La guerre des trois n’auras pas lieu.

Discussion dans 'Info du bled' créé par MATAPAYOS, 3 Juin 2006.

  1. MATAPAYOS

    MATAPAYOS Citoyen

    J'aime reçus:
    4
    Points:
    38
    La guerre des trois n’auras pas lieu.

    Loin des redites et des lieux communs rebattus sur l’Algérie pays frère, avec lequel le Maroc partage confession, langue et histoire, les relations entre ces deux voisins s’apparentent plutôt à une sorte de guerre froide ouverte risquant de s’accentuer, du moins sur le moyen terme.El Houssine Majdoubi



    [​IMG]



    A preuve, la course effrénée vers l’armement dans laquelle Alger, forte de la manne pétrolière, s’est dernièrement engagée. On pourrait néanmoins avancer que l’Algérie ne sort pas toujours gagnante de cette guerre. Parfois même, elle accuse, face au Maroc, de lourdes pertes dans les diverses instances internationales. Le Sahara constitue, on s’en doute, le théâtre privilégié de la guerre classique opposant Rabat et Alger. En effet, le ministre algérien des Affaires étrangères, Mohammed Badjaoui, a prolongé son séjour au siège de l’ONU, toute une semaine après la présentation par le Secrétaire général de cette organisation Kofi Annan de son rapport sur le Sahara, le 18 avril dernier, dans lequel il écarte le Plan de James Baker comme solution. Pour éviter que le Conseil de sécurité adopte les recommandations de Kofi Annan, M. Badjaoui n’a pas hésité à prendre contact respectivement avec tous les représentants des membres permanents du Conseil de sécurité. Et ce afin de les rallier à la position algérienne préconisant l’autodétermination. Au fait, en plus du dossier du Sahara, les problèmes conflictuels ne manquent pas pour attiser l’affrontement entre les deux capitales maghrébines : partenariat avec les Etats-Unis, guerre diplomatique ouverte qui se déclare dans des cas ponctuels comme pour le sommet euro-africain sur l’immigration, et enfin la course vers l’armement. A propos des Etats-Unis, l’Algérie sait très bien que parmi les atouts dont dispose la diplomatie marocaine, l’amitié historique que le Maroc a toujours entretenue avec Washington et Paris. Le Maroc constitue en effet un grand allié fidèle de l’administration américaine, qu’elle soit républicaine ou démocrate. Aussi Alger se démène-t-elle pour s’attirer les bonnes grâces des Américains en leur miroitant les avantages que leurs compagnies pétrolières pourraient tirer du partenariat avec l’Algérie. En même temps, elle voudrait faire croire à Washington qu’elle lui ouvre toutes grandes les portes du Maghreb, au détriment de Paris. D’après les informations que l’hebdomadaire “La Vérité” a pu recueillir de la part de certains experts en matière de relations américano -maghrébines, Washington ne serait pas très tentée par un rapprochement plus étroit avec Alger. Pour elle, le président algérien Abdelaziz Bouteflika adopte une politique plutôt hostile aux intérêts américains dans le monde. En témoigne à ses yeux, la tentative du président algérien de mettre en place, aux côtés du président vénézuélien, Hugo Chavez -personnage au demeurant très mal vu par Washington, une coalition de producteurs du pétrole capable de peser sur les prix des hydrocarbures, ce qui lui permettrait d’exercer des pressions notables sur les grandes puissances, dans les divers dossiers. Par ailleurs, les Etats-Unis n’apprécient guère l’appui affiché par Alger à ce qu’il qualifie de droit d’Iran de disposer de l’énergie nucléaire. Il y’a également l’achat, à des prix faramineux, par Alger d’armes russes. Ce qui a poussé le quotidien américain New York Times à se demander si l’Algérie est sincère lorsqu’elle exprime sa volonté de consolider ses liens avec les Etats-Unis, alors qu’elle dépense des milliards de dollars pour l’achat d’armes à la Russie.

    Entêtement
    Parallèlement, l’Algérie vient de se saisir des dernières initiatives visant à éradiquer le problème de l’immigration clandestine, ou du moins en réduire les fâcheuses conséquences, pour se lancer de nouveau dans une campagne contre le Maroc. En effet, suite aux tragiques assauts donnés par les subsahariens pour franchir les grillages métalliques longeant les deux présides de Sebta et Melilla, assauts qui ont fait plusieurs morts et blessés, Rabat et Madrid ont proposé la tenue d’un sommet euro-africain, à Marrakech, en juillet prochain, pour débattre de ce problème nécessitant une solution élaborée de concert par toutes les parties concernées. Fidèle à ses habitudes, Alger n’a pas seulement refusé d’assister à ce sommet, elle a encore demandé qu’il se tienne sous l’égide de l’Union Africaine, et non du Maroc, et ce pour y faire participer le Polisario. Le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a essayé en vain de convaincre le président algérien, lors d’une rencontre entre les deux hommes, mercredi dernier, à Séville, de revenir sur cette position. Le vice ministre français des Affaires étrangères, Bernardino Léon, avait déjà, lors de sa visite le mois dernier à Alger, entrepris la même tentative auprès des responsables algériens pour les convaincre d’assister audit sommet. Ils n’ont rien voulu entendre. Pour la diplomatie espagnole, rien ne justifie cette prise de position. Elle voudrait savoir pourquoi Alger s’oppose à la tenue d’un sommet censé contribuer à la recherche de quelque solution viable au problème de l’immigration clandestine, alors que les côtes des Iles Canaries sont chaque jour envahies par des centaines d’immigrés subsahariens. De l’avis des Espagnols, ce refus s’explique par deux raisons majeures : le conflit traditionnel opposant Rabat et Alger, qui pousse celle-ci à contrer toute tentative marocaine de jouer quelque rôle sur la scène internationale ; l’Algérie serait également en train de se venger sur l’Espagne à cause de sa position pro marocaine vis-à-vis du dossier du Sahara. Dans le même cadre de cette “guerre froide” entre Rabat et Alger, s’inscrit également l’achat massif par ce dernier de grandes quantités d’armes à la Russie (avions, équipements militaires navals, artillerie lourde...). La question est de savoir si l’Algérie veut devancer le Maroc sur le plan militaire, ou bien si elle cherche à établir un équilibre dans la région face au même pays. Dans les deux cas, il faudrait se demander si elle pourrait atteindre ces deux objectifs par l’achat massif d’armements. La presse n’a pas manqué de donner des détails techniques sur les armes achetées par l’Algérie, notamment sur les avions de combat que ce pays s’est déjà procuré ou entend acheter à l’avenir. Il s’agirait en premier lieu d’avions Mig 29, de chasse et non de bombardement, à décollage et atterrissage courts, qui restent tributaires des directives émanant de la tour du contrôle, et dont l’autonomie du vol est très restreinte, à cause de leur réservoir somme toute modeste. Qui plus est, tout le monde sait que la Russie, de crainte que les Etats-Unis n’aient vent de ses secrets technologiques militaires, ne cède aux pays étrangers que des armes très peu sophistiquées, par rapport à celles dont dispose sa propre armée : l’avion Mig 29 de l’armée russe est capable de tirer cinq missiles susceptibles de toucher à la fois cinq objectifs, alors que ceux qui seraient vendus à l’Algérie ne peuvent tirer qu’un seul missile à la fois. Par ailleurs, il est avéré que les pilotes algériens, formés dans des écoles de l’Est, sont sous qualifiés. La Russie en plus ne dispense aucune formation complète aux pays qui lui achètent ses armes. Seuls les pilotes cubains possèdent une formation aussi consistante que celle de leurs homologues russes. L’armée algérienne a beau disposer d’un équipement particulièrement développé, le manque de coordination et de communication entre ses différents organes constitue son talon d’Achille. Par contre le Maroc dispose de plusieurs atouts sur la plan militaire : moyens logistiques très développés, armes légères sophistiquées capables d’atteindre la grosse artillerie lourde. Le Maroc possède, à titre d’exemple, l’arme AT4 made in Suède (qu’il a reçue à travers, notamment et les Etats-Unis), qu’un seul soldat peut porter, qui est capable de détruire à 100% les chars T72 et T55 made in Russie et achetée dernièrement par l’Algérie. Ce dernier sait qu’il ne peut pas rivaliser avec le Maroc quant aux opérations connues dans le jargon militaire sous le nom de Recon, ni dans les opérations spéciales de bombardement des lignes d’arrières, c’est-à-dire celles dirigées contre l’état major et la logistique de l’armée algérienne. Quoi qu’il en soit, pour les experts, si une guerre venait d’éclater entre les deux pays, l’Algérie est incapable de l’emporter sur le Maroc, les armes dont il dispose font plutôt figure d’épouvantail face à un voisin érigé, par les responsables algériens, en l’ennemi déclaré de la classe politique et militaire au pouvoir à Alger.

    SOURCE:

    http://www.laverite.ma/article.php3?id_article=4044
     
  2. papion13

    papion13 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : La guerre des trois n’auras pas lieu.

    N'importe koi!!c'est un journaliste qui a ecrit ca?
    ca ressemble a un ecrit d'un petit collegien walla c honteux
    ils essayent de voiler la face ils ont peur de l'algerie ou quoi?
    j'ai pas encore vu un quotidien algerien qui parle du maroc ni la telé algerienne qui parle comme ca
    l'algerie n'a rien a foutre des etats uni qui squate les freres irakien
    et sur le nivo politique etrangere je tire chapeau a la diplomatie algerienne elle ne se pli ni dvant les europeens ni devant les americains c des hommes et ils font comme ca leur chante coté arremement rien a dire et ils nont pas besoin de sarmer contre le maroc a mains nus c reglé
    alors evitez tt ce blabla
     
  3. morphin

    morphin Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    Re : La guerre des trois n’auras pas lieu.

    @papillon, fais gaffe á ce que tu avances [03m]
    tu sais bien de quoi il s´agit: la source de tous ces problemes est uniquement le sahara MAROCAIN !
    quelle serait ta reaction si le maroc appui l´appel d´independance du kabylie ou des touargues ?
     
  4. iberia

    iberia Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : La guerre des trois n’auras pas lieu.

    @papion13, ce qui est honteux, c'est ta propagante Alge-rien! Tu manques de clarté et de sincérité mon gars. Les quotidiens Alge-rien n'arretent pas de nous rabacher les oreilles avec leur manipulateur Bad-jaoui à la solde des géneraux tortionaire. Oui à un Maghreb UNI mais pas dans ses conditions de jalousies, de haine. Tant que l'Algerie ne comprendra pas les régles de la politesse, le Maroc sera ferme avec rejetera toutes reprises de dialogues avec ce pays qu'on traine à nos bottes
    @+
     
  5. syhem

    syhem Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : La guerre des trois n’auras pas lieu.

    ca ma fait rire cet exemple de "freres irakiens" l'algerie est alliée a la russie un pays qui j'espere ne pa te laprendre tue plusieur de nos frere musulman les tchetchenes!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    alors ton argument n'est pas valable
    de plus en disan que l'algerie ne se plie pa aux USA tu veu dire par la kil st for excuz moi mé regarde un peu listoir de lalgerie et di moi si il ne se plien a persone!!!!
     

Partager cette page