La violence éclate à Addis Abeba

Discussion dans 'Scooooop' créé par sami_b, 8 Juin 2005.

  1. sami_b

    sami_b Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Les manifestations dénonçant de présumées fraudes électorales en Éthiopie ont fait au moins 23 morts, mercredi à Addis Abeba, au cours d'une troisième journée marquée par la violence. Les manifestants ont été tués par balle lors de heurts avec la police.

    Le gouvernement éthiopien accuse l'opposition d'encourager ces manifestations contre les résultats provisoires de l'élection législative du 15 mai dernier. Il a justifié l'emploi de la force en s'appuyant sur le décret interdisant toute manifestation pour une période d'un mois, à compter de la date des élections, à Addis Abeba et dans ses environs.


    L'une des principales formations de l'opposition, la Coalition pour l'unité et la démocratie (CUD), a appelé à la désobéissance civile, selon le ministre de l'Information, Berekat Simon. « Les morts sont regrettables, mais la CUD est responsable de tout ce qui se passe parce qu'ils ont violé l'interdiction du gouvernement de manifester", a-t-il poursuivi.

    « Ces gens sont impliqués dans la destruction du fonctionnement sans anicroche de la vie civile, de la loi et de l'ordre, nous avons donc dû protéger la population », a expliqué M. Berekat. Les manifestations seraient accompagnées de pillages, selon le gouvernement.

    Les pires violences depuis 2001


    L'opposition dénonce les résultats provisoires, mais controversés, de l'élection entachée de fraude, selon elle. Des centaines d'étudiants qui manifestent malgré l'interdiction gouvernementale depuis lundi ont été arrêtés par les forces paramilitaires et les policiers.

    Le bilan pourrait être plus lourd encore alors que les ambulances continuent de transporter des blessés par balle vers l'hôpital, qui est envahi.

    Ces violences sont les pires à survenir en Éthiopie depuis avril 2001, alors que la police avait réprimé des manifestations étudiantes réclamant davantage de libertés politiques et universitaires. Les émeutes avaient alors entraîné la mort de 41 personnes.

    (radio-canada.ca)
     

Partager cette page