La justice a frappé lourdement contre deux journaux marocains

Discussion dans 'Scooooop' créé par risr2002, 18 Avril 2006.

  1. risr2002

    risr2002 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0




    RABAT (AFP) - La justice marocaine a eu mardi la main lourde contre deux journaux marocains poursuivis pour diffamation en les condamnant à verser au total près de 300.000 euros de dommages.

    La Cour d'appel de Rabat a confirmé mardi la condamnation contre Le Journal Hebdomadaire (indépendant) qui devra verser trois millions de dirhams (270.000 euros) pour diffamation à l'encontre d'un centre de recherche européen.

    Aboubakr Jamaï, directeur de la publication et Fahd Iraki, journaliste, devront en outre verser chacun à la justice une amende de 50.000 dirhams (4.500 euros).

    Cette sentence confirme celle du tribunal de première instance, le 16 février. Le Journal Hebdomadaire, l'un des grands tirages de la presse marocaine francophone, avait mis en doute dans son édition du 3 décembre la probité d'une étude du "Centre européen de recherche, d'analyse et de conseil en matière stratégique (ESISC)" vis-à-vis du Front Polisario - qui s'oppose au Maroc dans le conflit du Sahara occidental.

    L'ESISC, basé à Bruxelles, avait notamment affirmé dans son rapport, très critique, que les cadres du Polisario pourraient se tourner vers le terrorisme ou la criminalité internationale.

    Par ailleurs, la cour d'appel de Casablanca a condamné le quotidien Al Ahdath al-Maghribia (prosocialiste) à verser 250.000 dirhams (22.522 euros) de dommages en faveur de Mme Touria Jaïdi et 60.000 dirhams (5.400 euros) à l'association qu'elle préside.

    En première instance, le tribunal avait condamné le journal à 200.000 dirhams.

    Le quotidien avait affirmé que cette femme, directrice d'une association d'aide à l'enfance, avait été convoquée par la police pour répondre de détournements de fonds, ce qui était totalement erroné.

    Le propriétaire du quotidien Mohamed Brini et le journaliste Abdelmajid Hachadi devront en outre payer une amende de 20.000 dirhams (1.800 euros) chacun.


    En février, le même tribunal avait condamné dans la même affaire l'hebdomadaire marocain TelQuel à verser 500.000 dirhams (45.000 euros) de dommages et intérêts à la directrice de l'association.

    Par ailleurs, la cour d'appel de Casablanca a mis mardi en délibéré pour le 9 mai le jugement en appel dans l'affaire du journal arabophone Al Michaâl, poursuivi pour diffamation envers le présdient algérien Abdelaziz Bouteflika.

    Driss Chahtane, directeur de cet hebdomadaire, avait été condamané en première instance le 20 octobre à un an de prison avec sursis et à 100.000 dirhams (9.000 euros) d'amende.

    Dans son numéro 27, paru fin de mai 2005, Al Michaâl a publié une caricature et un article satirique commentant la vie privée du président Bouteflika, jugés "diffamatoires" par l'accusation.



     

Partager cette page