L’offre Maroc séduit les british

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 10 Novembre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Joindre l’acte à la parole. Lors de sa visite en janvier dernier au Maroc, le Lord Maire de Londres Alderman Ian Luder avait exprimé la disposition de la City à développer des projets de partenariat avec le secteur financier du royaume.

    Il avait également confié que la communauté d’affaires britannique suivait de très près la croissance rapide que connaît notre économie et qu’«elle serait ravie de voir Londres et Casablanca nouer un partenariat».
    Il n’en fallait pas plus pour que des VRP du royaume, à leur tête les ministres des Affaires étrangères, Taïb Fassi Fihri, des Finances, Salaheddine Mezouar, de l’Energie, Amina Benkhadra, de l’Industrie, Ahmed Réda Chami, et des opérateurs économiques de premier plan prennent tout au pied de la lettre.

    Depuis hier, lundi 9 novembre, pour deux jours, cette forte délégation a investi la City pour y promouvoir les atouts du royaume. Un véritable point de départ d’un rendez-vous d’affaires sur les investissements au Maroc que pouvoirs publics et opérateurs économiques souhaitent annuel. Côté diplomatique, on voit dans cette première conférence de Londres, «la volonté politique des deux pays de passer à la vitesse supérieure pour concrétiser un partenariat qui ne peut qu’être bénéfique aux deux pays amis».

    Les deux jours d’échange ont permis d’examiner plusieurs questions relatives notamment à la croissance économique au Maroc dans une conjoncture internationale difficile, le développement des secteurs industriels marocains et les opportunités offertes par le Maroc dans le domaine de l’énergie. Pour Chami, la conférence de la City est non seulement une façon de poursuivre la politique du gouvernement d’aider nos entreprises à l’étranger, mais «elle permet également de convaincre les entreprises étrangères, notamment britanniques, d’investir au Maroc, en les aidant à obtenir les fonds nécessaires pour concrétiser leurs projets».

    Au-delà de l’offre Maroc, qui a séduit les potentiels investisseurs britanniques, venus de toute la Grande-Bretagne voire des pays voisins, c’est l’expertise financière développée par le royaume qui a le plus attiré leur attention. «Le savoir-faire financier indéniable», comme en témoigne la présence de plus en plus de banques marocaines dans plusieurs régions du monde, «a tout à gagner d’un partenariat stratégique avec la City». Auquel cas un tel partenariat contribuera à la concrétisation de la volonté de faire de la place casablancaise un hub de la finance dans la région.
    Sur ce chapitre, les «chasseurs de bonnes affaires», réunis à la City, en ont déjà un avant-goût. Les résultats de l’analyse du cabinet londonien d’intelligence économique, Oxford Business Group, qui avaient relevé de belles perspectives pour la Bourse de Casablanca, en ont convaincu plus d’un. Le patron de l’Agence marocaine du développement de l’investissement (Amdi), Fatahallah Sijilmassi, peut se frotter les mains.


    http://www.leconomiste.com/

     

Partager cette page