La France revend ses surplus de vaccins anti-grippe A

Discussion dans 'Info du monde' créé par Pe|i, 3 Janvier 2010.

  1. Pe|i

    Pe|i Green heart ^.^

    J'aime reçus:
    501
    Points:
    113
    [​IMG]

    L'a France a commencé à vendre à des pays étrangers une partie des 94 millions de doses de vaccins contre la grippe A, a déclaré dimanche la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, confirmant une information du Parisien/Aujourd'hui en France. Le quotidien, qui cite des sources au ministère de la santé, précise que les doses sont revendues, par principe, au prix où elles ont été achetées auprès des laboratoires pharmaceutiques, soit de 6,25 à 10 euros selon les produits.

    Cette opération, menée conjointement par les ministères de la santé et des affaires étrangères, vise à réduire la facture de la campagne de vaccination de masse décidée par le gouvernement (pour un coût de 869 millions d'euros, selon le ministère). Elle est la conséquence de l'avis rendu le 1er novembre par l'Agence européenne de la santé qui indique qu'une seule injection au lieu de deux suffit pour être protégé du virus. "Ce jour-là, on a compris qu'avec les 94 millions de doses achetées en juillet, nous détenions trop de vaccins", explique un responsable du ministère de la santé cité par Le Parisien.

    Sanofi Pasteur, la division vaccins du groupe Sanofi-Aventis, s'est déclarée dimanche "disposée à examiner" une éventuelle demande de renégociation du contrat d'achat de doses de vaccins avec le gouvernement français. "Pour l'instant, il n'y a pas eu de renégociation du contrat mais s'il devait y avoir des demandes du gouvernement, Sanofi Pasteur serait disposé à les examiner", a affirmé un porte-parole du laboratoire.

    "FIASCO"

    Le député Jean-Marie Le Guen, spécialiste au PS des questions de santé, a réclamé dimanche une mission parlementaire pour faire le bilan de ce qu'il a qualifié d'"échec" du gouvernement dans la campagne de vaccination contre la grippe H1N1. "La politique vaccinale est malheureusement un fiasco" aboutissant "à ce que nous ayons le plus faible taux de personnes vaccinées des pays développés", écrit-il sur son blog. Depuis le début de la campagne de vaccination, lancée le 21 octobre, seules 5 millions de personnes environ ont été vaccinées.

    D'après Le Parisien, des contrats ont déjà été signés avec le Qatar (300 000 doses) et l'Egypte (2 millions) pour un montant total 16,1 millions d'euros. D'autres négociations sont en cours, notamment en Ukraine où une bataille commerciale oppose la France à l'Allemagne, qui essaie elle aussi de se défaire de ses excédents en vendant à Kiev 2,2 millions des 50 millions de doses commandées.


    200 MORTS EN FRANCE

    La France avait déjà offert en septembre 9 millions de doses à l'OMS, dans le cadre d'un effort conjoint avec les Etats-Unis, l'Australie, le Brésil, l'Italie, la Nouvelle Zélande, la Norvège, la Suisse et le Royaume Uni, pour mettre 10 % de leurs stocks au bénéfice des populations des pays les plus pauvres.

    Signalé pour la première fois fin mars au Mexique, le virus H1N1 s'avère pour le moment moins meurtrier que redouté. Fin décembre, il avait causé près de 200 décès en France et 12 200 à travers le monde, dont 10 000 aux Etats-Unis, de loin le pays le plus touché.

    Le monde
     
  2. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Grippe A/H1N1 : des pays européens tentent d’écouler leur surplus de vaccins

    La France, l'Allemagne et les Pays-Bas ont entrepris de revendre à l'étranger une partie de leurs stocks de vaccins contre le virus de la grippe H1N1 commandés en excédent, afin d'alléger la facture de cette campagne.
    Dans la perspective d'une pandémie mondiale redoutée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ces pays avaient passé d'importantes commandes, tablant initialement sur une double injection pour chaque sujet.
    Mais il est ensuite apparu qu'une dose unique suffisait à protéger les patients. De plus le nombre de personnes vaccinées n'a pas atteint le niveau escompté par les gouvernements.
    La France avait commandé l'été dernier 94 millions de doses de vaccins, pour un montant total de 869 millions d'euros, selon le ministère de la Santé.
    Or, à ce jour, seules 5 millions de personnes environ ont été vaccinées dans le pays.
    "On était parti sur un schéma de vaccination à deux doses, mais dès lors qu'une seule dose suffit, on peut se permettre de revendre une partie du stock", a expliqué dimanche à l'AFP une porte-parole du ministère français de la Santé.
    Dès lors, la France a commencé à se tourner vers l'étranger pour écouler ses stocks. Parmi les premiers acquéreurs, le Qatar a déjà acheté 300.000 doses et la négociation est bien engagée avec l'Egypte pour 2 millions de doses, a précisé le ministère.
    Selon le ministère, des négociations sont également en cours avec le Mexique et avec l'Ukraine, où la France est en concurrence avec l'Allemagne qui essaie elle aussi de se défaire de ses excédents en vendant à Kiev 2,2 millions des 50 millions de doses commandées.
    Depuis le début de la campagne de vaccination en Allemagne, seule 5% de la population et 15% des médecins et personnels médicaux se sont fait vacciner.
    Les Pays-Bas également, qui avaient commandé 34 millions de doses, ont annoncé leur intention d'en revendre 19 millions "à des pays manquant fortement de vaccins". Deux millions avaient déjà trouvé preneurs en décembre, selon le ministère néerlandais de la Santé.
    De son côté, l'Espagne avait commandé initialement 37 millions de doses, en se réservant la possibilité d'en acheter moins. Selon la ministre de la Santé Trinidad Jimenez, l'achat final sera donc de 13 millions de vaccins.
    "Nous en avons fourni 9 millions aux régions (qui ont compétence en matière de santé) et nous gardons le reste pour la réserve stratégique", a-t-elle expliqué dimanche au journal El Pais.
    Selon le journal Le Parisien, les doses revendues par la France le sont au prix auquel elles avaient été achetées, soit 7 euros pièce pour le vaccin acquis par le Qatar. Mais le ministère n'a pas souhaité dimanche communiquer sur ce point.
    La France avait offert en septembre 9 millions de doses à l'OMS, dans le cadre d'un effort conjoint avec les Etats-Unis, l'Australie, le Brésil, l'Italie, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Suisse et le Royaume-Uni, pour mettre 10% de leurs stocks au bénéfice des populations des pays les plus pauvres.
    Signalé pour la première fois fin mars au Mexique, le virus H1N1 a atteint son pic en décembre dans l'hémisphère nord, selon l'OMS, mais s'avère pour le moment moins meurtrier que redouté.
    Fin décembre, il avait causé 12.200 décès à travers le monde, dont 10.000 aux Etats-Unis, de loin le pays le plus touché.
    Pour l'OMS cependant, "il est trop tôt et prématuré d'affirmer que l'on soit arrivé à la fin de la pandémie au niveau mondial", affirmait sa directrice Margaret Chan le 29 décembre.







    Source : libe.ma
     

Partager cette page