L’islam dans les écoles allemandes

Discussion dans 'Info du monde' créé par Info du bled, 30 Octobre 2008.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Claudia Mende : Saphir, un manuel scolaire destiné aux cours de religion sur l’islam, présente les questions principales concernant l’islam en 15 chapitres à des élèves d’avant-dernière et dernière classes de primaire. [​IMG]
    Les thèmes abordés se rapportent au concept de dieu, au prophète Mahomet et à la structure du Coran, mais aussi aux questions de droits de l’enfant et de responsabilité sociale.

    Des éditions pour des classes secondaires sont en préparation. Quant à la présentation graphique de Saphir, elle est excellente. Le manuel fait partie d’une initiative visant à mieux éduquer les élèves musulmans des écoles publics allemandes sur leur confession.

    Saphir est au premier plan de l’éducation religieuse moderne. Par rapport à l’islam en Allemagne, le nouveau manuel s’écarte des tendances marginales pour se rapprocher davantage de la société ordinaire.

    Le manuel « ne vise pas à faire des élèves de bons croyants, mais à les éduquer de sorte qu’ils prennent leurs décisions concernant la foi de façon responsable », souligne Harry Harun Behr de l’Université d’Erlangen-Nuremberg. Cet Allemand converti à l’islam forme les futurs professeurs de religion au centre interdisciplinaire pour l’éducation religieuse islamique.

    Behr figure parmi les auteurs des plans pédagogiques des cours sur l’islam, enseignés dans des écoles pilote en Bavière, à Erlangen, à Bayreuth, à Fürth, à Nuremberg et, également à Munich, depuis le début de cette année scolaire.

    Il soutient que l’enseignement de l’islam dans le cadre de l’école devrait encourager un certain « sens critique par rapport à la religion ». Pour ce professeur d’université, utiliser le Coran comme un manuel et prendre ses enseignements au pied de la lettre « n’est pas un modèle pédagogique viable ».

    Il considère le Coran comme un texte littéraire avec un point de départ et un développement historiques.


    Enseigner l’islam comme une matière parmi d’autres à l’école publique allemande s’est jusqu’à maintenant fait simplement à titre d’essai. Selon l’article 7 §3 de la Constitution allemande, les musulmans ont le droit à une éducation religieuse pour leurs enfants sous la surveillance de l’Etat, au même titre que les chrétiens.

    Pourtant, ce droit n’a pas été mis en œuvre, pendant des dizaines d’années, par manque de partenaires adéquats du côté musulman.

    Depuis 1999, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie offre une instruction islamique dans à peu près 140 écoles à environ 10 000 élèves musulmans. Cependant, cette instruction islamique ne correspond pas aux cours de religion tels que prescrits par la Constitution allemande. Le programme d’une telle instruction est tout juste en cours d’élaboration, en collaboration avec des associations islamiques.

    La Bavière, le Bade-Würtemberg et la Rhénanie-Palatinat ont des programmes pilotes dans les écoles primaires et secondaires. Le land de Schleswig-Holstein est en train de tester, depuis l’an dernier, l’instruction islamique avec une grande participation des personnes de cette confession. Depuis 2003, Brême a développé son propre concept pour des cours sur l’islam dans les établissements publics.

    Le modèle suivi à Berlin demeure controversé, puisque les cours de religion y sont enseignés dans environ 30 écoles publiques, mais sous la seule supervision de la Fédération islamique. Le land de Berlin n’a aucun contrôle sur le contenu.

    La Fédération islamique est bien connue pour avoir des liens avec l’organisation Milli Görüs, qui est placée sous surveillance des services de sécurité allemands. Les détracteurs de l’instruction religieuse donnée par la Fédération islamique disent que celle-ci n’est pas conforme aux objectifs pédagogiques visant à responsabiliser les élèves et à leur apprendre à penser par eux-mêmes.

    Dans tous les autres länder, le programme d’enseignement est en cours d’élaboration par des équipes de spécialistes et des associations musulmanes sous l’égide des ministères de l’éducation et des affaires culturelles.

    En mars 2008, la Conférence sur l’islam d’Allemagne, présidée par le ministre de l’intérieur, Wolfgang Schäube, a demandé qu’on introduise de manière intégrée l’enseignement, en allemand, de la religion musulmane dans les écoles publiques. Les experts en pédagogie ont souligné que l’enseignement de l’islam dans la langue allemande, par des professeurs formés dans des universités allemandes favoriserait l’intégration.

    En revanche, personne ne sait vraiment ce qui est enseigné dans les écoles religieuses mises en place par les différentes mosquées. Typiquement, les élèves y récitent simplement des passages du Coran sans aucun commentaire critique.

    À l’inverse, les enseignants de l’islam dans les écoles publiques, sont supposés enseigner une forme éclairée de la religion, adaptée au contexte allemand.

    La réaction des parents musulmans par rapport aux cours donnés sur l’islam à l’école a été en général positive. Ils voient cette nouvelle matière scolaire comme une reconnaissance de leur origine culturelle par la culture dominante.

    Or ce qui manque par-dessus tout ce sont les professeurs de religion. Selon certaines estimations, cela pourrait prendre dix ans avant que l’on atteigne le nombre suffisant d’enseignants qualifiés. Actuellement, il n’y en a environ que 150 (dont 80 se trouvent en Rhénanie-du-Nord-Westphalie) dans toute l’Allemagne, pour un nombre d’élèves musulmans estimé à 750 000. On aurait besoin de dix fois plus de professeurs au minimum.

    Seules les universités de Münster, d’Osnabrück et d’Erlangen proposent des programmes de formation pour les enseignants en religion. Par conséquent, cela va prendre un bout de temps avant que les cours sur l’islam fassent partie du programme normal de toutes les écoles publiques du pays.






    Source : emarrakech.info
     

Partager cette page