l'amitié eternelle!

Discussion dans 'toutes les poésies...' créé par milagro, 9 Juillet 2005.

  1. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    je vais poster sur ce topic des poémes que j'adore !
    dont les auteurs seront soit des ami(e)s ou les poétes reconnus au quatres coins du monde !


    BONNE LECTURE !

    ²²² MAROC doux pays de mon enfance ²²²

    Au delà de Casablanca
    Ou même de Rabat,
    Loin des clichés de Merzouga

    L'Erg Chebbi ou d'Agadir,
    Ce n'est pas ce qui m'attire.
    C'est la vallée de Lounila,

    Ou celle de Draa,
    Les gorges du Dadés ,
    Les Remparts d'Essaouira,


    C'est toute la sagesse
    De ton pays facinant,
    La beauté des éléments ,

    L'harmonie des couleurs,
    Tous ce qui touche mon coeur,
    C'est ce que j'aime en toi,

    C'est ce que je sent quand t'es là.
    C'est le Maroc qui chante en toi
    Tout le sama où tu es reine .
     
  2. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    un beau poéme de MAURICE CAREME !

    Prenez du soleil
    Dans le creux des mains,
    Un peu de soleil
    Et partez au loin!


    Partez dans le vent,
    Suivez votre rêve!
    Partez à l'instant,
    La jeunesse est brève!


    Il est des chemins
    Inconnus des hommes,
    Il est des chemins
    Si aériens!


    Ne regrettez pas
    Ce que vous quittez
    Regardez,là-bas,
    L'horizon briller!


    Loin,toujours plus loin,
    Partez en chantant,
    Le monde appartient
    A ceux qui n'ont rien!


    """"""""" MAURICE CAREME,La lanterne magique """"""""
     
  3. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    Tu as su me tendre la main
    A cet instant où je n'allais pas bien
    De nos rires,de nos confessions
    Est née de l'affection,
    De notre tristesse,de notre complicitée
    est née notre amitiée,
    Mais il ne faut pas que cela reste
    un simple mot de six lettres

    Si un jour tu es en détresse
    N'hésite pas à me lancer un S.O.S
    Même si je ne trouve pas les mots
    Ceux qui rendent le monde plus beau
    Même si je suis maladroit
    tu pourras toujours compter sur moi.

    Mon amie,tu m'as secouru
    Alors que je me croyais perdu
    Mon amie,tu m'as aidé
    Et ça je ne l'oublierais jamais
    Aussi loin que tu sois
    je veillerais sur toi.


    _________________________________
    ___________________________
    ______________________
    __________________
    ______________


    Je n'ai qu'une seule source de chaleur
    Celle que tu as déposée sur mon coeur
    Tu es la seule à pouvoir me combler de bonheurs

    Secondes minutes et heures
    Je n'arrive plus à m'imaginer
    Vivre sans toi pour l'éternité

    Tu es la à chacune de mes pensées
    Matins journées soirées
    Personne ne saura me donner

    Autant d'amours que toi tu m'a apportée
    Et jamais je n'arrêterais de t'aimer
    Car je t'aime comme je n'ai jamais aimée


    _________________________________
    ___________________________
    ______________________
    __________________
    ______________



    Les yeux sanglants,
    Cheveux au vent,
    Si tu savais ce que je ressents,
    Ce ne sont que des sentiments,
    Je ne fait jamais semblant,
    Car je t'aime vraiment,
    Pour moi tu es important,
    Mais j'attendrais le temps,
    Et le bon moment,
    Pour te dire ce que je ressents.

    J'ai l'impression que tu est dans l'ignorance,
    Moi je suis dans la souffrance,
    Mais toujours dans l'esperance,
    De savoir de moi ce que tu penses,
    Mon coeur est immense,
    Tout deux on a des ressemblances,
    Mais aussi des différences.

    Jours aprés jours,
    Je te regarde du haut de ma tours,
    Sans regarder autour,
    Si tu savais à quel point cet amour,
    Dans mon coeur pése lourd.


    NB : j'invite tout le monde à poster les poémes qu'il adore et qui l'inspire ;-)
     
  4. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Re : l'amitié eternelle!

    dans le premier poeme j'ai bien aimé ce passage!
     


    voila j'ai gardé ici les passage que j'ai aimé!!
    j'ai trop adoré cette air de liberté cette fidélité si présente, bravo milagro! ;-)
     
  5. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    freil :ouaww , tu me surprends là !
    j'ignorais que t'étais un fan de la poésie !
    je suis flattée .

    j'adore surtout le premier poéme , car il est ecrit par une personne qui n'a jamais visité le Maroc . et qu'a pris la peine de faire des recherches !
    j'avoue en le lisant j'étais scotchée , je suis restée bouche bée devant mon ecran !

    merci pour le soutien ;-)
     
  6. Stutu

    Stutu Citoyen

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    38
    Re : l'amitié eternelle!

    Les yeux sanglants,
    Cheveux au vent,
    Si tu savais ce que je ressents,
    Ce ne sont que des sentiments,
    Je ne fait jamais semblant,
    Car je t'aime vraiment,
    Pour moi tu es important,
    Mais j'attendrais le temps,
    Et le bon moment,
    Pour te dire ce que je ressents.

    J'ai l'impression que tu est dans l'ignorance,
    Moi je suis dans la souffrance,
    Mais toujours dans l'esperance,
    De savoir de moi ce que tu penses,
    Mon coeur est immense,
    Tout deux on a des ressemblances,
    Mais aussi des différences.

    Jours aprés jours,
    Je te regarde du haut de ma tours,
    Sans regarder autour,
    Si tu savais à quel point cet amour,
    Dans mon coeur pése lourd.

    [33h]
     
  7. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    stupify : [33h]====>[​IMG]
     
  8. Stutu

    Stutu Citoyen

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    38
    Re : l'amitié eternelle!

    milagro= [33h] + [​IMG] = [​IMG]
     
  9. AcHaRa

    AcHaRa Gnaoui

    J'aime reçus:
    41
    Points:
    48
    Re : l'amitié eternelle!

    milagro ahhhhhhhhh t'as changer de profession mnt c les poemes ke tu postes pas les jeux bin c bo co meme bravo
    au fait t'as eu les resultats d'exams? repond par Mp et raconte moi tout
     
  10. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
  11. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    milagro= [33h] + [​IMG] = [​IMG] ===>[​IMG]


    [33h] + [​IMG][​IMG][​IMG][​IMG][​IMG][​IMG]    [​IMG] [​IMG]
     
  12. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    milagro: khotobiti Choutobiti

    Hadchi li darti daba :D
     
  13. nabilloco

    nabilloco Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    بــــعــــــــــــد الــــــــــــورده...........

    أهديني ورده وأتركيني وحيدا في الظلام ....

    فعشقك نبراسي ....

    وقلبك وطني.....

    وأنفاسك عطري....

    وأجمل ايام عمري تشهد مراسم تتويجك أميره على قلعة قلبي....

    لا انهار سواك تمر بواحتي....

    لا شمسا سواك تبدد صقيع مشاعري

    وتبعث الدفء الى ظلمات أعماقي...

    لست وليدة الاحداث...

    فأنت عشق في الاعماق ووشم في الذاكره ....

    وحدث لا يقبل التأجيل.......

    فها انا أتأبط شر تجاربي لأصبح حاكما منفيا على هامش مملكتك ...​

    :(
     
  14. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    SturGeoN :
      [​IMG] mafhamt wallouuuuuuuuuuu , explique moi stp !

    nabilloco :
    j'ai lis et relis ton poéme ! il est fabuleux !
    mais trés trés triste !
    [​IMG]
     
  15. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    milagro: tanfham ongolik, c promis :D
     
  16. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Re : l'amitié eternelle!

    milagro: merci a toi pour ces poemes, j'aime bien lire des poemes et voyagé dans le monde de l'imagination, vers un monde plus parfait que le notre ;-)
    thanx!
     
  17. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    Voeu

    Si j'étais la feuille que roule
    L'aile tournoyante du vent,
    Qui flotte sur l'eau qui s'écoule,
    Et qu'on suit de l'oeil en rêvant ;

    Je me livrerais, fraîche encore,
    De la branche me détachant,
    Au zéphyr qui souffle à l'aurore,
    Au ruisseau qui vient du couchant.

    Plus loin que le fleuve, qui gronde,
    Plus loin que les vastes forêts,
    Plus loin que la gorge profonde,
    Je fuirais, je courrais, j'irais !

    Plus loin que l'antre de la louve,
    Plus loin que le bois des ramiers,
    Plus loin que la plaine où l'on trouve
    Une fontaine et trois palmiers ;

    Par delà ces rocs qui répandent
    L'orage en torrent dans les blés,
    Par delà ce lac morne, où pendent
    Tant de buissons échevelés ;

    Plus loin que les terres arides
    Du chef maure au large ataghan,
    Dont le front pâle a plus de rides
    Que la mer un jour d'ouragan.

    Je franchirais comme la flèche
    L'étang d'Arta, mouvant miroir,
    Et le mont dont la cime empêche
    Corinthe et Mykos de se voir.

    Comme par un charme attirée,
    Je m'arrêterais au matin
    Sur Mykos, la ville carrée,
    La ville aux coupoles d'étain.

    J'irais chez la fille du prêtre,
    Chez la blanche fille à l'oeil noir,
    Qui le jour chante à sa fenêtre,
    Et joue à sa porte le soir.

    Enfin, pauvre feuille envolée,
    Je viendrais, au gré de mes voeux,
    Me poser sur son front, mêlée
    Aux boucles de ses blonds cheveux ;

    Comme une perruche au pied leste
    Dans le blé jaune, ou bien encor
    Comme, dans un jardin céleste,
    Un fruit vert sur un arbre d'or.

    Et là, sur sa tète qui penche,
    Je serais, fût-ce peu d'instants,
    Plus fière que l'aigrette blanche
    Au front étoilé des sultans.


    Victor Hugo (1802-1885)
     
  18. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent

    Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont
    Ceux dont un dessein ferme emplit l'âme et le front.
    Ceux qui d'un haut destin gravissent l'âpre cime.
    Ceux qui marchent pensifs, épris d'un but sublime.
    Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
    Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour.
    C'est le prophète saint prosterné devant l'arche,
    C'est le travailleur, pâtre, ouvrier, patriarche.
    Ceux dont le coeur est bon, ceux dont les jours sont pleins.
    Ceux-là vivent, Seigneur ! les autres, je les plains.
    Car de son vague ennui le néant les enivre,
    Car le plus lourd fardeau, c'est d'exister sans vivre.
    Inutiles, épars, ils traînent ici-bas
    Le sombre accablement d'être en ne pensant pas.
    Ils s'appellent vulgus, plebs, la tourbe, la foule.
    Ils sont ce qui murmure, applaudit, siffle, coule,
    Bat des mains, foule aux pieds, bâille, dit oui, dit non,
    N'a jamais de figure et n'a jamais de nom ;
    Troupeau qui va, revient, juge, absout, délibère,
    Détruit, prêt à Marat comme prêt à Tibère,
    Foule triste, joyeuse, habits dorés, bras nus,
    Pêle-mêle, et poussée aux gouffres inconnus.
    Ils sont les passants froids sans but, sans noeud, sans âge ;
    Le bas du genre humain qui s'écroule en nuage ;
    Ceux qu'on ne connaît pas, ceux qu'on ne compte pas,
    Ceux qui perdent les mots, les volontés, les pas.
    L'ombre obscure autour d'eux se prolonge et recule ;
    Ils n'ont du plein midi qu'un lointain crépuscule,
    Car, jetant au hasard les cris, les voix, le bruit,
    Ils errent près du bord sinistre de la nuit.

    Quoi ! ne point aimer ! suivre une morne carrière
    Sans un songe en avant, sans un deuil en arrière,
    Quoi ! marcher devant soi sans savoir où l'on va,
    Rire de Jupiter sans croire à Jéhova,
    Regarder sans respect l'astre, la fleur, la femme,
    Toujours vouloir le corps, ne jamais chercher l'âme,
    Pour de vains résultats faire de vains efforts,
    N'attendre rien d'en haut ! ciel ! oublier les morts !
    Oh non, je ne suis point de ceux-là ! grands, prospères,
    Fiers, puissants, ou cachés dans d'immondes repaires,
    Je les fuis, et je crains leurs sentiers détestés ;
    Et j'aimerais mieux être, ô fourmis des cités,
    Tourbe, foule, hommes faux, coeurs morts, races déchues,
    Un arbre dans les bois qu'une âme en vos cohues !


    Victor Hugo (1802-1885)
     
  19. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    milagro: tu as bien choisi :D

    Victor Hugo, respect
     
  20. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : l'amitié eternelle!

    c'était toi et nullement un autre !

    --------------------------------------------------------------------

    Au-delà de ma vie troublée
    Ou je me nourris l'âme d'espoir ,
    Une lueur de bonheur m'est apparue

    Au-delà de mes souvenirs bafoués
    Ou mon enfance mouille la mémoire
    Une masse d'émotion cristalisa mon coeur ému

    C'était toi et nullement un autre

    Au-delà de mes rêves accablés
    Ou je frimousse avec liberté et plein pouvoir
    Une sensation m'étouffe et me voile la vue

    Au-delà de tout-pensées éveillé
    Ou mon coprs tremble d'enthousiasme et de gloir
    Une chandelle lumina le chemin élu

    C'était toi et nullement un autre

    Oh , dieu veille sur mon trésor
    Rend le heureux , il vaut l'effort
    Il a tant sacrifié pour assurer mon essor
    S'il s'avait au moins à quel point je regrette sa mort


    ----------------------------- " Destin amère d'une Orpheline "--
     

Partager cette page