L’Algérie déploie des troupes aux frontières avec le Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 20 Janvier 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Coûteuse stratégie de la tension permanente
    Mobilisation de troupes algériennes le long des frontières Nord entre le Maroc et l’Algérie, acquisition par le voisin de l’Est de 70 Mig 29 auprès de la Russie, autant d’informations récemment publiées qui sont loin de rassurer l’opinion publique marocaine.

    Parallèlement, les autorités marocaines ont reçu des services de sécurité algériens une notre relative à la nouvelle stratégie des voisins de l’Est en matière de surveillance des frontières communes. Il est à rappeler que c’est suite à des pressions de la part de l’Union Européenne et des Etats-Unis que les autorités algériennes ont commencé à s’activer dans les régions frontalières avec le Maroc pour participer à la lutte contre l’immigration clandestine et les groupes terroristes qui sévissent dans ces zones désertiques.

    Comme les citoyens marocains sont plutôt méfiants envers les dirigeants algériens, leur crainte est de voir ces derniers profiter de la confusion entre ces différents problèmes pour porter nuisance encore une fois au Maroc.

    Il a fallu la prise d’assaut de l’enceinte barbelée de la ville occupée de Sebta par des clandestins subsahariens et l’entrée signalée en Europe de 18 intégristes recherchés pour leurs liens avec des groupes terroristes pour que les responsables politiques à Alger soient rappelés à la raison. Les clandestins subsahariens traversaient l’Algérie pour pénétrer illégalement au Maroc sans que les services de sécurité du voisin de l’Est ne réagissent, heureux de voir le Maroc s’empêtrer dans le problème posé par ces immigrants qui transitent par le Maghreb pour entrer en Europe. Or, c’est parmi ces immigrants clandestins que s’infiltrent des intégristes recherchés pour se rendre sur la rive Nord de la Méditerranée.

    Au cours des derniers mois de l’année écoulée, les autorités algériennes, poussées par les Européens et les Américains à s’impliquer dans le contrôle des frontières maroco-algériennes, ont procédé à l’arrestation de 2370 clandestins subsahariens. 13 intégristes recherchés se trouvaient dans le lot.

    Maintenant (enfin !), les services de sécurité algériens vont installer des caméras de surveillance de l’Oued Nachef du côté d’Oujda jusqu’aux environs de Saïdia, outre des radars et la possibilité de mener des patrouilles communes dans le cadre de la coordination des efforts entre le Maroc et l’Algérie pour combattre les groupes terroristes réfugiés dans les zones frontalières et l’immigration clandestine dont les flux s’écoulent à travers ces régions.

    Cette évolution de la situation a permis aux services de sécurité marocains d’adresser à leurs homologues algériens une liste de 16 noms d’éléments intégristes impliqués dans le terrorisme, considérés comme très dangereux.

    D’autres part, une réunion sécuritaire serait en cours de préparation à laquelle prendront part des responsables du Maroc, de l’Algérie et de l’Union Européenne.

    Objectif : coordonner les efforts en vue de mener une opération de grande envergure dans les zones frontalières maroco-algériennes pour en déloger les groupes terroristes qui s’y réfugient. Les Américains sont aussi de la partie, ayant fourni des photos satellites de camps d’entraînement des terroristes intégristes situés dans des pays africains du Sahel, particulièrement dans les régions contrôlées par des rébellions.

    Seulement, comment doit-on expliquer l’achat par l’Algérie d’avions de combat russes Mig 29, un premier contrat portant sur la livraison de 40 de ces appareils, 30 autres devant être remis à l’ALN dans les années à venir.

    Le quotidien arabophone londonien « Asharq Al Awsat », qui a publié cette information, souligne la volonté de l’Algérie de s’armer à nouveau auprès de la Russie alors qu’après l’instauration du multipartisme chez le voisin de l’Est, la tendance était de diversifier les fournisseurs d’armement et de s’ouvrir aux technologies militaires d’autres pays. Le journal rappelle que la majorité des officiers algériens ont été formés en ex-URSS et que la Russie a continué à livrer des armes à l’Algérie en pleine guerre contre l’insurrection islamiste, au moment où des pays occidentaux hésitaient à le faire.

    Mais tout ça n’explique pas les raisons de l’acquisition des avions de combat qui ne sont pas destinés, de toute évidence, à la lutte contre le terrorisme. Qui l’Algérie a-t-elle l’intention de combattre avec ces appareils ? Les voisins de ce pays sont connus, Maghrébins à l’Est et à l’Ouest, Sahéliens au Sud et Européens au Nord de la Méditerranée. A l’exception du Maroc envers lequel les généraux algériens ne cachent pas leur hostilité, tous les autres pays voisins entretiennent des relations normales, voire amicales et de partenariat avec l’Algérie.

    Les milliers de soldats algériens déployés le long de la frontière d’Oujda à Figuig n’ont pas manqué de susciter l’inquiétude des populations marocaines frontalières et aucun communiqué de part ou d’autre n’est venu expliquer la cause dudit déploiement afin de ramener le calme dans les esprits.


    Que dire des citoyens algériens qui voient partir en armement inutile les milliards de dollars de recettes des hydrocarbures, de l’argent dont ils ont bien besoin pour investir et lutter contre le chômage, véritable fléau qui cause bien des ravages, ou pour résoudre la crise de logement et le problème des infrastructures de base.


    LOPINION
     

Partager cette page