notre ère, par les Phéniciens qui exportent le savon et le fabriquent à partir d'huile d'olive et de soude végétale, plus de 1500 ans avant l'islam. Ils diffèrent des anciens savons qui utilisaient du détergent. L'utilisation de produits végétaux permet depuis 2500 ans de jouer sur sa couleur et sa forme liquide ou solide.
    • Dentifrice : La première référence à une forme de dentifrice se trouve dans un manuscrit égyptien datant du IVe siècle av. J. C., qui mentionne une mixture à base de sel, de poivre, de feuilles de menthe et de fleurs d'iris. Au IXe siècle le musicien perse Ziriab met au point une formule inconnue permettant de produire du dentifrice en jouant de la musique. Bien que le dentifrice soit connu dès l'Antiquité et notamment par les Romains qui utilisaient eux de l'urine ou bien des cendres, celui de Ziriab avait la qualité d'avoir un bon goût tout en blanchissant les dents, 1300 ans après les Égyptiens.

    Parfums

    Le parfum, connu dès l'Antiquité, est utilisé dans toute la Méditerranée par les Égyptiens ou les Romains, mais de nouveau, les avancées et les innovations en chimie permettent la fabrication de nouveaux produits et senteurs. Le chimiste Al-Kindi en développera une grande quantité.

    • Industrie du parfum : Initié par les Égyptiens et les Mésopotamiens, l'industrie du parfum s'enrichira de techniques comme la distillation, l'évaporation ou la filtration qui permettent d'extraire l'odeur des plantes qui sont utilisées pour produire un liquide parfumé.
    • Déodorant : Au IXe siècle, Ziriab invente un déodorant parfumé (?). Abulcasis améliore le concept en donnant une forme proche aux déodorants à bille moderne (?).
    • Ghaliya : Al-Kindi produit un parfum nommé ghaliya contenant du musc et de l'ambre entre autres, à peine 3000 ans après les mésopotamiens.


    Institutions

    • Hawala : un Hawala est un système traditionnel de paiement informel distribué. Il est mentionné depuis le VIIIe siècle dans les textes de fiqh (science du droit musulman). En Asie du Sud il s'est développé en un système bancaire complet, seulement remplacé progressivement par le système bancaire classique depuis le XXe siècle.
    • Université : La plus ancienne université encore en activité est celle de d'Al Quaraouiyine au Maroc fondée en 859 et celle d'Al-Azhar vers 970.
    • Observatoire astronomique : l'innovation et le développement de l'astronomie arabo-islamique permet l'ouverture des premiers observatoires astronomiques en Irak au IXe siècle qui fonctionnaient à la manière d'un véritable institut de recherche composé d'un directeur et d'astronomes professionnels disposant d'outils dédiés. D'autres centres d'observation verront le jour comme l'observatoire d'Istanbul.


    Établissements médicaux

    • Pharmacie : La première pharmacie est ouverte à Bagdad en 754. Abu Al-Qasim écrit le Kitab al-Tasrif La méthode en médecine), ouvrage majeur d’Abu Al-Qasim en trente volumes couvre de nombreux domaines, dont les soins dentaires et l’accouchement, y ajoutant de nombreuses données personnelles issues de près de cinquante ans de carrière. Il souligna dans son ouvrage l’importance d’une relation médecin/patient positive et écrivait avec affection au sujet de ses étudiants, qu'il appelait «mes enfants». Il insistait également sur l’apport des soins sans se soucier des différences de statut social. Il était partisan de l’observation approfondie de chaque cas afin de pouvoir établir le diagnostic le plus précis possible, et donc préconiser le traitement le plus adapté.
    • Écoles médicales : Le Bîmâristân n'était pas uniquement un hôpital mais était aussi apte à fournir des diplômes à ses élèves. La première institution de ce genre est ouverte à Bagdad durant le règne de Harun al-Rashid et en 872 un établissement du même type ouvre ses portes au Caire.
    • Hôpital : À l’âge d'or de la civilisation islamique médiévale, c'est au nom de Bimaristan qu'était désigné un hôpital et au sens moderne du terme, un établissement où les malades étaient accueillis et pris en charge par un personnel qualifié. Ainsi, les médecins musulmans ont été les premiers à établir une distinction entre un hôpital et les différents types d’accueil comme les temples de guérison, temples de sommeil, Hospices, Asiles, Lazaret et Léproseries qui, dans l’Antiquité répondaient davantage à une préoccupation d’isoler les malades et les fous de la société" plutôt qu’à celle de leur offrir l’espoir d’une véritable guérison." Les Bimaristans médiévaux sont donc considérés comme les premiers hôpitaux au sens moderne du terme. Les premiers hôpitaux publics, les premiers hôpitaux psychiatriques, les Écoles de medicine et les Universités ont également été introduits par les médecins musulmans.



    Mécanique

    But des inventions mécaniques

    Le but des inventions mécaniques fait débat ; certains chercheurs estiment que les inventions mécaniques mises au point durant l'époque médiévale par les savants musulmans comme Banu Musa ou Al-Djazari n'étaient que des "jouets" et n'ont été inventées que dans le but de s'amuser. Un grand nombre de machines complexes comme des horloges et automates, des machines hydrauliques n'avaient aucune utilité concrète. Cependant bien que leur usage soit très limité dans la plupart des cas ils ont pour origine la demande d'un riche mécène qui contribuait financièrement à la réalisation de ces machines comme pour les horloges ou des mécanismes hydrauliques qui malgré tout pouvaient servir à la société. Al-Jazari tentait de rendre ses appareils esthétiques et utiles permettant notamment de connaître les heures de prière par exemple.


    Automates

    Mark E. Rosheim résume les avancées en matière de robotique réalisées par les savants arabo-musulmans :
    «Contrairement aux modèles grecs, ces exemples montrent que les Arabes témoignaient d'un intérêt non seulement dans l'illusion dramatique, mais aussi dans la manipulation de l'environnement pour le confort humain. Ainsi les plus grandes contributions que les Arabes ont apportées outre la préservation et diffusion à partir des travaux grecs sont la conception des modèles. C'est ce passage de la théorie à la pratique, qui faisait défaut aux grecs Les Arabes ont montré un vif intérêt dans la fabrication de machines de type humain, mais comme toutes les sociétés préindustrielles, il manquait aux Arabes un élan pour poursuivre leur science de la robotique»

    • Fontaine : au IXe siècle, les frères Banu Musa réalisent la première fontaine actionnée par la force du vent. Leur livre des objets ingénieux décrit la construction de plusieurs fontaines actionnées par la force du vent.
    • Automate : Une des horloges inventées par Ibn Khalaf al-Muradi au XIe siècle en Espagne intègre un "complexe et un ingénieux système qui, au début de chaque heure, actionne une série d'automates, incluant des serpents, femmes et hommes mécaniques qui fonctionnent sur un système basé sur un jeu d'eau, de mercure et de poulies".
    • Humanoïdes mécaniques programmables : Al-Jazari (1136-1206) réalisé le premier robot humanoïde programmable en 1206 qui innove sur les automates non-programmables. Le robot d'Al-Jazari, fabriqué pour les fêtes royales, était au départ un bateau flottant sur un lac et embarquant quatre musiciens automatiques.
    • Fontaine de paons et servants humanoïdes : La fontaine de paons d'Al-Jazari est un système sophistiqué permettant aux invités de nettoyer leurs mains grâce à des pantins automatisés offrant savon et serviettes.

    Pompes

    • Vilebrequin et pompe à roue à chaîne : Bien que le mécanisme soit connu auparavant des Chinois, Al-Jazari décrit en 1206 un vilebrequin dans une roue chaînée. Il construit une saqiya permettant de pomper et soulever l'eau en utilisant la force de celle-ci, plutôt que la force de l'homme. La machine saqiya est utilisée à Damas à partir du XIIIe siècle et se répand à travers le monde musulman.
    • Vis de vilebrequin et pompe à vis : Alors qu'auparavant la vis et la pompe à vis étaient actionnées par l'intermédiaire d'une cage à écureuil, mais au XIIe siècle et XIIIe siècle, les ingénieurs musulmans remplacent cette dernière par un vilebrequin.

    Autres outils mécaniques

    • Tonnerre et Foudre artificiel et simulation climatique : Abbas Ibn Firnas invente au IXe siècle une chambre permettant de simuler des phénomènes climatiques où les spectateurs pouvaient voir la foudre et entendre le tonnerre.
    • Baïonnette : L'horloge à bougie d'Al-Jazari en 1206 emploie pour la première fois une baïonnette, une fixation encore utilisée de nos jours
    • Chaudière avec robinet : le livre des frères Banu Musa livre des objets ingénieux décrit une chaudière avec robinet permettant d'obtenir de l'eau chaude. La chaudière elle étant chauffée par un feu.
    • Serrure à boulon et contrôles mécaniques : Selon Donald Routledge Hill, Al-Jazari est le premier à décrire plusieurs commandes mécaniques dont l'une est composée d'une grande porte métallique avec une serrure à quatre boulons.
    • Bélier élevé : en 1000, l'ingénieur arabe Ibn Khalaf al-Muradi écrit en Espagne, dans le livre des secrets l'utilisation d'un ascenseur lors de l'utilisation d'un bélier.
    • Métier à tisser avec pédale : les premières machines à tisser avec pédalier sont apparues en Syrie, Iran et en Afrique de l'est. Le travailleur s'assoit et pose ses pieds en dessous d'une machine à tisser basse. En 1177, le concept est développé en Al-Andalus d'où il se répandra à travers l'Europe
    • Stylo-plume : le premier exemplaire d'un stylo possédant un réservoir date du Xe siècle. En 953, le calife Al-Muizz li-Dîn Allah souhaite avoir un moyen d'écrire sans qu'il n'ait à tâcher ses mains ou ses vêtements. On lui fournit un stylo qui puise l'encre dans un réservoir et alimente une plume. Bien que la technique utilisée ne nous soit pas parvenue, le Qadi Al-Nu'man Banu Tamim explique dans son livre Kitdb al-Majalis wa 'l-musayardt que c'est à lui qu'est revenue la charge de commander et suivre la construction de ce stylo.
    • Masque à Gaz : Au IXe siècle, les frères Banu Musa inventent un premier exemplaire de masque à gaz rudimentaire afin de protéger les travailleurs qui exploitaient les puits de pétrole. Ils ont aussi imaginé un soufflet permettant d'évacuer l'air. Ils ont expliqué que leur outil permet aux travailleurs de "descendre dans n'importe quel puits de pétrole durant un certain temps sans crainte, si Dieu le permet"
    • Portail automatique : La première porte automatique est inventée par Héron d'Alexandrie et par les ingénieurs chinois sous l'empereur Sui Yangdi bien avant l'arrivée de l'islam. Al-Jazari réalisera un modèle de portail automatique en utilisant la force hydraulique.
    • Pelle : un modèle de pelle mécanique est inventé par les frères Banu Musa et qui servait à prélever des matériaux sous-marins.
    • Rouet : les premières représentations d'un rouet datent de 1237 à Bagdad, 1270 en Chine et 1280 en Europe, ne peuvent pas permettre de connaître l'origine exacte de l'outil mais dès 1030 les écrits arabes sans la représenter décrivent cette machine ce qui peut laisser croire qu'elle est apparue en Iran et ensuite s'est répandue vers la Chine à travers l'Afghanistan.
    • Marteau à bascule pour la fabrication du papier : les ingénieurs musulmans introduisent le marteau à bascule dans la fabrication du papier afin de remplacer le mortier et pilon. Cette technique sera par la suite adoptée par les Chinois.

    Au IXe siècle, les frères Banu Musa inventent plusieurs types d'automates et objets mécaniques. Ils en décrivent plus d'une centaine dans leur livre des objets ingénieux. Plusieurs de ces objets étaient inconnus auparavant comme les capteurs de pression ou le robinet à flotteur.

    En 1206, Al-Jazari décrit aussi dans son livre "Le livre du savoir des ingénieux objets mécaniques", cinquante objets dans six catégories différentes.

    Produits médicaux

    Médicaments

    Les chimistes musulmans découvrent une grande quantité de médicaments comme par exemple Al-Dinawari décrit au IXe siècle près de 634 plantes médicinales et Ibn Al-Baitar décrit au XIIIe siècle au moins 1 400 plantes, aliments et drogues.

    • Alcool et antiseptique : l'alcool pur pour la désinfection des blessures est utilisé pour la première fois par les médecins musulmans au Xe siècle.
    • Essais cliniques : Le concept des essais cliniques est assez ancien, il a été introduit et formalisé par le philosophe et médecin perse Avicenne
    (ابن سينا) en 1025 apr. J-C dans son ouvrage encyclopédique de médecine médiévale «Kitab Al Qanûn fi Al-Tibb (livre des lois médicales)». Il est le père de la médecine moderne et de la pharmacologie.
    • Antitussif : les savants arabes sont les premiers à utiliser le sirop dans le but d'arrêter la toux.
    • Parasitologie : Ibn Zuhr est le premier à comprendre les causes de la gale en découvrant les parasites qui la provoquent.
    • Phytothérapie : le Canon de la médecine d'Avicenne introduit l'usage médical de l'If commun. Il nomme la plante Zarnab et l'utilise comme remède pour les maladies cardiaques. C'est la première utilisation d'un médicament bloqueur de canaux calciques qui ne sera utilisé en Occident que dans les années 1960.
    • Impuissance sexuelle : les médecins musulmans identifient la cause de l'impuissance sexuelle en développant plusieurs thérapies.

    Instruments chirurgicaux

    Tout en améliorant les sciences anciennes en matière de médecine, une grande variété d'instruments chirurgicaux et techniques ont été inventés dans le monde musulman. Abu Al-Qasim décrit près de 200 instruments dans son livre Al-Tasrif écrit en l'an 1000; certains des instruments sont inédits.

    • Pansement et plâtre : Abu al-Qasim a inventé le plâtre moderne et le pansement, procédés qui sont encore utilisés dans les hôpitaux du monde entier. Le recours à des plâtres pour des fractures est devenu une pratique courante pour les médecins arabes, même si cette méthode n'a pas été généralisée en Europe avant le XIXe siècle.
    • Scie à os : inventée par Abu al-Qasim.
    • Chirurgie cancéreuse : Avicenne est le premier à décrire dans son Canon de la médecine les méthodes pour le traitement de certains cancers. Il écrit que l'ablation doit être la dernière solution et que tous les tissus malades doivent être enlevés, y compris les veines menant à la tumeur. Il recommande aussi la cautérisation de la zone à traiter si nécessaire.
    • Chirurgie oculaire, Aiguille hypodermique, Injection, seringue : L'ophtalmologue irakien Ammar Ibn Ali de Mossoul est le premier à extraire la cataracte. Il invente aussi une aiguille métallique dans un métal creux servant de seringue avec laquelle il a extrait la cataracte.
    • Fil à suture : Abu Al-Qasim, grand chirurgien arabe, a remarqué au Xe siècle la capacité de désagrégation des cordes à base de boyau après qu'un singe ait accidentellement mangé des cordes d'un luth.
    • Pansement et bandage en coton : Abu Al-Qasim est le premier à préconiser l'utilisation du coton comme pansement pour contrôler les hémorragies.
    • Extraction du fœtus : Abu Al-Qasim est le premier à décrire la procédure chirurgicale permettant l'extraction du fœtus au moyen d'un forceps.
    • Anesthésie : Abu Al-Qasim et Ibn Zuhr sont les premiers à utiliser comme anesthésiant une éponge imbibée de narcotiques qu'ils plaçaient sur le visage du patient. Sigrid Hunke écrivit que "Les sciences de la médecine ont bénéficié d'une grande et extrêmement importante découverte dans l'utilisation d'anesthésiques. C'est une réelle avancée comparé aux boissons que concoctaient les Indiens, les Romains et les Grecs dans le but de soulager la douleur du patient"
    • Ligature : Connue dans l'Antiquité, c'est Abu Al-Qasim qui redécouvre cette technique permettant de contrôler l'écoulement du sang et qui évite dans certains cas la cautérisation.
    • Trachéotomie : Connue depuis l'Antiquité égyptienne, la première description connue est attribuée Ibn Zuhr au XIIe siècle.


    SUITE....

    CE SOIR INCHA2 ALLAH :)

     
  2. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Inventions Musulmanes du Moyen Âge
    __________________________________________________________
    - Suite -



    Militaire

    • Fanfare militaire et Musique militaire : La fanfare militaire trouve son origine dans le Mehter, compagnie chargée de l'intendance et un orchestre de musique militaire sous l'Empire Ottoman depuis le XVIe siècle.

    Défense

    • Adarga
    : Bouclier de cuir dur utilisé à l'origine par les Maures de l'Espagne musulmane, le Adarga est une protection traditionnelle de la cavalerie légère maure. Durant le XIVe siècle et XVe siècle le adarga sera aussi utilisé par les soldats chrétiens avant de disparaître au XVIe siècle avec la généralisation des armes à feu.
    • Vêtement ignifuge : En 1260, les soldats mamelouks utilisent à la bataille d'Aïn Djalout des vêtements ignifuges pour se protéger des incendies ainsi que des produits chimiques. Leurs vêtements se composaient d'une tunique de soie (encore utilisée dans le monde de la Formule 1), un jaque et d'une tunique de laine.


    Armes

    Torpille : Vers 1280, le savant d'origine syrienne Ahdab al-Rammah, qui fut le premier chimiste arabe à fabriquer des substances explosives, décrit dans son ouvrage Kitâb al-Furusiyah wa-al-manasib al-harbiyah, une torpille auto-propulsée à poudre, ressemblant à une sorte d'œuf ou de poire, prolongé à l'arrière par deux baguettes stabilisatrices.
    • Acier de Damas : Un des aciers les plus célèbres est celui de Damas ; produit au Moyen-Orient de 900 à 1750. La qualité de cet acier tient dans le fait qu'il alterne des couches d'acier à la fois hypoeutectoïde et hypereutectoïde (pauvre ou faible en carbone). L'aspect d'acier variant avec sa teneur en carbone, l’alternance de très fines couches d'acier lui donnait un aspect mat avec un effet de moiré. Cet acier, construit comme un matériau composite, combinait la souplesse des aciers faibles en carbone et la dureté des aciers plus riches en carbone, qui leur permettait de conserver leur tranchant. L'originalité des lames vient de leur apparence esthétique, et de l'impossibilité des Occidentaux à le reproduire, ceux-ci n'ayant pas accès au wootz. Les croisés célèbrent la qualité de ces armes autant à cause de leur aspect mystérieux, que pour vanter leurs adversaires, ce qui exaltait d'autant leurs combats.
    • Flissa et Kaskara : Ces sabres étaient développés en Kabylie et dans le Royaume du Baguirmi (ancien état au Tchad).
    • Kilij : Un sabre développé par les Turcs d'Asie centrale qui se répandra au XVe siècle.
    • Nimcha : Un sabre arabe développé au Maroc.
    • Cimeterre : Sa lame courbe en fait une arme très particulière et elle requiert une approche totalement différente d’une épée normale. Si elle est considérée comme une des épées les plus connues et les plus terrifiantes de l’histoire, cela provient du fait que les Arabes en ont fait usage dans nombre de leurs conquêtes.



    Techniques de navigation

    Navires

    • Kamal : Les arabes inventent au IXe siècle un sextant rudimentaire nommé Kamal. Il est utilisé pour la navigation sur l'océan Indien dès le Xe siècle et est très rapidement adopté par les navigateurs indiens suivis des navigateurs chinois vers le XVe siècle.
    • Qarib : L'origine de la caravelle dérivant lui-même de l'arabo-andalou qarib vient du navire de même nom.
    • Chebec et Polacre : Utilisé en Méditerranée du XVIe siècle au XIX par les pirates barbaresques, qui l'utilisaient pour les batailles navales contre les Européens. La combinaison d'une voile aurique aérodynamique, ainsi que l'amélioration de la voile carrée de la polacca permet à ces navires de naviguer plus rapidement que les bateaux européens ou américains.

    Aviation

    • Planeur : en 875, à l'âge de 65 ans Abbas Ibn Firnas se fait confectionner des ailes en bois recouvertes d'un habit de soie qu'il avait garni de plumes de rapaces. Il se lance d'une tour surplombant une vallée, et, même si l'atterrissage est mauvais (il s'est fracturé les deux jambes), il resta dans les airs pendant une dizaine de secondes. Il fut observé par une foule qu'il avait par avance invitée. Il comprit par la suite son erreur : il aurait dû ajouter une queue à son appareil.


    Instruments scientifiques

    Les astronomes musulmans ont inventé une grande quantité d'instruments astronomiques incluant l'astrolabe et ses variantes.

    Calculateurs analogiques

    • Equitorium : Inventé par Al-Zarqali en 1015, l'equatorium (equitoria au pluriel) est un instrument de calcul astronomique. Il sert à déterminer les positions de la Lune, du Soleil et des planètes sans calcul, à l'aide d'un modèle géométrique représentant la position des objets célestes.
    • Saphaea : Un astrolabe est inventé par Al-Zarqali au XIe siècle en Espagne.
    • Zuraqi : Al-Sijzi invente au XIe siècle un astrolabe héliocentrique où c'est la Terre qui est en mouvement au lieu des planètes.
    • Calendrier luni-solaire mécanique : Inventé par Abu Rayhan al-Biruni.
    • Astrolabe : Découvert par Hipparque il est amélioré par les savants arabes. À cet égard, Sigrid Hunke n’hésite pas à affirmer «Alors que les Grecs ne connaissaient que fort peu de manières de s’en servir, un ouvrage d’Al-Khawarizmi [mort en 847] sur l’astrolabe en cite déjà quarante-trois…».

    Selon Ibn Nadim, le premier astrolabe arabe était fait par Ibrahîm Ibn Habîb Al-Fazâri [mort en 188 H.], puis des traités se succédèrent à tel point qu’on peut assigner à chaque astronome arabe au moins un ou deux ouvrages sur cet instrument. Le résultat est une grande quantité de traités sur l’astrolabe, la plupart sous forme de manuscrits éparpillés dans les bibliothèques nationales et internationales. Ces traités peuvent être répartis en deux catégories : les traités de conception, d’une part, et les traités d’utilisation de l’autre.

    • Astrolabe mécanique : Inventé par Ibn Samh en 1020.
    • Calculateur analogique programmable : Le château-horloge est une horloge astronomique inventée par Al-Jazari en 1206 et qui est considéré comme un des premiers calculateurs analogiques. Il affiche le zodiaque, les orbites de la Lune et du soleil et cinq musiciens automatiques. La durée du jour et de la nuit peut être reprogrammée dans le but de se calquer aux variations.
    • Astrolabe mécanique avec calendrier automatique : Inventé par Abi Bakr en 1235.
    • Position des planètes : Al-Kashi invente une machine donnant les latitudes du Soleil, la Lune et d'autres planètes.

    Appareils de laboratoire

    • Bécher conique : Durant ses expériences, Al-Biruni repris l'utilisation du bécher dû à Griffin ou pour la forme haute, à Berzelius, dans le but de trouver le ratio entre le poids d'une substance dans l'air et le poids de l'eau déplacée, sans jamais y arriver.
    • Cornue : La cornue a été inventée au IVe siècle par Hypatie, tandis que la première description précise d'une distillerie est due à Zosime de Panopolis au IVe siècle 600 ans avant l'alchimiste Jabir Ibn Hayyan.
    • Réfrigérant : Au XIe siècle Avicenne utilise le serpentin réfrigérant découvert par les grecs de l'Antiquité, et qui condense les vapeurs aromatiques.


    Instruments muraux

    • Observatoire : Ulugh Beg fit bâtir une médersa (institut) à Bukhara, ouverte en 1417, et à Samarcande, ouverte en 1420, où il est probable qu'il enseigna, et un observatoire, inauguré vers 1429, où il travailla avec quelques 70 mathématiciens et astronomes, dont Qadi-zadeh Roumi, al-Kachi et Ali Quchtchi, aboutissant à la publication de Tables sultaniennes (zij-e solTâni, en persan) dont la précision resta inégalée pendant deux siècles. Après la mort d'Ulugh Beg, Ali Quchtchi partit avec une copie des Tables sultaniennes à Tabriz, puis à Istanbul d'où elles atteignirent l'Europe.
    • Quadrant : Al-Khwarizmi au IXe siècle à Bagdad.


    Instruments optiques

    • Le tube d’observation (sans lentille) est inventé par Al-Battani (Albatenius) au cours du IXe siècle/Xe siècle et est décrit par Al-Biruni. Cet instrument sera plus tard adopté en Europe et contribuera à l’invention du télescope.
    • Chambre noire : Bien que ses principes soient connus depuis l'Antiquité c'est à Alhazen qu'on doit l'invention de la chambre noire. Il décrit dans son traité d'optique en 1021 le procédé et comprend que plus le trou est petit, meilleure est la qualité de l'image.
    • Sténopé : Au Xe siècle, Alhazen, publie l'idée dans son traité d'optique.




    - F I N -
    _______________________________________

    Inventions musulmanes du Moyen Âge
    Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0.
    Source : Article Inventions musulmanes du Moyen Âge de Wikipédia en français (auteurs)


    _______________________________________

    Relatif :
    Les Savants Musulmans




     

Partager cette page