L'étau (suite)

Discussion dans 'toutes les poésies...' créé par nsser, 21 Octobre 2005.

  1. nsser

    nsser Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    L’étau s’est forgé
    sans pitié
    coinçant
    ma faible angoisse d’enfant.
    Acier presque tranchant
    autour de mon jeune coeur
    affolé.


    Affolé
    par votre rudesse, ô père.
    Brutalité
    invisible à l’oeil.

    Chaviré
    dans l’inaccessible
    lacéré
    par l’oeil du blâme
    emmuré
    dans l’impénétrable
    rabroué
    par bouches rêches.


    Depuis,
    je ne vis que par l’angoisse.
    Solitude tremblante
    et ma tête pour seule compagne.

    Ma tête qui tourne: chasser les douleurs!
    Ma tête pleine: noyer les mémoires!
    Ma tête laborieuse: inlassables pensées!
    Ma tête folle; étourdi de la tête aux pieds.

    Garder l’étau bien serré: je pourrais te battre!
    Garder l’angoisse enfermée: je pourrais hurler!
    Refermer l’étau: je pourrais glisser!

    L’étau qui grandit avec moi
    enserre de ses griffes folles
    mon âme même
    écrase de son acier froid
    toutes mes jeunes flammes.


    Jusqu’au jour

    sous un oeil enfin doux
    je déterre mes petits feux
    rabougris
    durs comme des os
    mais vivants.

    Commence à fondre l’étau.



    Michelle Larivey
     
  2. Stutu

    Stutu Citoyen

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    38
    Re : L'étau (suite)

    Depuis,
    je ne vis que par l’angoisse.
    Solitude tremblante
    et ma tête pour seule compagne.
    :(

    tbarkellah 3lek a nsser , t as bien choizi les paroles ....merci de partager avec nous
     
  3. nsser

    nsser Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : L'étau (suite)

    merci stutu pour tes eloges
    merci et encore merci
    je compte tellement sur vos remarques et surtout les tiennes
     

Partager cette page