La CNSS célèbre son 50ème anniversaire : L’indemnité pour perte d’emploi à l’étude

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 10 Novembre 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    Bonne nouvelle pour les salariés. La Caisse nationale de sécurité sociale indemnisera les salariés en cas de perte d’emploi. Le projet a été annoncé par Jamal Rhmani, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, lors de la cérémonie de célébration du 50ème anniversaire de la CNSS, organisée le 9 novembre à Casablanca.

    Ce projet garantit au travailleur qui perd son emploi de profiter des indemnités de la Caisse, ainsi que le droit de bénéficier des allocations familiales et d’une couverture médicale pour une période de 6 mois. Le salarié bénéficiera aussi des services de l’ANAPEC et de l’OFPPT, jusqu’à sa réintégration au marché du travail.

    Dans son discours, Jamal Rhmani a noté aussi l’amélioration des services et prestations de la Caisse, ce qui se répercutera sur le rendement de cet établissement. Le ministre a rappelé quelques chiffres clés : augmentation du nombre d’entreprises affiliées déclarantes qui s’est élevé en 2008 à 111.000 entités, de celui des salariés déclarés qui a atteint, durant la même période, 2.040.000 alors que la masse salariale réelle déclarée s’est élevée à 62,4 millions de DH.

    Le ministre a aussi rendu hommage au rôle de la direction de la CNSS pour parvenir à ces résultats, à travers l’utilisation de nouvelles méthodes de gestion, la réforme du système de contrôle et d’inspection et la rationalisation des ressources humaines.
    De son côté, Said Ahmidouch, directeur général de la CNSS, a rappelé les défis relevés par la caisse durant les 50 dernières années. Il a annoncé ce qu’il considère comme une première : l’élargissement du panier de soins qui comprendra les soins ambulatoires excepté les soins dentaires jusqu’à présent, et ce sans augmentation des cotisations. Cette décision est le fruit d’une stratégie établie par la Caisse afin d’améliorer les services et le traitement des demandes des salariés.

    Said Ahmidouch a, par ailleurs, évoqué les premiers effets de cette stratégie. Il a ainsi souligné que le délai de remboursement des frais de soin est désormais de 14 jours pour les salariés et 41 jours pour les établissements de soins, en ajoutant que la couverture sociale concernera de nouvelles catégories de retraités ainsi que le développement de l’assurance maladie obligatoire, entre autres prestations.
    Il convient de préciser que cette cérémonie n’est qu’une manifestation parmi d’autres qui seront organisées par la CNSS du 9 au 14 novembre, sous le signe la « Semaine de la sécurité sociale ».








    Source : libe.ma
     
  2. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    CNSS: Encore de nombreux défis à relever

    · La caisse fête son cinquantenaire

    · Les accidents du travail et les maladies professionnelles non couverts


    Un demi-siècle après sa mise en place, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a encore d’énormes défis à relever. C’est du moins le constat fait par les participants au cinquantenaire de l’institution, le 9 novembre dernier à Casablanca.

    L’extension de la couverture sociale à tous les travailleurs, celle de l’assurance maladie obligatoire (AMO) aux soins ambulatoires, la réforme de la retraite sont passées au peigne fin lors de cette manifestation.
    Aujourd’hui, la CNSS couvre plus de 2 millions de salariés sur environ 5 millions. Après 50 ans, ce chiffre reste en deçà des objectifs. Quant à la masse salariale déclarée, elle représente environ 68 milliards de DH. Un déficit de couverture, mais également un manque à gagner pour l’économie qui est dû notamment au laxisme dans l’application des lois sociales, relève Saïd Ahmidouch, directeur général de la CNSS. «Certains employeurs déclarent leurs salariés uniquement pour avoir une carte d’affilié. D’autres ne déclarent qu’une partie du salaire pour payer moins de charges», estime pour sa part Miloudi Moukharek, secrétaire général de l’Union marocaine des travailleurs (UMT). Et d’ajouter que «le risque pour le salarié réside dans le fait qu’il ne peut bénéficier d’une pension de retraite s’il ne comptabilise pas les 3.140 jours de travail requis».

    Par ailleurs, l’absence d’un cadre réglementaire adéquat constitue l’une des difficultés majeures du système de retraite national, est-il indiqué. «Il faut une unification de la réglementation pour l’ensemble des caisses de retraites. Et ceci également au niveau de la gestion financière», relève Khalid Cheddadi, président directeur général de la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR). L’on dénombre aujourd’hui plus de 3 millions de bénéficiaires d’une allocation de retraite. Quelque 15 milliards de DH de pensions sont versées chaque année. De même, la contribution des cotisations sociales dans l’économie n’est pas négligeable. «170 milliards de DH de réserves sont injectées dans l’économie chaque année», indique le PDG de la CIMR.

    Sur un autre registre, l’AMO ne couvre qu’environ 400.000 personnes sur plus de 2,2 millions d’ayants droit. Toutefois, son extension aux soins ambulatoires devrait connaître une issue prochainement. En tout cas, selon Moukharek, «il ne reste plus qu’un petit décret pour que l’extension des paniers de soins aux soins ambulatoires soit effective». Le chantier de la protection sociale reste immense. Et son élargissement à l’ensemble de la population reste le défi principal de la CNSS. Déjà sur la période 2009-2011, il sera mis en place un «portail assuré» qui permettra d’effectuer une simulation du montant de la pension, d’avoir une situation des paiements des dossiers de prestation… Il est également prévu l’ouverture de 19 agences d’ici 2011.

    --------------------------------------------------------------------------------


    Indemnité


    «L’un des défis de la protection sociale aujourd’hui consiste en la mise en place d’une assurance pour la perte de l’emploi», indique Jamal Rhmani, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Cette indemnité de perte d’emploi (IPE) est destinée à un salarié déclaré à la CNSS et qui a perdu son travail. Concrètement, il bénéficiera de cette indemnité pendant 6 mois. Il gardera également tous ses avantages liés à la couverture médicale. Par ailleurs, il profitera d’un accompagnement de l’Anapec et de l’OFPPT pour sa réintégration dans le monde du travail.

    A noter que la protection sociale marocaine ne couvre que 7 branches sur les 9 recommandées par l’Organisation internationale du travail (OIT). Il manque la couverture sociale pour la perte de l’emploi, les accidents du travail et les maladies professionnelles.


    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page