Iran : Clotilde Reiss pourrait être libérée sous caution

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 12 Août 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]


    Le procès de la jeune Française est terminé, annonce Téhéran, mercredi. Paris espère sa libération sous caution «dans les meilleurs délais», dans l'attente du jugement.

    Clotilde Reiss reste en prison pour le moment. Si son procès est désormais terminé, a annoncé mercredi le procureur de Téhéran, Saïd Mortazavi, «toute décision pour qu'elle soit libérée sous caution (...) ou qu'elle reste en prison appartient au juge». En cas de libération, la jeune chercheuse française de 24 ans devrait cependant rester impérativement en Iran jusqu'à ce que son jugement soit prononcé. Selon plusieurs sources, les faits qui lui sont reprochés sont passibles en Iran de cinq ans de prison. La date à laquelle doit être rendu le jugement n'est, elle, pas encore connue.

    Mercredi, au lendemain de la libération de la Franco-Iranienne Nazak Afshar, employée de l'ambassade de France à Téhéran, le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a déclaré que Paris attendait «dans les meilleurs délais» la libération de Clotilde Reiss, «sous caution dans un premier temps». «Notre objectif, c'est bien d'obtenir sa libération définitive, c'est-à-dire qu'elle puisse retrouver sa famille», a cependant insisté Luc Chatel.


    Les autorités iraniennes ont arrêté la jeune universitaire française le 1er juillet à l'aéroport de Téhéran, alors qu'elle était sur le point de quitter l'Iran. Elles lui reprochent d'avoir pris des photos des manifestations consécutives à la réélection controversée de Mahmoud Ahmadinejad, et d'en avoir rendu compte par e-mail. Lors de sa comparution devant un tribunal révolutionnaire de Téhéran, samedi, Clotilde Reiss a reconnu avoir commis des «erreurs». «Je n'aurais pas dû participer aux manifestations», a regretté la jeune Française, avant d'ajouter, en fin d'audience, qu'elle demandait «pardon au pays, au peuple et au tribunal d'Iran» et qu'elle espérait être «graciée».


    «Des accusations dénuées de tout fondement»
    Sa comparution surprise a cependant provoqué l'ire des autorités occidentales. Au Quai d'Orsay, le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner a par exemple exigé la libération immédiate de Clotilde Reiss, «coupable de rien du tout» selon lui, estimant que les accusations portées contre elle sont «dénuées de tout fondement». L'Union européenne et les Etats-Unis ont également condamné «les procès-spectacles» menés à l'encontre des participants aux manifestations contre la réélection du président Ahmadinejad. Des déclarations qui n'ont pas plu aux autorités iraniennes.

    L'ambassadeur iranien en France a également reproché aux autorités françaises d'avoir rendu publique trop rapidement, le 6 juillet, l'arrestation de la jeune femme. Selon lui, une plus grande discrétion aurait pu permettre d'éviter le procès et de trouver un accord entre les deux pays. «Malheureusement, nos amis français n'ont pas voulu avoir la patience nécessaire et ont prétendu que cette demoiselle était totalement innocente, autrement dit, ils ont pris la place des juges en Iran», a-t-il déploré mardi sur


    http://www.lefigaro.fr/internationa...0366-iran-clotilde-reiss-reste-en-prison-.php
     

Partager cette page