La santé mentale largement ignorée

Discussion dans 'Info du bled' créé par kochlok03, 9 Octobre 2007.

  1. kochlok03

    kochlok03 Visiteur

    J'aime reçus:
    114
    Points:
    0
    A l'occasion de la Journée Mondiale de la Santé Mentale, Al Balsam, Association marocaine des parents et amis des personnes en souffrance psychique de Rabat, organise une conférence-débat sur le thème : l'adolescence et les risques de schizophrénie par le Dr Selwa Kjiri, psychiatre et psychothérapeute à l'hôpital Ar Razi.


    Cette conférence qui intéresse particulièrement les enseignants et les parents d'adolescents en difficultés aura lieu demain, mercredi 10 octobre 2007, à la salle de conférences de la CDG, Place Piétri à 20heures.


    A cette occasion, nous publions une note sur la santé mentale au Maroc, préparée par Al Balsam.

    L’OMS a consacré son rapport annuel de 2001 à la santé mentale dans le monde et il commence en déclarant « Chez chacun de nous, la santé physique et la santé mentale sont intimement liées et étroitement interdépendantes…Malheureusement, dans la plupart des régions du monde, la santé mentale n’est pas considérée comme aussi importante que la santé physique. De fait, elle a été largement ignorée ou négligée. Dans les pays en développement, la plupart des personnes gravement atteintes doivent supporter du mieux qu’elles peuvent divers maux tels que la dépression, la démence, la schizophrénie. »

    S’il est une maladie qui est absente du débat public au Maroc, c’est bien la santé mentale qui évolue dans une faiblesse flagrante des moyens publics et dans un silence inacceptable quand on sait la souffrance des malades et celle de leur famille. En dehors des familles et des professionnels, la société et les hommes politiques ignorent tout des conditions de vie des malades mentaux et de leurs familles. Si la souffrance des malades est immense, celle des familles est indicible et l’une alimente l’autre, fragilisant encore plus les uns et les autres.

    En plus de la souffrance, la maladie mentale met les patients en situation de handicap, le handicap étant défini comme « la restriction des activités et/ou de la participation sociale d’une personne de façon permanente ou temporaire, stable ou évolutive, due à une déficience ayant entraîné une ou plusieurs altérations des fonctions physiques ou mentales » .


    Source & suite
     

Partager cette page