La prière en dessous de zéro

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 14 Janvier 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    A Barbès, le vendredi, les musulmans prient dans la rue, faute de place dans les mosquées.
    enquête.

    Munis d’un tapis ou d’un simple carton, des fidèles courent. Il est déjà 13h15, la prière sainte du vendredi a commencé depuis quinze minutes. Plus de place à la mosquée Al Fath, rue Polonceau ni à celle de la rue Mirha dans le quartier de la Goutte d’or (18ème arrondissement) à Paris. Les croyants s’installent face à la mosquée ou à même le trottoir. Chaussures en contrebas, les croyants prient malgré le froid. A genoux, ils se prosternent en signe de soumission à Allah. Des sonos au volume minimum relaient la prêche en arabe de l’imam.

    Trois routes sont bloquées par un service se sécurité de la mosquée, la circulation est perturbée mais l’ordre semble régner. Brassard sécurité orange autour du bras, les bénévoles veillent à laisser libre le passage aux piétons.

    Combien de fidèles ? Difficile à dire, peut-être mille ou plus à s’entasser autour des deux mosquées. 13h35, la prière est terminée, chacun retourne à ses occupations. Des ouvriers repartent sur leurs chantiers, les boutiques ouvrent à nouveau et les restaurateurs s’apprêtent à servir de nombreux repas pour des fidèles frigorifiés.


    [​IMG]

    Depuis les années 2000, chaque vendredi, les rues de la Goutte d’or se tournent vers la Mecque, faute de place. Depuis plus d’une décennie, l’Islam fait recette alors que les deux mosquées dans cette zone du 18ème sont relativement petites (1000 personnes). Perte notable, la mosquée de la rue Tanger a fermé et tarde à trouver des financements pour se reconstruire. Les autres lieux sont soit bondés, soit trop éloignés.

    Si le manque de mosquées est une problématique nationale, la France laïque peut-elle permettre que les trottoirs servent à la prière chaque semaine ? Il n’y a pas de réponse absolue en la matière. Normalement, les autorités religieuses doivent demander une autorisation de manifestation à la Préfecture de police. Ce qu’elle ne fait pas.

    Depuis des années s’applique une tolérance de la police vis-à-vis de la Goutte d’or. Mais avec le temps, le phénomène s’amplifie ainsi que les critiques des riverains qui se plaignent des nuisances sonores ou de ne pouvoir rentrer ou sortir de chez eux au moment de la prière. Des efforts semblent avoir été faits.


    [dailymotion=425,350]xayxx0[/dailymotion]

    Que dit la Constitution ?

    « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » (art. 10).

    La loi de 1905 précise qu’en France, selon l’article 27, c’est le maire qui donne les autorisations.

    Bakchich a contacté la Préfecture pour comprendre comment était géré le problème, s’ils avaient donné des autorisations ou non, s’ils avaient reçu des plaintes, etc… « Notre seule réponse est de ne pas fournir de commentaires… » selon le service de communication. Malaise à peine dissimulé… Merci, bonsoir.


    Des réponses et des accusations, les ultra-laïcs ou fachos en tout genre ne se gênent pas, eux, pour en donner. Sur la toile, les tribunes se multiplient, dénonçant « le péril islamiste », « les territoires perdus de la République ». Même le parti Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan s’y est mis.


    [dailymotion=425,350]xbi3s3[/dailymotion]

    Côté politique, on joue l’indignation. Le maire du 18ème, l’ancien ministre de l’Intérieur Daniel Vaillant, déclarait en mars dernier : « Le spectacle de ces centaines de fidèles priant chaque vendredi, dans la rue, est affligeant. Défenseur depuis toujours de la laïcité, je ne peux me satisfaire de cet islam des caves ».

    Sous l’impulsion de Bertrand Delanoë, désireux de créer un espace culturel musulman à Paris, la mairie de 18ème a initié un projet, l’Institut des Cultures d’Islam (ICI).


    Projet à double objectif : créer un lieu culturel musulman incluant les cultures arabiques mais aussi africaines ou asiatiques.

    [dailymotion=425,350]x9bd94[/dailymotion]

    « On veille à ce que tout se passe bien », rassure Moussa Diakité, responsable de la mosquée Al Fath. « Pour nous, le respect de la France c’est très important. Liberté, égalité, fraternité », martèle-t-il dans un grand sourire.
    Seul bémol, il n’est pas sûr que l’ICI suffise à accueillir tout le monde.





    http://www.bakchich.info/La-priere-en-dessous-de-zero,09758.html
     
  2. فارس السنة

    فارس السنة لا اله الا الله

    J'aime reçus:
    326
    Points:
    83
    Re : La prière en dessous de zéro

    اللهم ارفع راية التوحيد في كل مكان


    [​IMG]
     

Partager cette page