La mosquée la plus proche

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 17 Octobre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Le Maroc s’islamise. C’est ce que tente de nous expliquer une étude polémique, à paraître la semaine prochaine, et qui est du fait d’un groupe de recherche proche des islamistes du PJD . On savait bien, nous, simples “spectateurs”, en observant l’attitude, le réflexe, parfois le look, de nos voisins de quartier, nos proches, nos collègues, qu’un vent de puritanisme fouettait le Maroc d’en bas, celui des anonymes et des simples marcheurs.

    La rue est en voie d’islamisation galopante, c’est un fait. Maintenant, il est temps de se rendre compte que l’Etat aussi. Un chiffre pour résumer la nouvelle tendance : entre 2007 et 2009, le nombre de mosquées est passé de 41 000 à près de 48 000, soit une progression nette de 15 %. Vous l’avez dit : c’est énorme.


    Au Maroc, on comptabilise pratiquement une mosquée pour 700 personnes. En éliminant les enfants, les invalides, les non-musulmans et les non-pratiquants, et en prenant en compte la capacité d’accueil d’une mosquée, qui peut aller jusqu’à plusieurs milliers de personnes, on arrive à une conclusion très nette : au Maroc, la mosquée est de loin le premier service public. C’est le lieu le plus proche, le plus accessible, le plus sûr.
    On peut y aller quand et où on veut.
    Même dans les régions les plus enclavées, privées de routes, d’électricité et d’eau courante. Le “développement” qui affecte le rayon des mosquées, en valeur absolue et en progression, défie toute concurrence. Il est sans commune mesure avec le soi-disant développement des secteurs dits vitaux, tels l’enseignement ou la santé. Le Maroc, pays sous-alphabétisé et sous-médicalisé, ne compte toujours, d’après les statistiques officielles les plus récentes, que 6300 écoles primaires, 1300 collèges, 700 lycées, 2500 centres de santé et dispensaires, un peu plus de 100 hôpitaux et 26 000 lits pour accueillir ses malades.

    Tous ces chiffres cumulés ne pèsent rien devant la balance phénoménale des mosquées… Bien que l’éducation et la santé figurent parmi les priorités politiques du royaume, les moyens (effectifs et établissements) qui leur sont dédiés restent ridicules en valeur absolue, avec une progression très faible, dans tous les cas inférieure à 5 %.

    Maintenant, en combinant toutes ces données, il est clair que lorsqu’un type se pose une question existentielle, du genre “où aller, que faire ?” , il y a beaucoup plus de chances, statistiquement parlant, qu’il se retrouve à la mosquée qu’à l’école la plus proche. C’est cela que l’on peut retenir. Et c’est le fait du Maroc d’en haut, celui qui gouverne et qui décide, en plus d’être du fait, bien entendu, du Maroc d’en bas.

    Karim Boukhari

    http://www.telquel-online.com/394/bloc_notes_394.shtml
     

Partager cette page