Jackson : le légiste confirme l'homicide

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 28 Août 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Les médecins légistes ayant examiné le corps de Michael Jackson ont confirmé ce soir les fuites qui circulaient depuis des semaines dans les médias américains. La mort de Michael Jackson est un homicide, provoqué par "une intoxication à l'anesthésiant propofol", a annoncé l'institut médico-légal de Los Angeles.

    Comme l'annonçait lundi le Los Angeles Times, les légistes ont attribué la mort du chanteur à l'âge de 50 ans, le 25 juin, à une "intoxication aiguë" au propofol, un puissant anesthésiant, et à son association avec des tranquillisants, principalement le lorazepam. Les légistes ont également retrouvé dans le sang du chanteur des traces d'un autre sédatif, le Midazolam, de valium, de lidocaine, un anesthésiant local, et de l'éphedrine, un médicament utilisé pour lutter contre l'hypotension lors des anesthésies.

    Le bureau du coroner n'a pas dévoilé dans son intégralité le rapport d'autopsie de Michael Jackson, citant une mesure de sécurité à la demande des autorités de Los Angeles. Le Dr Conrad Murray, médecin personnel du chanteur, a reconnu devant la police avoir administré du propofol au "roi de la pop" le matin du 25 juin, car celui-ci ne parvenait pas à trouver le sommeil, malgré plusieurs sédatifs. Le praticien est le principal suspect dans l'enquête pour homicide involontaire et sans préméditation ouverte par la police de Los Angeles.

    Murray voulait essayer de sevrer Jackson
    Lundi dernier, le Los Angeles Times et AP avaient eu connaissance de documents judiciaires détaillant la nature et la quantité du cocktail médicamenteux precrit à l'artiste.Ses documents révelaient que Conrad Murray avait reconnu avoir administré au chanteur régulièrement jusqu'à 50 milligrammes de Propofol, or le puissant anesthésiant ne doit être utilisé que sous surveillance médicale en bloc opératoire. Le médecin conscient que Michael Jackson développait une dépendance à l'anesthésiant, qu'il utilisait pour soulager ses insomnies, avait tenté de sevrer le chanteur en diminuant les doses de Propofol à 25 milligrammes et en les mélangeant avec des sédatifs, le lorazepam et le midazolam.


    Le 23 juin, deux jours avant la mort du roi de la pop, le cardiologue se serait contenté, selon ces documents, de donner à son patient les sédatifs mais n'aurait pas utilisé l'anesthésiant. Conrad Murray affirme avoir essayé la même procédure le jour de la mort de la star. Le médecin a d'abord donné au chanteur du valium puis lui a injecté une demi heure plus tard par intraveineuse du lorazepam. Une heure plus tard vers trois heures du matin, Conrad Murray a injecté à Jackson le midazolam. Mais Jackson se plaignant de inefficacité du traitement, Conrad Murray lui a donné encore d'autres médicaments avant de céder aux supplications du chanteur et de lui administrer 25 milligrammes de Propofol. Le cardiologue a ensuite laissé seul son patient pour passer des coups de fil et l'a retrouvé sans vie à son retour.





    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2...21-jackson-le-legiste-confirme-l-homicide.php
     

Partager cette page