La tradition, obstacle à la planification familiale

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 5 Août 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Les participants à la Conférence internationale sur la population et le développement «CIPD, le Caire + 10 ans» qui a eu lieu les 2,3 et 4 août courant à Rabat ont conclu à l'insuffisance actions entreprises durant toutes une décennie pour la promotion de la santé reproductive dans le monde arabe.

    La séance de clôture des travaux de cette conférence qui a eu lieu jeudi dernier, a été marquée par la formulation de plusieurs recommandations visant à pallier les imperfections des politiques adoptées jusqu'alors.

    Ces recommandations, élaborées par trois groupes de travail, concernent trois volets : le VIH-Sida, le plaidoyer et les jeunes. Concernant premier volet, les participants ont déploré «l'absence d'une politique claire quant à l'application des programmes de prévention à cause d'obstacles d'ordre religieux et social ». Ils ont recommandé une plus grande implication des leaders religieux (notamment les imams) dans les différents comités régionaux et associations de planification familiale.


    Ils ont également recommandé une meilleure coordination des efforts menés par les différents intervenants, insistant sur le rôle accru que doivent jouer les médias dans la lutte contre le sida à travers l'intensification des campagnes de sensibilisation. Les participants ont également mis l'accent par ailleurs sur la nécessité de trouver des sources de financement pour les actions entreprises dans ce sens et sur l'importance d'intégrer les questions de la santé sexuelle et reproductive dans le système scolaire.

    A propos du VIH-Sida, les participants ont recommandé la création d'une banque de données au niveau national et au niveau de la région du Maghreb, la mise à profit des espaces de jeunes pour des actions d'information, d'éducation et de sensibilisation et enfin la lutte contre certaines pratiques malsaines comme l'avortement clandestin et les circoncisions traditionnels.

    S'agissant du deuxième volet dit « plaidoyer » (advocacy), les participants ont insisté sur l'importance d'accorder une importance prioritaire à l'intégration des droits en matière de santé sexuelle et reproductive dans les objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

    Ils ont vivement recommandé aux gouvernements des pays arabes de faire en sorte que la société civile et les associations de planification familiale soient représentées dans les délégations officielles participant aux rencontres internationales.

    Pour ce qui est du troisième et dernier volet et qui se rapporte à la santé sexuelle et reproductive des jeunes, les participants ont incité les gouvernements arabes et les décisionnaires à mettre en place des stratégies de développement susceptibles de garantir des emplois aux jeunes.

    Ils ont recommandé aussi la création d'un fonds arabe de soutien aux projets initiés par les jeunes dans le domaine de développement.

    Enfin, ils ont attiré l'attention des responsables sur l'importance d'élaborer des lois protégeant les droits des jeunes en matières de santé sexuelle et reproductive et de veiller à leur application.


    Par:Abdelwahed Rmiche
    Source: LE MATIN
     

Partager cette page