Irak: au moins 68 morts

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 10 Mai 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    L'Irak a connu aujourd'hui sa journée la plus sanglante depuis le début de l'année avec la mort d'au moins 68 personnes dans des attentats contre des ouvriers et les forces de sécurité. Ces violences, qui ont également fait au moins 250 blessés selon des sources hospitalière et de sécurité, surviennent alors que le pays est dirigé par un gouvernement qui expédie les affaires courantes plus de deux mois après les élections législatives du 7 mars.

    Les attentats les plus sanglants ont frappé Hilla (95 km au sud de Bagdad). Deux voitures piégées garées dans le parking d'une usine de textile ont explosé à la sortie des employés. Quand les policiers et les ambulanciers sont arrivés sur les lieux, une troisième explosion s'est produite.

    Au moins 36 personnes ont été tuées et 140 blessées dans cette triple attaque, a indiqué un responsable au ministère de l'Intérieur à Bagdad. "Deux voitures ont explosé dans le parking de l'usine vers 13h30 (12h30 en France) quand les ouvriers quittaient leur travail. Une heure plus tard, une autre bombe a explosé contre les services de secours", a affirmé un porte-parole de la police de la province de Babylone à l'AFP. Il a indiqué que la troisième attaque semblait avoir été provoquée par une voiture piégée mais selon la source au ministère de l'Intérieur un kamikaze s'est fait exploser.


    "Nous sommes des cibles faciles"

    Un ouvrier de 35 ans, Haïdar Ali a affirmé à l'AFP qu'il aurait dû se trouver dans un des bus touchés par les premières explosions mais a été retardé par une discussion avec un ami. "Le gouvernement et l'usine sont responsables. Ils n'ont pas fourni de sécurité pour les bus et ne se préoccupent que de leur propre sécurité. Nous sommes des cibles faciles", a-t-il ajouté en état de choc. "Mes amis sont morts. Il n'y pas de sécurité", déclare la voix entrecoupée de sanglots, Ali Mohammed, 25 ans, assis sur le sol, les habits maculés de sang.

    Quelques heures plus tôt, une bombe a explosé près d'une mosquée chiite à Souwayra, à 60 km au sud de Bagdad. Des passants ont accouru pour secourir les premières victimes quand une voiture piégée a explosé sur les lieux. Onze personnes ont été tuées et 70 blessées, selon une source policière.

    A Bagdad, des tirs et des attentats à la bombe ont visé pendant une heure et demie le matin des points de contrôle militaires faisant neuf morts et 24 blessés, en majorité des membres des forces de sécurité, a indiqué le ministère de l'Intérieur.


    "Il s'agit d'opérations coordonnées qui font partie des actions terroristes auxquelles doivent faire face quotidiennement les forces de sécurité", a dit le porte-parole du commandement militaire de Bagdad, Qassem Atta, en commentant les attaques à Bagdad. Selon lui, les assaillants étaient déguisés en ouvriers municipaux de la voirie et ont utilisé des armes munis de silencieux.

    Parmi les autres victimes de cette journée sanglante, figurent un civil et trois gardes du corps du maire de la ville de Tarmiya (45 km au nord de Bagdad), dont le convoi a été visé par une bombe. Le maire a été blessé dans l'attaque avec 15 autres personnes.

    Il s'agit des attaques les plus sanglantes en Irak depuis le 8 décembre quand au moins 127 personnes avaient perdu la vie dans cinq attentats à Bagdad.
    Ces violences ont lieu alors que les résultats des législatives du 7 mars n'ont pas été validés par la Cour suprême, et les partis, dont aucun ne dispose de la majorité absolue, n'ont réussi jusqu'à présent à s'entendre sur un nouveau cabinet.

    En avril, les autorités irakiennes et américaines avaient infligé un coup dur à al-Qaida en Irak après la mort des principaux chefs du groupe Abou Omar al-Bagdadi et Abou Ayyoub al-Masri.




    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/05/10/97001-20100510FILWWW00589-irak-au-moins-68-morts.php
     

Partager cette page