La famille Zoubairi dénonce l'exploitation politique de l'affaire

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 30 Septembre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Le juge d'instruction près la cour d'appel de Marrakech a accordé, jeudi, la liberté provisoire à Mehdi Zoubairi, accusé de participation au détournement de fonds publics et poursuivi dans l'affaire de détournements de stocks du Palais Royal de Marrakech, apprend-on de source judiciaire. Cette mise en liberté provisoire intervient suite au reniement du principal accusé dans cette affaire des propos qui lui ont été attribués dans le procès verbal de la police judiciaire concernant les accusations portées à l'encontre de Mehdi Zoubairi, ajoute la même source.

    Dans une déclaration à la MAP suite à sa mise en liberté provisoire, Mehdi Zoubairi a relevé également que l'enquête dont il a fait l'objet était conforme à l'image positive qu'il s'est faite de la justice marocaine. Il a d'autre part critiqué vigoureusement «certaines tribunes médiatiques ayant, malheureusement, publié une série d'articles qui ne se basent pas sur des sources sûres, déclenchant un tollé sur cette affaire dont je ne minimise pas l'importance».

    Il a d'autre part critiqué vigoureusement "certaines tribunes médiatiques ayant, malheureusement, publié une série d'articles qui ne se basent pas sur des sources sûres, déclenchant un tollé sur cette affaire dont je ne minimise pas l'importance".

    Il a appelé, à ce propos, à "la nécessité de recouper les informations et s'assurer de leur véracité avant leur publication afin de ne pas induire en erreur l'opinion publique", se déclarant entièrement confiant en la justice marocaine, avec à sa tête S.M. le Roi Mohammed VI, laquelle justice traitera comme il se doit l'affaire de la mort de son frère Hassan Zoubairi, poursuivi dans la même affaire.


    A noter à ce propos que la famille de Hassan Zoubairi a estimé que "la tentative de certaines tribunes d'exploiter (son décès) à des fins politiques, propagandistes et matérielles" est contraire "aux nobles valeurs humaines qui consistent à rendre justice à qui de droit", relevant que ce genre de comportement est de nature à "dévoyer l'affaire pour la placer, hors de son contexte, dans le labyrinthe des calculs personnels obscurs".

    Dans un communiqué à l'opinion publique dont la MAP a reçu copie, la famille de Hassan Zoubairi souligne que les Marocains vivent dans un Etat de droit dans le cadre d'une monarchie constitutionnelle et démocratique, se disant très confiante en la Haute sollicitude dont le Souverain entoure les démunis et les innocents parmi les citoyens du Royaume.

    "Afin de parer à toute exploitation de cette affaire à des fins étroites, et motivés que nous sommes par le souci d'éviter au pays toute atteinte à sa réputation et à celle de ses institutions et de son processus démocratique, pouvant semer les germes du doute dans son expérience pionnière des droits de l'Homme", la famille de Hassan Zoubairi s'adresse à "Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, dans l'espoir de voir le Souverain entourer la famille de la victime de sa Haute sollicitude au présent et à l'avenir, sachant que Sa Majesté le Roi est, après Dieu, le seul à même de lui rendre justice".

    Le communiqué est signé par Abdellah Zoubairi, père de Hassan Zoubairi, Aicha Belahcen (sa mère), Naima Ouakrim (son épouse) et Ibrahim Zoubairi (son frère).
    La famille de Hassan Zoubairi a adressé une mise au point au journal Assahifa dans laquelle elle apporte des précisions sur des déclarations qu'elle a attribuées au frère de Hassan Zoubairi.

    MAP Ceux qui gèrent la ville font preuve d'une totale absence d'ambition et de vision pour la cité. "C'est une gestion d'épicier", dira sous couvert d'anonymat un élu municipal.

    Un autre élément est également passé sous silence. La vocation agricole de la ville. Meknès, qui bénéficie d'un arrière-pays riche sur le plan agricole, traîne les pieds. Rien n'est fait pour mettre en valeur cette richesse… Ni journées d'études, ni foires ne sont organisées à cet effet. La ville ressemble de plus en plus à un simple chef-lieu d'une province…Le gâchis est énorme.

    La ville qui constitue la plus grande prise du PJD a révélé les limites de la gestion islamiste. Si le choix d'Aboubaker Belkora, qui n'a rien d'un apparatchik, était voulu pour rassurer la population, le résultat est lui décevant. Le PJD savait que c'est à l'aune de sa gestion communale que son aptitude à accéder aux affaires sera jugée…Au vu de ce qui s'est passé à Meknès, le compte est loin d'être bon.



    MAP
    Le Matin
     

Partager cette page