La maladie de Behçet

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par charifa, 21 Avril 2009.

  1. charifa

    charifa Visiteur

    J'aime reçus:
    15
    Points:
    0

    La maladie de Behçet (MB) est une maladie inflammatoire systémique d'origine inconnue. Elle se manifeste essentiellement chez des adultes jeunes par des signes muco-cutanés tels des aphtes (ou ulcérations) buccaux, des aphtes génitaux, une folliculite nécrotique et un érythème noueux. Des manifestations systémiques notamment oculaires (uvéite, vascularite rétinienne), neurologiques (encéphalomyélite, méningite, hypertension intracrânienne, troubles du comportement) et vasculaires (thromboses veineuses et/ou artérielles, anévrysmes artériels) mais aussi articulaires, digestives et rénales sont également décrites. La MB est particulièrement fréquente sur une zone s'étendant de l'Asie de l'Est au pourtour de la Méditerranée. Sa prévalence moyenne est estimée à 1/13 300. La maladie se déclare habituellement entre 18 et 40 ans mais il existe aussi des formes pédiatriques. Des aphtes buccaux doulou
    reux sont observés dans 98% des cas. Les aphtes génitaux présents dans 60-65% des cas sont très évocateurs de MB. L'atteinte oculaire est fréquente (50-70%) et sévère pouvant entraîner une cécité. L'atteinte des veines (30% des cas) se traduit essentiellement par des thromboses touchant le plus souvent les territoires fémoro-illiaques, caves supérieurs et inférieurs et cérébraux. L'atteinte des artères (3-5% des cas) touche avec prédilection les vaisseaux pulmonaires. Elle est une cause essentielle de mortalité du fait de la survenue de thromboses ou de ruptures d'anévrismes. Les arthralgies et/ou l'arthrite sont fréquentes (45%) pouvant être inaugurales. L'atteinte neurologique (Neuro-Behçet Disease ou Neuro-BD) concerne 20% des cas et peut se produire 1-10 ans après les premiers symptômes. Les lésions aphtoïdes et/ou ulcéreuses peuvent toucher tout le tube digestif mais atteignent préférentiellement le cæcum et le colon ascendant. De graves complications peuvent survenir : hémorragies, perforations. L'étiologie de la MB est multifactorielle. Le rôle combiné de facteurs environnementaux comme des virus ou des bactéries et de facteurs génétiques est probable. Leur part respective pourrait être déterminante sur l'expression de la maladie, en particulier l'âge de début, les facteurs génétiques semblant plus prépondérants pour le développement des formes pédiatriques. L'antigène HLAB5101 est associé à la MB chez 50-70% des patients pour la majorité asiatiques ou méditerranéens. L'évolution imprévisible de la MB par poussées inflammatoire sans facteur déclenchant apparent, la rapproche du groupe des pathologies auto-inflammatoires. Cette hypothèse est renforcée par l'implication probable du gène MEFV (responsable de la fièvre méditerranéenne familiale, voir ce terme) et du gène TNFR (responsable du syndrome TRAPS, voir ce terme) sur la survenue de certaines manifestations cliniques de la MB (vascularite notamment). Le diagnostic de MB est difficile du fait de l'absence de signe pathognomonique. Certaines atteintes d'organe peuvent cependant être très caractéristiques (par exemple les uvéites) et évoquer d'emblée la MB. Les diagnostics différentiels sont la maladie de Crohn et dans les formes pédiatriques, le syndrome hyper IgD (déficit en mévalonate kinase). Le traitement est symptomatique, il repose sur l'administration d'anti-inflammatoires et d'immunosuppresseurs. Les biothérapies sont utilisées dans le traitement des atteintes les plus sévères (oculaires notamment). Le traitement ne permet une amélioration que s'il est prescrit rapidement et à des doses efficaces. L'adhésion du patient, la durée du traitement et l'expérience de l'équipe médicale sont également importants. Le pronostic spontané est sévère du fait de l'atteinte oculaire pouvant conduire à la cécité, du risque de rupture artérielle et de l'atteinte neurologique, pouvant conduire à une encéphalopathie, un syndrome pseudo-bulbaire ou une démence avec perte d'autonomie. *Auteur : Pr I. Koné-Paut (octobre 2006).
    http://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?Lng=FR&Expert=117.0

     
  2. fola22

    fola22 Visiteur

    J'aime reçus:
    94
    Points:
    0
    Je connai cette maladie elle est vraiment grave en plus elle peu toucher tout le corps hadshi eli s3ib fihhaaa o le nombre des gens malades biha au maroc augmente de plus en pluss
    lay hfaad o safiii :s
     
  3. charifa

    charifa Visiteur

    J'aime reçus:
    15
    Points:
    0
    oui cè vrè mè le problem cè ke ls gens wa5a kaychofo ls aphte kaygolo ce n'son ke cè rien ils vont partir avc le temp è cè faut il faut tjrs faire ds analyses pa ce ke cet maladie cè serieu pa ce ke son ttt cè a long terme (a vie)
     
  4. fola22

    fola22 Visiteur

    J'aime reçus:
    94
    Points:
    0

    ouiiiii je confirme :( lay hfaaad o saaafiiii
     
  5. maximo-27

    maximo-27 Ghost

    J'aime reçus:
    224
    Points:
    63
    jai vu plusieurs gens touché bhad la maladie vraiment khayba bezaf il faut avoir beaucoup de patience alah yhader al salama
     
  6. charifa

    charifa Visiteur

    J'aime reçus:
    15
    Points:
    0
    oui bien sur k'elle è dangereuse puisk'elle s'agi d'maladie d'systeme "lah y7ad lbas"
     
  7. maximo-27

    maximo-27 Ghost

    J'aime reçus:
    224
    Points:
    63
    une maladie de system ca touche tous <system nerveux centrale et perifirique ;cardiovasculaire;respiratoire....tous les system vitaux > gir bach wlad bladi ytnawro
     
  8. asouma

    asouma Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    oui c vré c mn sujet de recheche, ell commenc par des aphtes buccales puis génitales et uvéite ce sont les manifistations les plus fréquents. mohim ell touche lé homs + q lé femms et chaq anné il ya des novo cas au Maroc pour l'anné de 2008 ( 2000 novo cas détérminé), iwa lah y7fadna o lah yjib chifa l jami3
     
    1 personne aime cela.
  9. charifa

    charifa Visiteur

    J'aime reçus:
    15
    Points:
    0
    amine, merci assouma pour cès informations, et bon chance pour ta recherche
     
  10. kawtar400

    kawtar400 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    je suis touché par cette maladie depuis 6 ans wé elle est grave car tu reste toute la vie malade :rolleyes: merci
     
  11. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    mafhamt walo f hadeshi
     
  12. bahjat

    bahjat Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    théorie sur la physiopathologie de la maladie de Behçet

    Théorie sur la physiopathologie de la maladie de Behçet
    Thèse hormonale
    Par : Ahmed El yaakabi
    Chercheur amateur
    MAROC
    Résumé :
    Introduction :

    La maladie de Behçet est une affection inflammatoire d’origine inconnue. Elle se manifeste généralement chez l’adulte jeune, évolue par phase de poussées et de remissions, avec une atténuation des poussées avec l’âge.
    D’une part, la maladie de Behçet se manifeste généralement à un instant plus au moins variable de la vie, soit un phénomène temporisé. Chez l’homme les phénomènes biologiques temporisés, en l’occurrence la puberté commune aux deux sexes, font intervenir des facteurs hormonaux.
    D’autre part, l’évolution de la maladie de Behçet par phase de poussées et de remissions, avec une atténuation des poussées avec l’age, n’est étroitement liée ni à l’alimentation, ni à l’environnement, autrement elle serait liée à des variations physiologiques intrinsèques, à priori de natures hormonales. Chez la femme la réaction de la maladie au cycle menstruel, à la grossesse et à la ménopause, suggèrent un terrain hormonal. Le poivre et les fruits secs attisent la maladie de Behçet, dans la culture populaire, ils sont assimilés à des aphrodisiaques. La réglisse atténue les aphtes, c’est un anaphrodisiaque. L’exercice physique atténue la maladie de Behçet et en termes d’hormones, il est établi que l’exercice physique atténue le niveau de testostérone. La ménopause apporte une amélioration de la maladie de Behçet et le niveau de testostérone chute brutalement à la ménopause. Paradoxalement, selon une observation rapportée, un apport d’un implant à base de testostérone libre, a fait disparaître une aphtose bipolaire (symptôme majeur de la maladie de Behçet), orchestré par le cycle menstruel. Au cours de la grossesse le niveau de testostérone diminue jusqu'à l’accouchement, puis augmente brutalement. Il a été constaté que les grossesses avec amélioration de la maladie de Behçet, étés suivis d’une grave poussée dés l’accouchement. Par contre les grossesses avec aggravation de la maladie, étés suivis d’une amélioration spectaculaire, mais le nombre de grossesses suivies n’était pas conséquent pour en faire une règle. Par ailleurs la stimulation des neutrophiles du sang périphérique, par la testostérone, accélère la mort des neutrophiles. Selon les chercheurs turcs, auteurs de cette étude, la testostérone intervient dans la maladie de Behçet, mais son rôle reste à déterminer. La présente théorie va dans ce sens et apporte d’éventuels éléments de réponses aux interrogations suivantes :
    1. Qu’elle serait la cause primitive de la maladie de Behçet ?
    2. Qu’est ce qui ferait que la maladie de Behçet se manifeste généralement chez l’adulte jeune ?
    3. Qu’est ce qui ferait que la maladie de Behçet évolue par phases de poussées et de rémissions, avec une atténuation des poussées avec l’âge ?
    4. Qu’il serait le traitement de la maladie de Behçet ?
    La théorie :
    Dans le milieu intracellulaire, l’enzyme 5 alpha réductase transforme la testostérone en dihydrotestostérone, dont l’action biologique est trente fois supérieur à celle de la testostérone, selon certains auteurs. Ces deux hormones se ressemblent et ont une certaine affinité aux mêmes récepteurs nucléaires, de cette affinité résulterait une éventuelle compétition aux niveaux de ces récepteurs (loi de compétition hormonale). Le niveau de testostérone augmente à partir de la puberté, jusqu’à l’âge adulte jeune, au-delà de cet âge, il diminue pour atteindre des valeurs basses, chez la personne âgée.
    Chez la personne normale, l’augmentation de testostérone stimule l’activité 5 alpha réductase et entraîne l’augmentation du niveau de dihydrotestostérone. Dans le sang, la testostérone est liée à différents éléments de transport, seule une infime fraction de testostérone est libre de toute liaison et biologiquement active, c’est la testostérone libre. Il existe une corrélation entre la gravité de la maladie de Behçet et le niveau de testostérone. Si la gravité de la maladie de Behçet serait proportionnelle au niveau de testostérone, alors une poussée inflammatoire serait une fluctuation positive de testostérone, par conséquent la cause intracellulaire, on situant l’origine du problème du côté des cellules sujettes à l’inflammation, serait un mécanisme qui du mal à moduler cette fluctuation, soit un système de régulation. Dans le milieu intracellulaire la testostérone subit une unique transformation, sous l’action de l’enzyme 5 alpha réductase, la régulation de cette activité enzymatique serait la cause probable de la maladie de Behçet.
    1. Chez le sujet Behçet, l’augmentation du niveau de testostérone ne stimulerait pas l’activité 5 alpha réductase, aux niveaux des cellules sujettes aux inflammations.
    2. Du niveau élevé de testostérone, chez l’adulte jeune, résulterait une saturation de l’activité 5 alpha réductase, d’où une probable stagnation de la vitesse de formation de la dihydrotestostérone et une accumulation de testostérone, favorable à la compétition de testostérone. Chaque fois qu’une molécule de testostérone adhèrerait à un récepteur nucléaire, elle abolirait l’action biologique d’une molécule de dihydrotestostérone. De l’occupation variable des récepteurs nucléaires par la testostérone, résulterait une abolition variable de l’action biologique de dihydrotestostérone, qui aurait pour conséquence finale des inflammations de gravités variables.
    Chez l’enfant et la personne âgée, la maladie de Behçet serait une association d’un déficit en 5 alpha réductase et d’un déficit en testostérone, entraînant un déficit en dihydrotestostérone. Au cours de cet éventuel problème de régulation de l’enzyme 5 alpha réductase, la testostérone interviendrait par excès comme par défaut.
    3. L’évolution de la maladie de Behçet par phases de poussées et de remissions résulterait d’un fragile équilibre, aux niveaux des cellules sujettes à l’inflammation, entre la dihydrotestostérone et la testostérone, que de légères variations de testostérone feraient basculer d’un état à un autre, par ce que multiplier ou diviser par trente. L’atténuation de la gravité des poussées avec l’âge serait liée à l’atténuation du niveau de testostérone avec l’âge.
    La testostérone en bloquant le passage de la dihydrotestostérone vers le noyau cellulaire, entraînerait une accumulation moindre en dihydrotestostérone, qui serait drainé dans le sang, en tant qu’excédent drainer par les cellules cibles. Une poussée inflammatoire, chez l’adulte jeune, se traduirait par une augmentation du niveau de dihydrotestostérone, proportionnelle à la gravité des inflammations et à leurs étendus. Sauf que dans le sang le niveau de dihydrotestostérone est largement supérieur au niveau de testostérone libre et donc en mesure d’assurer, en milieu intracellulaire, une compétition favorable à la dihydrotestostérone et compenser tous éventuels déficit intracellulaire. Cependant, si la testostérone circulante par son affinité avec différents éléments de transport [d’une part avec la globuline de liaison des hormones sexuelles (GLHS, ou HSBG en anglais) et d’autre part avec les protéines de transport], est inactivée et seule une infime fraction est libre de toute liaison et biologiquement active, c’est la testostérone libre. Il en serait de même pour la dihydrotestostérone, en effet la dihydrotestostérone a une grande affinité avec la globuline de liaison des hormones sexuelles et par sa ressemblance avec la testostérone, aurait une affinité à différents protéines de transport, il me semble que la dihydrotestostérone se lierait à ces différents éléments de transport et seule une infime fraction serait libre et biologiquement active, mais son niveau serait inférieure au niveau de testostérone libre et ne serait par conséquent en mesure de compenser l’éventuel déficit intracellulaire..
    4. Le traitement de la maladie de Behçet reposerait sur un apport en dihydrotestostérone, de manière à augmenter cette éventuelle fraction libre de dihydrotestostérone libre et assurer en milieu intracellulaire, une compétition favorable à la dihydrotestostérone.

    Essai de la dihydrotestostérone chez un sujet Behçet :
    Le dosage de la dihydrotestostérone chez un sujet Behçet, de 34 ans, au cours d’une très grave poussée inflammatoire a montré un niveau très élevé (2,11ng /ml, la limite supérieure chez la personne normale est inférieure à 1,06 ng/ml). Des niveaux élevés de dihydrotestostérone sont interprétés comme étant l’expression d’une hyper activité 5 alpha réductase et nécessite un recours à un anti-androgène, cependant ce niveau élevé contraste avec les signes d’une hyper androgénie.
    Chez cette personne, un apport d’un gel hydro alcoolique à base de dihydrotestostérone, durant cinq jours, à raison d’une dose jour (120 mg/j de principe actif), a fait disparaître de manière spectaculaire de très graves inflammations oculaires, visibles à l’œil nu, en 48 heures. Mais les inflammations cutanées sont restées inchangées, cependant les inflammations cutanées traitées directement disparaissent en 24 heures de même pour les nodules. Une douleur à la cheville traiter directement deux fois de suite, a disparu en 48heures. La vitesse de sédimentation (VS) est passée de 90 à 70 en quatre jours (la VS a une cinétique très lente)
    Conclusion :
    L’essai n° 1, confirme la théorie, pour exploiter ce résultat il faut le randomiser, pour un diagnostique de certitude un dosage intracellulaire de la 5AR est impératif. Mais en ayant eu des résultats positifs sur d’autres pathologies inflammatoires (asthme et arthrite en un seul essai), ces résultats préliminaires ouvrent la voie à d’autres interprétations.
    Il a été suggéré jusqu’ici, que de l’usage de la dihydrotestostérone pourrait résulter des hypertrophies prostatiques, voir des cancers de prostate. Mais une étude récente a montré que l’apport de dihydrotestostérone, chez des rats successibles de troubles prostatique et de cancers de prostate, avait un effet protecteur certain, contre l’hypertrophie prostatique et le cancer de la prostate. Alors qu’un apport en testostérone a entraîné une augmentation très significative de la fréquence des troubles prostatiques et des cancers de prostates, par rapport au groupe de référence. Cette étude met en évidence l’influence différente de la dihydrotestostérone et de la testostérone sur un terrain prédisposant aux troubles prostatique et aux cancers de prostates.
    De même, un apport de dihydrotestostérone, chez des personnes atteintes d’hypertrophie prostatique bénigne, était efficace, mais à la condition que le niveau de dihydrotestostérone circulant soit maintenu supérieur au niveau de testostérone circulante. Cette étude et cette théorie se rejoignent sur deux points :
    1/ l’influence différente de la testostérone et la dihydrotestostérone sur un terrain prédisposant.
    2/ l’efficacité de la dihydrotestostérone à agir sur ce terrain qui est fonction du niveau de la testostérone.
    Il conviendrait, par conséquent, dans un éventuel traitement de la maladie de Behçet par la dihydrotestostérone, de maintenir le rapport dihydrotestostérone/testostérone supérieur à 1 et en cas de niveaux élevé de testostérone, recourir à un anti-androgène. Un traitement à la dihydrotestostérone ne peut-être envisager chez l’enfant et chez la femme enceinte.
    Selon certains auteurs, un désordre immunologique serait une cause probable de la maladie de Behçet. La prévalence de la maladie de Behçet a été corrélée avec la présence de l’anti-gène HLA B51 dans la population normale, ce fait suggère que l’anti-gène HLA B51 serait prédisposant à la maladie de Behçet. Pourtant seule une fraction de malades est positif à cet anti-gène. Par ailleurs, il a été constaté que la présence de l’anti-gène HLA B51 était liée aux formes graves de la maladie de Behçet. J’en déduis par conséquent, que l’anti-gène HLA B51, n’est pas prédisposant à la maladie de Behçet et que sa présence est un facteur aggravant de la maladie.
     
  13. san.charaf

    san.charaf Visiteur

    J'aime reçus:
    12
    Points:
    0
    ravi de tomber sur ce genre de sujet ici ,merci .
    c est une maladie frequente au -Maroc-,elle n a pas de cause precise .
    sa forme complete est l epanchement synovial ,meningite oculaire,fatigue chronique
    un serieux spasme musculaire ainsi qu une manifestation cutaneo : muqueuse ,aphtes
    ulceres genitaux .
     
  14. YSF

    YSF Khasser

    J'aime reçus:
    109
    Points:
    63
  15. bahjat

    bahjat Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    appel à l'aide

    merci pour vous. je suis ahmed el yaakabi auteur de cette théorie,mon pseudo est bahjat, je suis chercheuer amateur, je ne suis ni biologiste ni medecin. au CHU de Fes une equipe se penche sur mon travail, mais le manque de moyens financiers et thechniques sont un handicaps insurmontable pour l'instant. au forum des medecin au maroc j'ai publié ma théorie et adresser un appel pour faire avancer les choses mais en vain. Elsevier Masson a accepté de soumettre cette théorie à la commission de lecture, à la condition de reecrire au standard et tout traduire en anglais, je suis incapable de satisfaire tous leurs rexigences et ils ont refusés de faire des derogation pour un amateur. j'ai publier sur ce forum dans l'espoir que quelqu'un me vient en aide, me contacter en MP sur le forum des medecin au Maroc. salam
     
  16. bahjat

    bahjat Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    bonjour
    je parle de l'eventuelle physiopathologie de la maladie de Behçet. quant au site que vous avez cité il ne cite que les symptomes et l'art de soigner, et les specialistes du service 38, CHU casablanca, sont une reference en la matière. par ailleur, il est bien signaler que l'origine de la maladie de Behçet reste inconnue. si quelqu'un est en mesure de traduire cette thoéorie j'en serai ravi. salut
     
  17. cyberabi

    cyberabi Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    behcet

    Bonjour

    est ce que vous connaissez des medecins traitant ce genre de maladies au maroc?

    merci
     
  18. bahjat

    bahjat Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    bonsoir
    le behcet se traite bien au Maroc. dans le public les services de médecine interne sont compétant en la matière, dans le privé il faut consulter chez un spécialiste en médecine interne
     

Partager cette page