Journée d'étude à Rabat sur le projet du code de la presse

Discussion dans 'Scooooop' créé par imadici, 2 Avril 2007.

  1. imadici

    imadici Pr. Ìpşø Fąċŧǿ...

    J'aime reçus:
    14
    Points:
    18
    Le projet du Code de la presse et des journalistes professionnels a été au centre d'une journée d'étude, organisée vendredi dernier à Rabat à l'initiative de l'Observatoire marocain des libertés publiques, en présence de nombreux journalistes et membres d'Organisations des droits de l'Homme.


    [​IMG]

    Organisée sous le thème "Le projet du Code de la presse et des journalistes professionnels: quelles garanties pour la liberté d'opinion et d'expression?", cette rencontre vise, selon ses organisateurs, à lancer un dialogue public autour de ce projet en vue d'élaborer des propositions de nature à garantir à la presse davantage de liberté.

    Intervenant à cette occasion, le secrétaire général du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), M. Younès Moujahid a appelé à un traitement global des questions soulevées par la presse, à la lumière des mutations que connaît le paysage médiatique national.

    Les volets relatifs aux peines privatives de liberté ne doit pas monopoliser les discussions portant sur le nouveau Code au détriment des grandes problématiques, notamment celles relatives à la situation des journalistes, à la convention collective, au droit syndical, à la déontologie et à la formation des journalistes, a-t-il estimé.


    M. Moujahid a, en outre, indiqué que les études comparatives entre le Code de la presse marocain et ceux d'autres pays ne revêtent aucun intérêt dans la mesure où, a-t-il précisé, chaque Code est le résultat de spécificités historiques, sociales et politiques d'une société quelconque.

    Plusieurs intervenants ont, de leur côté, critiqué le fait d'aligner certains articles du projet du Code de la presse sur les dispositions du Code pénal et d'endosser au journaliste la charge d'apporter la preuve au lieu du parquet général, appelant notamment à la simplification des procédures administratives pour la création d'entreprises de presse et à la prise en compte des Conventions internationales en la matière.

    Les amendes "trop élevées" représentent une menace pour la viabilité et la continuité de l'entreprise de presse, ont-ils estimé, appelant dans ce sens à la définition de critères objectifs lorsqu'il s'agit de sanctions financières.

    La source
     

Partager cette page