La prochaine guerre se fera à mains nues

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 24 Octobre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    L’immigration irrégulière subsaharienne n’est pas un fait nouveau au Maroc. Voilà des années que les Marocains vivent ce phénomène dans les villes comme dans les régions les plus reculées du Royaume au point qu’ils se sont acclimatés avec la nouvelle donne.

    Pendant leur séjour, plus ou moins long, sur leur chemin vers l’utopique eldorado européen, nos frères subsahariens se démènent comme ils peuvent pour subsister, empruntant notamment la voie de la mendicité qui ne gène pas outre-mesure les populations locales habituées comme elles sont à une mendicité made in Morocco autrement massive, voyante et gênante.

    Mais le phénomène et ses ramifications ont pris ces dernières semaines une ampleur telle que sont remises au devant de la scène des responsabilités multiples : celles d’un Maroc objectivement Grande victime, d’une Europe arrogante, égoïste et donneuse d’ordres, d’une Algérie malveillante et hostile à volonté, de gouvernements impuissants de pays émetteurs et d’une communauté internationale lamentablement indifférente.

    Subitement, la gravité de la situation est venue rappeler au bon souvenir de qui veut se rappeler qu’à l’ère dite moderne, il y a deux mondes distincts sur terre : Un monde Patron, exploiteur, féodale à l’échelle planétaire, démagogue et égoïste et un autre monde laissé pour compte, exploitable à volonté, méprisé et « jetable » après que le citron ait été suffisamment pressé.

    C’est un véritable drame politico-humain aggravé par le gigantesque déséquilibre entre le Nord et le Sud ; lequel déséquilibre ne fait que se creuser davantage en raison des politiques en vigueur régissant le monde d’aujourd’hui .

    Tant que ces politiques refusent de se remettre en cause et de s’humaniser, tant qu’un esprit de solidarité planétaire tarde à se faire valoir et tant qu’un effort mondial concret de développement des zones meurtries par la pauvreté et le sous-développement n’est pas consenti, la guerre des temps nouveaux ne se fera pas dans l’espace.

    Elle se fera bien au sol, avec une arme autrement plus puissante que toutes les armes technologiques réunies, celle du déferlement humain pour un meilleur partage des richesses mondiales dans lesquelles chaque être humain, de quelque race et de quelque région du monde qu’il soit a, quelque part, forcément contribué. Il n’y a qu’à revisiter le passé récent, particulièrement les périodes d’asservissement, de colonisation et d’exploitation des richesses des autres pour se rendre à l’évidence.

    « Ou bien les richesses iront là où sont les Hommes, ou bien ce seront les Hommes qui iront là où sont les richesses », disait fort judicieusement l’économiste et sociologue français de renom Alfred Sauvy, créateur en 1952 de l’expression « Tiers monde ».


    Tant que le gouffre entre pays nantis et ceux qui sont défavorisés continuera à prévaloir et à s’aggraver, cet avertissement, formulé il y a des décennies, gardera toute son actualité.

    Rien, absolument rien ne pourra endiguer un mal annoncé depuis que les puissants avaient décidé de s’enrichir aux dépens des plus faibles sans rien leur offrir en retour.

    Et ce n’est sûrement pas la logique répressive qui réglera le problème.

    « On n’arrête pas la mer avec ses bras », disait pour sa part l’ancien président sénégalais Abdou Diouf.

    De toute évidence, la balle est dans le camp des pays riches qui devraient craindre pour leurs richesses et leur puissance. Les peuples défavorisés quant à eux, dont le quotidien est fait de misère et de maladies, n’ont plus grand chose pour se faire du souci...

    « Il n’est aucun problème humain qui ne puisse trouver sa solution, puisque cette solution est en nous. » (Alfred Sauvy)

    Jamal HAJJAM
    L'Opinion
     

Partager cette page