La bataille de la mortalité infantile n'est pas encore gagnée

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 3 Août 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Dix ans après la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD, Caire 1994), l'Association marocaine de planification familiale organise depuis trois jours (2, 3 et 4 août) une rencontre sur le thème “ Des recommandations à l'engagement et l'application, pour la réalisation des objectifs du troisième millénaire ”.

    Placée sous le Haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, cette manifestation à laquelle prennent part les représentants de plusieurs pays arabes se fixe pour objectif principal d'examiner la situation après 10 ans de travail dans le cadre du Programme d'action de la CIPD et de discuter des mesures à prendre pour surmonter les écueils qui entravent les efforts fournis dans ce sens.

    Il s'agit de donc de faire un bilan à mi-parcours puisque le Programme d'action de la CIPD vise à garantir, d'ici 2015, l'accès universel à un ensemble de services de base en matière de santé reproductive et à adopter un certain nombre de mesures spécifiques pour favoriser le développement humain et la promotion de la condition de la femme.

    Mme Myriam Ment Ahmed Aicha, présidente du Comité exécutif régional de la Fédération internationale de planification familiale a reconnu, dans une allocution prononcée à l'ouverture de cette rencontre, l'existence d'un certain nombre d'obstacles «liés notamment au fait que certains pays donateurs n'ont pas respecté les engagements qu'ils ont contractés lors de la conférence du Caire en 1994».

    Pour sa part, le Dr Abdelmounaim Abou Nawar, directeur de l'équipe d'assistance technique aux pays arabes du FNUAP, a estimé que le bilan de la CIPD est plutôt mitigé, soulignant au passage le manque d'engagement d'un certain nombre de pays arabes. «Les réalisations ne sont pas à la hauteur des aspirations. Il n'y a pas un partenariat au vrai sens du terme puisque la majorité des fonds proviennent de l'extérieur des pays arabes», a-t-il dit.

    Selon le même responsable, la situation est telle qu'il faut fournir davantage d'efforts et coordonner mieux les actions entreprises, d'autant que les problèmes de santé reproductive commencent à se poser avec une certaine acuité.


    «Le monde arabe vient juste après l'Afrique en ce qui concerne les nouveaux cas du sida. La mortalité pendant l'accouchement reste encore élevée, le taux d'analphabétisme aussi notamment chez les femmes et l'utilisation des moyens, contraceptifs reste assez limitée» a-t-il expliqué.

    Le Dr Abdelmounaim Abou Nawar a déploré par ailleurs, le fait que les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ne comprennent pas l'objectif central du programme d'action de la CIPD, à savoir la prestation de soins de santé sexuelle et reproductive pour tous, d'ici 2015.

    Il a ainsi appelé les pays arabes à saisir l'occasion de la réunion prochaine des pays du Groupe 77 pour demander l'intégration du volet relatif à la santé reproductive dans les OMD.

    «Il y a corrélation entre objectifs du millénaire pour le développement et le programme d'action de la CIPD. Ce dernier étant nécessaire à la réalisation des OMD». Visiblement donc, les participants à la Conférence internationale de Rabat sur la population et le développement auront du pain sur la planche.

    Au bout de trois jours de débats et de concertations, ils devraient proposer une stratégie qui permettrait de pallier les insuffisances et les imperfections des actions présentes. Concrètement, il s'agit de prendre un nouveau départ pour être au rendez-vous à l'échéance 2015.


    Par: Abdelwahed Rmiche
    Source: LE MATIN.
     

Partager cette page