La construction d'un mur à Bagdad suscite la controverse

Discussion dans 'Scooooop' créé par safdounia, 24 Avril 2007.

  1. safdounia

    safdounia SIGN OF THE DOVE

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    La polémique enfle à Bagdad sur le projet des forces américaines de construire un mur de sécurité pour protéger un quartier sunnite de la capitale irakienne, une initiative dénoncée par le Premier ministre Nouri al Maliki qui a demandé l'arrêt immédiat de la construction.

    Des centaines d'habitants du quartier d'Adhamiya, une enclave sunnite située dans l'est principalement chiite de Bagdad, ont manifesté contre l'édification du mur, qui doit atteindre 3,5 mètres de haut et courir sur cinq kilomètres.

    De nombreux habitants craignent que l'édifice ne les isole des autres communautés et renforce les tensions interconfessionnelles. Certains le comparent au mur construit par Israël en Cisjordanie.

    "Une barrière autour d'Adhamiya, c'est comme une assignation à résidence pour les familles qui y vivent", pouvait-on lire sur l'une des banderoles.

    "Adhamiya va être isolé des autres quartiers. Nous serons comme les Palestiniens et nous refusons cela", expliquait un homme assis à la table d'un café.

    Les forces américaines et les autorités irakiennes ne s'attendaient apparemment pas à cette réaction d'hostilité.

    CINQ MURS DOIVENT ETRE CONSTRUITS A BAGDAD

    Après l'appel lancé dimanche par le Premier ministre irakien à l'arrêt immédiat de la construction, la confusion la plus totale règne sur l'avenir de l'ouvrage, dont les travaux ont débuté il y a deux semaines.

    Ni l'ambassadeur des Etats-Unis en Irak, Ryan Crocker, ni le porte-parole de l'armée américaine, le contre-amiral Mark Fox n'ont parlé d'un arrêt des travaux.

    "Ces barrières de sécurité sont une initiative de l'armée irakienne et ont été approuvées par le gouvernement d'Irak (...) Ces barrières sont des boucliers provisoires pour protéger le peuple irakien des meurtriers qui essaient de faire entrer des voitures piégées dans leurs quartiers", a expliqué Fox.


    L'US Army a indiqué que cinq murs de béton de ce type devaient au total être construits à Bagdad, dans le cadre du plan de sécurité lancé en février par les forces américaines et irakiennes pour tenter d'endiguer les violences interconfessionnelles.

    Fox a déclaré que "les inquiétudes des habitants" pourraient être prises en compte mais il a précisé que la décision revenait aux autorités irakiennes.

    Crocker a, pour sa part, estimé que la construction d'un mur dans les zones où des lignes de séparation étaient évidentes "faisaient sens en terme de sécurité".

    Le porte-parole irakien pour le plan de sécurité de Bagdad a déclaré de son côté que "la construction des barrières de sécurité à Bagdad continuerait sans exception".

    La configuration des différents quartiers de la capitale irakienne obéit déjà pour l'essentiel à des critères confessionnels depuis le bombardement de la Mosquée d'or de Samarra en février 2006 qui a provoqué un déferlement de violences.

    Les sunnites vivent désormais principalement sur la rive ouest du Tigre et les chiites sur sa rive orientale, même s'il existe toujours quelques quartiers mixtes.

    BAGDAD (Reuters)
     

Partager cette page