La culture du cannabis en baisse au Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 26 Juin 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    La superficie des terres cultivées en cannabis a diminué de 10% l'année dernière, passant de 134.000 hectares en 2003 à 120.500 hectares en 2004.
    Dans une interview accordée à la MAP, à l'occasion de la journée internationale contre l'abus et le trafic illicite des drogues, célébrée le 26 juin de chaque année, Khalid Zerouali, directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l'Intérieur a rappelé que, dans la lutte qu'il mène contre le fléau de la drogue, le Maroc adopte une démarche volontariste et dynamique.


    Citant les résultats de la deuxième enquête 2004 sur le cannabis au Maroc, réalisée par le gouvernement marocain en collaboration avec l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), il a indiqué que dans la province d'Al Hoceima, la culture du cannabis a chuté de 54 % (soit 12.300 ha) entre 2003 et 2004, enregistrant la plus forte diminution en terme absolu.

    De même dans la province de Taounate, cette culture a baissé de 43 % entre 2003 et 2004, a ajouté M. Zerouali, expliquant que ce «succès» est dû aux différentes mesures d'accompagnement visant, d'une part, la maîtrise des réseaux de trafic et de consommation et, d'autre part, l'éradication des cultures de cannabis. En effet, a-t-il poursuivi, grâce aux efforts soutenus des autorités locales, des actions d'éradication sont menées dans les provinces du Nord évitant ainsi l'extension de ce genre de culture.

    Partant du fait que la répression à elle seule ne peut résoudre le problème, le directeur de la migration et de la surveillance des frontières a relevé l'importance de développer dans la zone du Nord des moyens de substitution, d'autant que, selon les dernières statistiques, 96.600 familles vivent de la culture du cannabis.

    Il a à cet égard rappelé le programme de développement spécifique développé par l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Nord, visant à dynamiser l'économie de cette région et en particulier l'espace du Rif central.

    Concernant la saisie des stupéfiants, M. Zerouali a souligné que l'action continue des différents services de sécurité a permis de mettre en échec maintes opérations de trafic de drogue.

    Aussi, 318,66 tonnes de kif ont-elles été saisies en 2004 contre 69,06 tonnes en 2003, soit un taux de variation de 361,41 %, a-t-il précisé.
    Concernant les drogues dures, 4,007 kg de cocaïne ont été saisis en 2004 contre 2,65 en 2003, soit une augmentation de 51,2 %.

    Les quantités d'héroïne interceptées en 2004 se sont, quant à elles, élevées à 0,99 kg contre 0,7 kg l'an dernier, soit 41,42 % de plus, alors que 168.257 unités de psychotropes ont été saisies en 2004 contre 106.466 l'année précédente, soit une augmentation de 58,03 %.

    L'importance des quantités de drogues saisies en 2004 est également due, selon le responsable, au travail sur le terrain des services de sécurité, notamment dans le domaine du renseignement et au recours à des moyens technologiques sophistiqués, ceci partant de la conviction que la lutte contre le trafic international de drogue doit passer par un meilleur contrôle des frontières.

    Il s'agit notamment d'appareils permettant de scanner les conteneurs au niveau des ports, puisque le trafic des stupéfiants passe principalement par le circuit routier.

    Etayant la stratégie nationale anti-drogue, il a souligné la nécessité de conjuguer les efforts pour renforcer d'une part la coordination au niveau institutionnel et d'autre part engager efficacement certains types d'actions communes à plusieurs secteurs voire à plusieurs pays.

    Cette approche globale de long terme vise, a-t-il rappelé, à limiter le trafic des drogues, réduire progressivement les cultures du cannabis et à apporter un soutien populaire à la lutte anti-drogue obtenue par une sensibilisation et une prise de conscience nationale des dangers liés à la consommation des stupéfiants.
    Elle a également pour objectif de responsabiliser les structures nationales, d'engager des actions de prévention tous azimuts et de communiquer sur les méfaits de la drogue et la nécessité de la combattre à tous les niveaux.
    La stratégie nationale est déclinée annuellement en plans d'action procédant par objectifs chiffrés et mesurables.

    La division de lutte antidrogue au sein du ministère de l'Intérieur centralise les données sur les drogues et assure la coordination des actions nationales dans ce domaine.

    Elle édite des rapports périodiques sur les drogues et s'apprête à mettre en ligne le premier site dédié à cette question.


    _______________________________________________________

    Des chercheurs proposent du kif exempt de matière active
    La culture d'un cannabis exempt de matière active pourrait constituer un moyen de lutte contre le trafic illicite des drogues, a souligné le président du centre d'études et de recherches sur les drogues et l'environnement (CERDE), M. Redouane Chakor.

    Dans une interview à la MAP, à l'occasion de la journée internationale contre l'abus et le trafic illicite des drogues célébrée le 26 juin de chaque année, M. Chakor a ajouté que cette culture pourrait être destinée à l'industrie pharmaceutique nationale ou même internationale.

    Le traitement du problème, a-t-il ajouté, ne peut être entièrement efficace que s'il se conjugue à une nouvelle vision des relations internationales loin de tout échange de reproches concernant la recrudescence du phénomène et la mise au point d'un programme de coopération qui réunit les deux approches répressive et préventive M. Chakor a en outre souligné que la guerre contre la drogue, qui est une problématique nord-sud, relève de la responsabilité de tous les pays et de toutes les parties concernées par ce fléau, plaidant notamment pour le développement des régions qui produisent les drogues naturelles, le cannabis en particulier.

    Comme solution alternative à la plantation du cannabis, des projets de développement visant à promouvoir la substitution des cultures illicites par de nouvelles cultures de rentes destinées à l'exportation ou au marché intérieur pourront être mis en place, a-t-il poursuivi.

    Par ailleurs, le chercheur a évoqué les dangers et les effets néfastes de la consommation de la drogue sur les jeunes en particulier et la société en général.

    La consommation de drogue, a averti le chercheur, conduit à une dépendance physique et psychologique. La première se traduit par un mal-être et une impression de manque qui survient une fois arrêtée la consommation habituelle alors que la dépendance psychologique se traduit par un état de dépression ressentie dès que les effets de la drogue se dissipent.

    La consommation, la production et le trafic illicite des drogues continuent d'augmenter dans bien des régions du monde et le nombre de personnes qui en subissent les conséquences va croissant.

    Cette tendance est à la fois la cause et la conséquence de la hausse de la criminalité dans le monde, de la propagation du VIH/sida et de la dégradation des valeurs familiales.


    Le CERDE est une organisation non gouvernementale domiciliée à l'Ecole normale supérieure de Rabat. Elle a pour objectif principal l'éducation à la santé en matière de drogues et IST/sida en particulier dans le milieu scolaire.

    MAP
    Le Matin
     
  2. caluptux

    caluptux Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : La culture du cannabis en baisse au Maroc

    a sir barak min lakdoub!! darbi chi doura rah lkif kayne daba fwaza o taza
     

Partager cette page