L'affaire de tous !

Discussion dans 'Info du bled' créé par oisis73, 13 Novembre 2006.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    Lancée du vendredi 10 au mardi 24 novembre, la 9e Campagne nationale de solidarité entame cette semaine sa séquence forte. Elle constitue l'un des événements majeurs de l'année. Plus qu'une tradition désormais institutionnalisée et renouvelée, elle représente à chaque fois un moment de réflexion et de compassion collective, une symbiose à l'échelle nationale.

    Depuis la 1re édition, inaugurée par S.M. le Roi Mohammed VI, le concept de solidarité a connu un véritable ancrage dans la réalité politique et sociale du Maroc. Au point de devenir, outre un pilier fondateur, une finalité programmatique de la Fondation Mohammed V. Mais aussi une source d'inspiration pour la politique sociale de l'Etat à travers une série de projets. Inscrite comme un blason de notre histoire multiséculaire, la solidarité s'inspire des valeurs sacrées et pérennes de l'Islam qui est notre socle commun.

    Aujourd'hui, elle joue le rôle de levier de la mobilisation nationale.C'est dire que la solidarité n'a jamais été, ne pourrait jamais être une simple affaire de conjoncture ou de circonstances. Elle est donc l'affaire de tous les Marocains, où qu'ils se trouvent, quelles que puissent être aussi leur condition et leur appartenance.

    Depuis la nuit des temps, elle ne cesse de constituer chez nous un réflexe à la fois spontané, naturel et obligatoire parce qu'elle tire sa force et sa raison d'être des valeurs que notre religion prescrit comme un impératif moral : le partage et la générosité. Le développement et l'accès de notre pays à la modernité imposent non pas un changement mais un déplacement horizontal, dans la mesure où il traduit l'élargissement d'une prise de conscience à l'égard de la pauvreté et de l'exclusion.

    Certes, le progrès économique et industriel, accompagné d'une urbanisation forcée et d'une montée démographique, génère une problématique sociale auquel l'Etat s'évertue plus ou moins de répondre. Il ne peut, en effet, relever tout seul un tel défi. Cependant, une institution comme la Fondation Mohammed V, qui n'a pas vocation gouvernementale, s'emploie à mettre en ½uvre une forme de solidarité qui inspire tous ceux qui ont à c½ur de voir émerger et se renforcer une culture dans ce sens. La prise de conscience d'une telle réalité ne relève pas seulement de la bonne gouvernance, elle justifie toute vision sociale.


    « L'Affaire de tous » ! Cela signifie que l'enjeu de la lutte contre la pauvreté et la marginalisation constitue le programme qui s'impose de lui-même à toutes les instances et à tous les acteurs. La campagne de solidarité, par sa dimension mobilisatrice et fédératrice d'énergies et de bonnes volontés, n'est pas simplement le cadre institutionnel d'un engagement collectif, elle est à chaque fois de ce qu'on appellerait volontiers le «renouvellement solidaire».

    le matin​
     

Partager cette page