La merveilleuse histoire entre le café et le thé

Discussion dans 'Discussion générale' créé par loissir7, 13 Juin 2014.

  1. loissir7

    loissir7 Citoyen

    J'aime reçus:
    162
    Points:
    43
    [​IMG]
    La merveilleuse histoire entre le café et le thé,traduite sous une belle quacida que nos chouykh ont merveilleusement chantée.
    Oh...! Gens sensés écoutez mon histoire et comprenez la...!
    Par une belle matinée printanière de l’an mille dans la lumineuse ville de Cordoue, se présentèrent devant le juge, deux éternels rivaux,le café et le thé. Il faut préciser qu’en arabe, le mot café se prononce : Qahwa qui est une connotation féminine.
    Alors, dans cette sublime ville qu’était Cordoue, ville de la connaissance des sciences et des arts, ville où la civilisation islamique était à son summum, ville éclairant l’Europe de son savoir, existait un juge très connu pour son impartialité et sa probité, c’était le juge Omar Ben Haq.
    Reprenant mon histoire, je vous narre la suite.
    Toutes les franges de la société étaient présentes, la salle était pleine à craquer. Habits de soie et habits de toile, senteurs de jasmins émanant des belles andalouses et odeurs de sueurs se mélangeaient dans un énorme brouhaha.
    Toute la ville était là, personne ne voulait rater l’audience.
    Soudain, le juge entra dans la salle, majestueux dans sa robe de satin, d’un vert olive, le turban posé fièrement sur la tête il prit place et intima à l’assistance, le silence. D’un signe de tête il ordonna aux deux protagonistes d’exposer leurs griefs. EL Qahwa (le café) et le thé arrivés devant le kadi (juge) le saluèrent par ces propos.
    -Oh cadi respectable, nous te considérons comme arbitre équitable, car tu es Incorruptible, tu ne te laisses acheter ni ne prend aucune décision à la légère, grâce au Seigneur, tu jugeras avec succès notre différent car DIEU t’a confié une partie de ses pouvoirs.
    Le Cadi, agacé par tant de verbiages leur répondit en ces termes.
    -Je vous écoute, trêve de bavardage, si vous avez quelque chose à dire, parlez sans inquiétude, celui qui a raison l’emportera, et bien entendu, le perdant acceptera le verdict...!
    Le thé prit le premier la parole se faisant son propre avocat.
    -Aujourd’hui, il est permis de me boire, dit-il, je n’ai rien de commun avec les autres boisson, je suis la boisson des hommes honorables, en moi se trouve une vertu contre toutes les maladies que je rencontre à l’intérieur du corps de celui qui me boit, je dissipe douleur et tristesse.
    -Je facilite la digestion de tous les aliments lourds, je guéris les personnes souffrantes et aux hommes de bien, qui me boivent, j’apporte détente et repos.
    -Je contiens un brin de fragrance de menthe et de gingembre.
    -Pour me préparer on utilise une théière ressemblant à une tiare, posée sur un brasero rempli de braises ardentes et on utilise un plateau ciselé reposant sur un trépied en bois précieux sur lequel sont délicatement posés des verres aux couleurs chatoyantes ajoutant la beauté ainsi, à mon miroitement.
    -Alors comment ? - Toi, servante, voilà que tu veux rivaliser d’éclat envers moi, lança t’ il en direction d’el Qahwa.
    -Pourquoi élever le ton avec moi, tu n’es qu’une pauvre servante, après tout ! -Tu ne procures ni extase, ni n’exhales aucun parfum, tu n’es pas digne des tasses de solennités et d’apparat, ce qui te convient, ce sont des tasses de pierre ou des bols d’argile vendus au poids, termina t’ il ainsi sa longue diatribe.
    -DIEU récompensera tes injures comme il se doit, répliqua el Qahwa, abrège tes propos et ne te proclame pas licite car c’est ma médecine à moi, qui est renommée, je guéris le malade de ses longues maladies.
    -Aux hommes de bien qui me boivent, continua el Qahwa, j’apporte détente et repos, je dissipe migraine et douleur, et les soirées avec moi peuvent durer longtemps, je facilite la digestion de tous les aliments lourds, et, sarcastique, el Qahwa en ajoutant, dit au thé.
    -Lorsque les veillées se multiplieront, oh esprit subtil, aucun courtier ne t’achètera au marché car tu es bon pour les chameaux et les bœufs puisque tu es pareil à l’indigo, tu n’es qu’une herbe colorée.
    Après avoir écouté attentivement les plaidoiries d’el Qahwa et du thé, el cadi leur répondit, en lissant pensivement sa petite barbe blanche, en ces termes.
    -Cessez, nobles gens...!
    -Certes, vous êtes tous deux des remèdes efficaces, mais le thé possède des vertus plus nombreuses car toi, el Qahwa, tu es bon marché et accessible par tous, le thé, quant à lui est fait pour le divertissement des gens de bonne compagnie qui se savent se délecter de ce nectar béni.
    -En effet, continua le cadi. -Le thé ajoute son charme à la quiétude et à la joie des réceptions, Dieu Tout Puissant l’a créé ainsi et l’a doté d’un aspect splendide.
    Traduction: Latifa Kharrat
    La quacida ''Kahwa Wel latéy'' a été chantée des les débuts de la chanson chaabi par cheikh Zarbout et hadj M’rizeq (la version la plus connue)
    Chaque maitre lui a donné ses couleurs d’où la pluralité des versions et du public, elle nous a été ainsi transmise.
    Mais le maître qui l’a merveilleusement chantée, est ‘’El Hadj Hachemi Guerouabi’’ ALLAH yarahmou. Dont voici je vous joint par la suite cette merveilleuse Quacida.
    __________________




    C'est pour la famille wladbladi
     
    arimas, Maghrebine et Mysa aiment ça.
  2. arimas

    arimas Touriste

    J'aime reçus:
    22
    Points:
    18
    tohfa... avec hmidou



    tforiha avec weld l3yyachiya li ghadi idir qsida
    3la lwiski et rouge.
     

Partager cette page