La Caravane-débat « Oui Autonomie » entame son périple à partir de Marrakech : La pos

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 9 Novembre 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    La Caravane-débat autour du projet d’autonomie du Sahara marocain, initiée sous le thème « Oui Autonomie » vient d’entamer son périple à partir de Marrakech, par l’organisation vendredi soir d’une grande rencontre qui a réuni des personnalités de différents horizons, dont des intellectuels et des chercheurs. Le but étant de mettre la lumière sur cette proposition marocaine de doter ses provinces du Sud d’une autonomie élargie sous souveraineté du Royaume. Ce sont donc des personnalités éminentes, parmi des responsables gouvernementaux, des représentants des autorités locales, des élus locaux, des chercheurs et universitaires, des acteurs associatifs ainsi que des représentants des associations sahraouies établies au Maroc et à l’étranger qui ont répondu présent à cette grand-messe des intellectuels.
    Cette rencontre, dont le thème choisi a été « le projet d’autonomie du Sahara marocain dans la pensée marocaine » est la première d’une série de rencontres prévues dans les villes de Lâayoune, Asilah, Fès et Rabat.
    Selon les organisateurs de cet événement, placé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, des Marocains établis à l’étranger notamment en France, au Canada, en Espagne et en Belgique ont salué l’originalité de cette Caravane, tout ont formulant le vœu de la voir atterrir dans leurs pays de résidence pour rapprocher davantage la communauté internationale de ce dossier et faire connaître la réalité en toute objectivité, dans le but de couper court aux allégations et aux mensonges des ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume.
    La pertinence de cette rencontre ne s’est pas limitée au thème choisi qui concerne une question déterminante pour le destin du Royaume, mais tient également à la qualité des personnes invitées et des intervenants.
    C’est ainsi que cette table ronde a été rehaussée par la présence du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri, le wali de la région Marrakech-Tensift-Al Haouz par intérim, Bouchaïb El Moutaouakil, le gouverneur de la préfecture de Marrakech par intérim, Ahmed El Hamidi, le maire de la ville, Fatima Zohra Mansouri, les élus locaux, des acteurs de la société civiles ainsi que des membres d’associations sahraouies établies au Maroc et à l’étranger.
    Dans son exposé, le ministre de la Communication a mis en lumière l’originalité et la profondeur de la proposition marocaine, laquelle a été largement accueillie et saluée par la communauté internationale, la qualifiant de « sérieuse » et de « crédible ».
    Mohamed RAMI
    Suite page 3



    Le projet d’autonomie du Sahara marocain est un projet « juste » et «pertinent», car fondé sur trois types de considérations, à savoir idéologiques, historiques et diplomatiques, a expliqué le ministre avant d’affirmer qu’une telle proposition, qui émane d’une grande sagesse, n’a pas tardé à inciter la Communauté internationale à revoir sa position, sa perception et son traitement de ce dossier.
    La proposition marocaine puise sa pertinence dans l’approche démocratique sur laquelle elle est fondée ; démocratique par ses principes mais également par ses mécanismes, à savoir la décentralisation, la déconcentration et la régionalisation, a estimé le ministre. Et M. Naciri de poursuivre que cette proposition intègre une donne historique du Royaume, à savoir l’intégrité territoriale qui fait du Sahara comme une partie intégrante du territoire national, rappelant que le Maroc est l’unique acteur agissant au niveau régional, armé d’audace, de capacité et de courage politiques, d’autant plus qu’il s’agit d’une grande nation des plus respectées.
    «Le Maroc qui fait montre, comme à l’accoutumée, d’un haut degré de responsabilité, évite toute solution de nature à briser l’unité maghrébine », a dit M. Naciri, appelant les différentes composantes de la société marocaine à resserrer les rangs et à se mobiliser pour mettre fin à ce conflit monté de toute pièce par les ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume.
    M. Naciri a indiqué également que ce projet “ambitieux”, “sérieux” et “crédible” est pertinent, car le Maroc est un pays de diversité humaine et sociologique, notant que cette proposition qui est de nature à préserver la paix et la stabilité dans la région, ne peut être qu’une solution définitive à ce conflit artificiel.
    Le président de l’Association Ribat Al Fath et de la Ligue des associations régionales d’utilité publique, Abdelkrim Bennani, a, quant à lui, qualifié “d’initiative responsable à forte dimension politique” le projet d’autonomie des provinces du Sud, faisant savoir que les associations civiles n’ont pas hésité à adhérer, dès le départ, dans un esprit de responsabilité et d’engagement, à l’ensemble des initiatives visant à consacrer les valeurs de citoyenneté et à mieux faire connaître le dossier du Sahara marocain.
    M. Bennani a tenu à indiquer également que cette Caravane est l’illustration éclatante de la mobilisation inconditionnelle du peuple marocain, individus et groupements et à leur tête la société civile, pour la défense des valeurs sacrées du Royaume, mettant en relief le rôle joué par les associations, notamment pour faire connaître la question du Sahara marocain et pour la mobilisation des citoyens et de leur encadrement en vue de l’instauration des valeurs de paix et de dignité.
    Il s’est félicité également de l’organisation de cette rencontre, placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, et qui coïncide avec la célébration par le Royaume du 34ème anniversaire de la Marche Verte ; une Marche qui, a-t-il dit, se poursuit toujours car il s’agit d’une Marche des libertés, de la démocratie, des droits de l’Homme, du développement, du progrès, de la prospérité, de la solidarité et de l’intégration.
    C’est aussi une Marche contre la haine, contre les complexes historiques, contre la fermeture et contre les trahisons, a-t-il dit.
    Larbi Akesbi, initiateur et directeur de la Caravane-débat “Oui Autonomie” a fait savoir que par le biais de cette initiative, “nous aspirons d’abord à mobiliser l’opinion publique quant à l’importance de ce projet. Par la suite, nous visons à mobiliser davantage les Marocains sur le projet d’autonomie du Sahara et ainsi, participer, parallèlement avec la diplomatie marocaine, à sa réalisation”.
    “Nous voulons tout de même montrer à la Communauté internationale que les décisions prises par les hauts responsables marocains sont des décisions qui émanent de la société civile, des décisions qui expriment ses ambitions et ses idées”, a-t-il poursuivi.
    Quant aux autres participants, ils ont été unanimes à affirmer que la question de l’intégrité territoriale du Royaume est une question d’existence, une question de vie ou de mort avant d’être une question de frontière.
    Ils ont souligné que l’évolution du dossier sous les auspices des Nations unies, met le Maroc dans une position confortable, appelant à l’accentuation des efforts de tous et à leur mobilisation générale autour du Souverain jusqu’à la résolution définitive de ce conflit.
    Les intervenants ont mis en lumière également l’originalité, la philosophie et les avantages de la proposition marocaine et pour le Maroc et pour toute la région et ce à travers une lecture comparative avec certaines expériences étrangères réussies en matière de régionalisation, notamment les exemples allemand, espagnol, français et italien.
    A l’issue de cette rencontre, l’assistance a été conviée à visionner un documentaire sur le Corcas, sur les grandes réalisations accomplies par le Maroc dans ses provinces du Sud dans les divers domaines, ainsi que sur les différentes étapes que le projet d’autonomie du Sahara marocain a traversées.
    La Caravane-débat « Oui Autonomie » qui devra se poursuivre jusqu’au 25 décembre prochain, est organisée par l’Agence “X-prime Com”, en partenariat avec les Associations “Ribat Al Fath”, “Grand Atlas”, “Fès-Saïs” et la Fondation du Forum d’Assilah.








    Source : libe.ma
     

Partager cette page