L’Algérie cherchait à occulter des "éléments embarrassants"...

Discussion dans 'Info du monde' créé par titegazelle, 23 Janvier 2014.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    ... en optant pour la ligne dure
    lors de l’attaque terroriste de Ain Amenas
    (journal italien)



    Rome, 23 janv. 2014 (MAP) -
    L’Algérie avait opté pour "la ligne dure" lors de l’attaque terroriste contre le complexe gazier de Ain Amenas, survenue il y a un peu plus d’un an (16 janvier 2013) pour "éviter de faire piètre figure et par la même occulter des éléments embarrassants" pour le pays, souligne, jeudi, le quotidien italien "Il Foglio".

    Dans un article intitulé "En fouillant dans les secrets algériens on découvre le pourquoi des ennuis de la Libye", le journal fait observer que la majeure partie des terroristes ayant perpétré l’attaque du complexe gazier de Ain Amenas étaient de nationalité algérienne. Ces terroristes avaient trouvé refuge au sud de l’Algérie, dans les camps de Tindouf gérés par le polisario, notamment dans les camps d’Aousred et de Smara, réputés être "les plus pauvres", autrement dit "plus perméables à la pensée jihadiste radicale".

    En effet "la majorité des éléments du polisario, recrutée par la mouvance terroriste pour exécuter les attaques-suicides, provient de ces deux camps", relève l’auteur de l’article, rappelant que "ces même camps ont abrité furtivement Mokhtar Bel Mokhtar, tête pensante et instigateur de l’attaque de In Amenas". Selon le journaliste, deux terroristes lieutenants de Belmokhtar, à savoir Abderahmane Al Nigiri et Lamine Benchaneb, mort lors de l’assaut de Ain Amenas, ont également séjourné au sein des camps sahraouis.

    Après avoir rappelé "la montée en puissance" du groupe terroriste "Al Mourabitoune" qui dispose "de plusieurs bases d’entraînement dans le sud de l’Algérie, à la frontière algéro-libyenne et au Sahel, le journal fait remarquer que "les faits que les autorités algériennes avaient vainement cherché à occulter sont apparus au grand jour en Libye, à travers la présence de plus en plus remarquée, des milices de Mokhtar Bel Mokhtar dans ce pays, devenu instable et où deux ressortissants italiens ont été enlevés dernièrement par des éléments proches d’Al Qaeda".

    La débandade créée par les groupes jihadistes algériens affecte les pays limitrophes au point que des puissances occidentales, dont la France, avaient décidé de déployer, quelques mois après l’attaque de Ain Amenas, des chasseurs rafale au Tchad pour contrôler "les déplacements de véhicules suspects en provenance de +la poudrière libyenne+ que tout le monde craint et évite désormais".

    (MAP). BW---BI.

    BR.

    MAP / 23.01.2014 - 18h15

    L’Algérie cherchait à occulter des "éléments embarrassants" en optant pour la ligne dure lors de l’attaque terroriste de Ain Amenas (journal italien) | Portail Menara.ma

     

Partager cette page