La révolution du Roi et du peuple, une épopée glorieuse pour la liberté

Discussion dans 'Info du bled' créé par BOLK, 19 Août 2006.

  1. BOLK

    BOLK Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    309
    Points:
    83
    Le peuple marocain, de Tanger à Lagouira, célèbre dimanche, dans un climat de mobilisation et d'enthousiasme, le 53-ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, une épopée glorieuse dans la lutte engagée par le peuple marocain, sous la conduite du trône alaouite, pour la liberté et l'indépendance de la patrie.

    [​IMG]
    PHOTO: Feu SM Mohammed V

    En effet, 53 années se sont écoulées depuis que le colonisateur, déjà à l'agonie, avait signé son arrêt de mort en décidant l'exil de Feu SM Sidi Mohammed Ben Youssef. Par cet acte odieux, l'autorité coloniale croyait à tort pouvoir acculer le peuple marocain à la reddition.

    Moribond qu'il était et dépassé par la tournure que prenaient les évènements, l'occupant avait osé en ce jeudi 20 août 1953, à la veille de l'Aid Al-Kebir, se dresser entre le Peuple marocain et son Roi, croyant que, par l'exil du Souverain et l'installation d'une autorité fantoche à la tête du pays, il pouvait établir sa domination sur le Royaume.

    Feu SM Mohammed V, convaincu qu'un droit n'est jamais perdu aussi longtemps qu'il est revendiqué et ayant foi en la fidélité de son peuple, a préféré l'exil à la signature des décrets par lesquels les autorités coloniales entendaient asseoir leur domination sur le Maroc.

    Loin d'entamer l'ardeur du Peuple marocain et sa combativité, la nouvelle de l'exil du Père de la Nation allait constituer la goutte qui a fait déborder le vase.

    Les populations de toutes les régions du Royaume qui, depuis le 14 Août déjà, date à laquelle des informations commençaient à circuler sur la préparation d'un lâche complot contre les institutions légitimes du pays, avaient engagé des opérations militaires de grande envergure, mettant en garde les autorités coloniales contre toute atteinte à la personne du Souverain et exprimant massivement leur dévouement et leur fidélité à SM Mohammed V, ainsi que leur détermination à lutter jusqu'au rétablissement de la légalité.

    Ulcérées par le coup de force de l'occupant, les masses populaires se sont déchaînées et ont établi un lien entre le retour du père de la nation et l'indépendance.

    Des émeutes ont éclaté dans toutes les villes et campagnes du Royaume et des groupements armés se sont constitués et sont entrés en action contre les troupes coloniales.

    Après trois années de lutte sanglante, l'envahisseur s'est rendu à l'évidence qu'on ne lui laissera aucun répit avant le retour du Sultan, retour qui était déjà synonyme de la fin de l'ère coloniale.

    Le 16 novembre 1955, Feu SM Mohammed V regagne le Royaume et les Marocains accourent de toutes parts pour fêter avec leur Roi l'indépendance du pays.

    Feu SM Mohammed V, calme et serein, déclara alors : ""Nous sommes sortis du combat mineur pour livrer le combat majeur"".

    Depuis lors, ce combat a été engagé. Et si hier le Roi et le peuple avaient lutté pour l'indépendance, il a fallu reprendre la lutte pour le recouvrement des territoires qui étaient encore sous le joug colonial, objectif concrétisé, après la disparition du guide libérateur, par son digne successeur, Feu SM Hassan II, qui a repris le flambeau et parachevé l'oeuvre unificatrice de son regretté père grâce à la glorieuse Marche verte qui a scellé les retrouvailles entre les fils des régions du nord et ceux du sud du Royaume.

    Grands chantiers de développement

    SM Le Roi Mohammed VI, persévérant sur la voie tracée par ses augustes père et grand-père, n'a eu de cesse, depuis son accession au trône, de hisser les questions du développement économique et social au rang du grand Jihad, tout en oeuvrant, sans relâche, à la préservation de l'intégrité territoriale du Royaume.

    Consolidation et renouveau sont les principales caractéristiques du règne du Souverain. Consolidation des acquis réalisés antérieurement et mise en oeuvre d'ambitieuses réformes tendant à moderniser les institutions et à améliorer le quotidien des Marocains.

    Intégration à l'économie mondiale, poursuite du processus de privatisation, restructuration des entreprises et établissements publics, promotion de l'investissement et de l'initiative privée, tels sont les piliers de ce programme de réformes, lequel a transformé littéralement le visage du Royaume et l'a érigé en un chantier constamment ouvert.


    Aussi, pour permettre une mise à niveau sociale du pays, l'Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) apparaît comme un véritable catalyseur du progrès, une dynamique nouvelle d'accompagnement par l'Etat des efforts locaux d'amélioration des conditions de vie individuelles et collectives.

    Le train des réformes va se poursuivre pour consolider les droits de l'homme et l'Etat de droit et mettre à niveau l'administration et la justice.

    Un nouveau code de la famille a été adopté tout comme le code pénal ou le code du travail. L'assurance maladie devient obligatoire. Le secteur de l'audiovisuel a été libéralisé et un nouveau code de la presse supprimant les peines privatives de liberté a été mis en chantier.

    Parallèlement à la consolidation des fondements d'un Etat démocratique, de grands projets économiques et sociaux structurants à l'instar du projet Tanger-Med et l'INDH sont lancés dans le Royaume.

    Une importance particulière est également accordée aux questions et aux préoccupations de la jeunesse, notamment celles relatives à la formation, à l'éducation, au militantisme dans la société civile, à l'insertion professionnelle, à la promotion culturelle et artistique et au développement des talents sportifs.

    En commémorant l'anniversaire du 20 août, le peuple marocain tout entier est mobilisé derrière son Souverain pour poursuivre le grand combat de l'édification du Maroc nouveau, toujours prêt à déjouer toutes les manoeuvres ourdies par les adversaires de l'unité nationale et par les jaloux de la place qui échoit au Royaume dans le concert des Nations.

    Le bilan de ce combat est largement positif, comme l'a souligné SM le Roi Mohammed VI dans son discours de la fête du trône en affirmant : ""C'est avec une grande fierté que nous mesurons la densité et la richesse du bilan établi au terme des étapes qui ont été franchies, en l'occurrence les réalisations que notre pays a inscrites à son actif, les chantiers que nous avons ouverts, les réformes et autres initiatives que nous avons lancées, confortant ainsi les vastes espoirs et aspirations qui nous animent"".


    MAP
     

Partager cette page