La Mafia napolitaine voulait s'offrir le club de football de la Lazio

Discussion dans 'Football' créé par oisis73, 27 Juillet 2008.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    La Mafia napolitaine voulait s'offrir le club de football de la Lazio


    Rome - La justice italienne a émis dix mandats d'arrêt contre des membres du clan des "calalesi", l'un des plus puissants de la mafia napolitaine, la Camorra, accusés d'avoir voulu investir des gains illégaux dans la Lazio, l'un des deux prestigieux clubs de football de Rome.



    Sept des principaux membres du clan ont été placés sous les verrous tandis que Giorgio Chinaglia, 61 ans, un ancien joueur et dirigeant de la Lazio ainsi que deux autres personnes sont en fuite, rapporte la presse italienne.

    L'enquête de la police financière et de la division anti-mafia de Rome a permis d'établir que les "calalesi", originaires de Casal di Principe près de Caserte, au nord de Naples, avaient tenté à deux reprises en 2005 et 2006 de recycler plusieurs millions d'euros dans le club de football.

    Ils avaient d'abord proposé deux millions d'euros en liquide pour sponsoriser la Lazio lors de la Coupe d'Italie et la Coupe de l'UEFA puis, devant les refus des dirigeants, tenté d'acquérir des actions du club à travers des sociétés écrans agissant à partir de Suisse ou de Hongrie, selon l'agence Ansa.

    Le clan avait mis alors jusqu'à 24 millions d'euros pour s'emparer de La Lazio, par l'entremise de Chinaglia un attaquant de valeur de la Lazio ayant marqué 24 buts durant la saison 1974 avant de devenir président du club en 1983, selon la presse italienne.

    "Nous sommes en présence d'un phénomène nouveau où la criminalité organisée a essayé de façon déterminée d'acquérir un club de football de premier plan et utilise une personnalité charismatique pour obtenir le soutien des "tifosi" (supporters) pour contester les dirigeants du club", a estimé Lamberto Gianini, le chef des enquêteurs.


    La Lazio est, avec l'AS Rome, l'un des deux grands clubs de première division de la capitale italienne.

    Reuters
     

Partager cette page