L'amour aussi fort que la cocaïne contre la douleur

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par jijirose, 15 Octobre 2010.

  1. jijirose

    jijirose this is my life

    J'aime reçus:
    390
    Points:
    83
    Oubliez le paracetamol et l'aspirine et appelez votre dernière conquête: l'amour est l'un des plus efficaces remèdes à la douleur, d'après l'étude de scientifiques américains.

    D'après leurs tests sur 15 étudiants américains qui se disaient être dans les débuts passionnés d'une relation amoureuse (dans les 9 premiers mois), les sentiments pour un partenaire réduisent une douleur intense de 12%, et une douleur modérée de 45%.

    Les scientifiques ont montré des photographies de l'être aimé à huit femmes et sept hommes tout en leur faisant modérant mal. Ils ont étudié leur réaction grâce à un scanner IRM. A la fin du test, les chercheurs demandaient aux étudiants de chiffrer la douleur qu'ils avaient ressenti. Or d'après les scans de l'appareil IRM, les sentiments passionnés activaient des parties du cerveau qui sont aussi stimulées par la morphine ou la cocaïne. Attention, regarder une photographie d'un ami très sexy ne produit pas le même effet (même si cela a tout de même un léger effet analgésique!).

    L'étude a également trouvé que distraire les étudiants –en les faisant se concentrer sur autre chose, leur demandant par exemple de lister des sports qui se pratiquent sans balle– permettait de réduire la peine, mais pas en mobilisant les même parties du cerveau que celles affectées par l'amour passionnel, expliquent les chercheurs:

    «L'analgésie causée par l'amour est beaucoup plus associée aux centres de récompense. Elle semble impliquer des aspects plus primitifs du cerveau, en activant des structures profondes qui peuvent bloquer la douleur à un niveau spinal: similaire à la façon dont les analgésiques opioïdes fonctionnent.»

    Les chercheurs ont recruté des gens encore dans la phase passionnelle d'une relation, et non pas dans une phase plus mature, parce qu'ils voulaient «des sujets qui se sentaient euphoriques, énergiques, qui pensaient de manière obsessionnelle à l'être aimé, qui avaient un besoin maladif de l'autre». Puisque les descriptions de l'amour passionné font tellement penser à une dépendance à la drogue, ils voulaient voir si le rapport entre les deux allait plus loin


    source

     

Partager cette page