je n'arrive pas à dormir (à cause d"2alfayn w setta deryal")

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par raja_casa, 15 Octobre 2006.

  1. raja_casa

    raja_casa دمعة و ابتسامة

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    0
    Il y avait toujours qlq chose qui m'attire dans les poèmes d'Essenine, je n'ai jamais pu déterminer le lien qui me relie à ce poète lyrique tellement controversé par ses amis….et je ne comprends pas pourquoi je m'en suis souvenue maintenant juste avant d'éteindre mon PC pour dormir. Une autre excuse pour fuir le sommeil encore une fois.

    Est-ce à cause de son histoire avce Isadora Duncan ; une personne que j'ai, étrangement, admiré, et détesté en même temps, dans mon enfance…

    J'ai admiré sa sensibilité, son sens artistique et srt son courage, le courage qu'elle a pu tirer d'une situation désespérée et la transformé en une réussite incomparable...

    J’ai détesté ce qu’elle était et ce qu’elle représentait, la danseuse chorégraphique qui a transformé l’ancien monde ou mode, de tout ce qui est classique et réservé à tt ce qui est surréaliste, moderne et osé, la transformation des années vingt a bien commencé par elle… et puis elle me donnait envie de rêver, rêver de ces années fascinantes et de ces temps qui ont fini.

    ces temps sont finis... les temps où l'impossible devient possible, où le talent et la compétence suffisent pour redonner à ceux qui l'ont la place qu'il mérite dans la cours des grands, le temps où les grands étaient effectivement des grands et non des gonflés qui se dégonflent au premier changement de temps ; les temps où toutes les belles histoires finissent par des tragédies et restent gravées à jamais dans le rochet de l'histoire, la vraie histoire, celle que peu de gens connaissent… oui, ils sont finis ces temps, les temps des martyres, les martyres qui ont donné de leurs talons, leurs vies et leur sang pour nous offrir de meilleurs temps, si seulement ils étaient là, j'imagine leur amertume quand ils découvriront ce que nous avons fait de leur don, ce précieux, ce qui est devenu notre temps.. Bref, l'histoire d'Isadora m'a donné une leçon sur ce que c'est que l'espoir, la résistance et la vie, Isadora a tant aimé et vénéré la vie, elle s'est battu pour vivre cette soi-disant vie et pour lui arracher ce qu'elle croit qu'elle mérite avoir.. Elle m'a apprit tout simplement que la confiance en soi se crée par l'expérience, que sa place dans ce monde doit être arrachée et non attendu parce que rien ne se donne.

    Paradoxalement à isadora son amant et mari Essinine, qui m’a tant fasciné par ses poèmes, est tout ce que isadora ne l'ai pas ou plutôt ce qu'elle ne paraît pas être, car plus tard je découvrirais qu’il est plus fort que ce que je croyais et qu’elle est aussi faible que je ne pourrais l’imaginer, une autre leçon de la vie.

    Essinine m'a apprit tant de chose, j'ai admiré sa sensibilité, la véracité de ses mots, sa grande capacité de partage et srt ce qu'il était ; un simple humain, avec tous ces caprices, ses crises narcissiques et son amour de soi, ses défauts et faiblesses ; il m'a apprit ce que c'est que l'amour de la "patrie" un mot de moins en moins utilisé et qui avait son importance pour moi à l'époque, j'avait moins de 8 ans quand j'ai rencontré ses deux personnes, ce couple anormale, elle par ses danses innovantes et contre versées, par son style néo américain de l'époque et lui par ses poèmes à la fois forts par l'amour d'un pays déchut, une Russie brutalement transformée, que doux par une sensibilité traversante de l'esprit et chuchotante d’émoi.. Elle, forte et combattante jusqu'à la mort (dans un accident de voiture ! à l'age de 50 ans) lui lyrique même dans sa mort (en se suicidant à l'âge de 35 ans, au moins selon le rapport officiel)....

    J’ai rencontré ces deux êtres, comme j’ai rencontré tant d’autres à travers les traductions des écrivains égyptiens et libanais ; à travers 2almanfalou6i j’ai connu Essinine et Isadora comme j’ai pu rencontrer Paul et Virginie à l’age de 8 ans, j’ai également fais la connaissance de tant d’autres héros et héroïnes, mais seul ce couple a su me retenir tant d’années après, et revenir à ma mémoire 19 ans après. Aujourd’hui, ce soir, je me suis soudain souvenue de cette nuit du mos sacré de ramadan que j’ai passé éveillé à vouloir finir à tout pris la lecture du recueil de poème d’Essinnine avant "s7our" afin d’éviter que ma mère découvre que je n’ai pas touché à mon lit, que je ne peux voir le sommeil avant de lire "alwada3" son dernier poème présumé. C’était ma première nuit blanche et loin d’être la dernière.

    La question que je me pose et laquelle je n’ai pass encore trouvé de réponse, c pourquoi ? Pourquoi après avoir découvert plusieurs autres poètes, russes et non russes, tout cet attachement à ce poète dont je ne partage guère les points de vue aujourd’hui ? et ce soir, je découvre la réponse, en lisant le sujet de nournat (2alfayn w setta deryal ) à propos de "sarf " = "la petite monnaie" j’ai eu un souvenir enfui dans ma mémoire de mon premier gadget pour garder la monnaie, enfin le premier dont je me souviens, c’était une boite métallique du thé, mais vraiment trop jolie avec la forme d’un temple chinois, je ne sais pas qui me l’a donnée ni quand, mais je me souviens d’elle comme si elle était toujours là à garder ma monnaie… sara7a ma boite n’était pas tjrs pleine, mais elle me permettait qlq faveur comme l’achat d’une magazine ou un livre de temps en temps… un jour j’ai décidé de sauver des livres, oui les sauver d’un destin effroyable chez "mol_zari3a" (n’oublions pas que j’avais à peine 8 ans à l’époque).

    Cela fût ainsi, j’ai acheté une pile d’anciens livres et j’en étais très fier, le livre que j’ai aimé le plus est recueil de poème traduit en arabe (une traduction libanaise d'une très mauvaise qualité ) c’était le premier livre de poésie que j'achète de mon propre argent (au fait des pièces que j'ai accumulé pendant qlq mois dont deux 3id religieux) aujourd’hui je ne suis pas sûr d'avoir bien compris tt ce qui était écrit, mais ce que je n'oublierai jamais c'est la fierté que j'ai senti ce jour là.

    Le livre était sans titre (puisqu'il n'y avait pas la page de garde et les premières pages). c’était un recueil de poèmes russes, plus précisément des poèmes d’Essinine.
    Pourquoi c un livre de poésie qui m’a le plus marqué, je ne suis pas sûr mais je crois que c à cause des mathématiques, la poésie est toujours liée à cette discipline dans mon esprit, une autre histoire de mon enfance…



    raja_casa :D


    pardonnez mes fautes d'orthographe, je n'ai aucune envie de relire le txte maintenant
     
  2. raja_casa

    raja_casa دمعة و ابتسامة

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    0

Partager cette page