Lampedusa : la pire tragédie de ces dernières années

Discussion dans 'Info du monde' créé par titegazelle, 4 Octobre 2013.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Lampedusa :
    la pire tragédie de ces dernières années


    [​IMG]
    AFP/Archives

    Un drame sans précédent

    Au lendemain du naufrage d'un bateau chargé de plusieurs centaines de clandestins, au large de l'île italienne de Lampedusa, les recherches des 200 disparues devaient reprendre ce vendredi matin. Le bilan est extrêmement lourd : plus de 130 migrants sont morts. Seulement 150 environ ont été sauvés, ce qui laisse craindre la découverte de nouveaux corps sans vie.
    "C'est affreux, c'est comme un cimetière, on ramène toujours de nouveaux corps", a déclaré la maire de Lampedusa, Giusy Nicolini. La plupart des passagers du bateau venaient vraisemblablement d'Érythrée, via la Libye.

    Le vice-Premier ministre Angelino Alfano, qui s'est rendu sur place, a confirmé que le skipper du bateau avait été arrêté. "C'est un Tunisien de 35 ans qui avait été expulsé d'Italie en avril", a-t-il précisé.

    Les migrants, en majorité des Somaliens et des Érythréens, étaient partis des côtes libyennes. L'accident s'est produit à 0,3 mille nautique (550 mètres) de la côte. Le bateau de pêche a commencé à prendre l'eau et "de peur qu'il ne coule, les migrants ont enflammé une couverture (pour attirer l'attention, ndlr), mais cela a provoqué un incendie, puis le navire a chaviré", selon Agelino Alfano.

    L'alerte a été donnée par un bateau de pêche qui a immédiatement participé aux opérations de secours.

    Ils ne savent pas nager

    La ministre des Affaires étrangères, Emma Bonino, a souligné que "l'opération de sauvetage a débuté aussitôt mais elle devient plus difficile à mesure que le temps fraîchit. Ils (les migrants) ne savent pas nager, ils ne savent pas où aller".

    Les abords de l'île de Lampedusa sont régulièrement le théâtre de naufrages mais celui-ci est le pire de ces dernières années.

    Des drames à répétition

    Chaque année, des dizaines de milliers de migrants arrivent sur l'île, pour fuir la pauvreté ou les conflits.

    En 2011, en raison notamment des révolutions arabes, plus de 50.000 personnes avaient afflué à Lampedusa.

    En 2012 et cette année, ce sont des milliers de Syriens qui tentent régulièrement leur chance.

    Le centre de rétention de Lampedusa, construit pour accueillir 380 personnes, est surpeuplé depuis longtemps. La population permanente s'élève à 6.000 personnes mais des milliers de migrants vivent dans des conditions précaires dans des campements dispersés un peu partout dans l'île.

    Le Pape dénonce "la honte"

    Le pape, qui s'était rendu pour son tout premier déplacement à Lampedusa le 8 juillet, a parlé de "honte" face aux "nombreuses victimes de cet énième naufrage".

    Un jour de deuil

    Rome a décrété un "deuil national" pour la journée de vendredi et une minute de silence sera observée dans toutes les écoles ainsi qu'avant tous les matchs de football du championnat.


    Mise à jour : vendredi 4 octobre 2013 09:22 | Par La rédaction, M6info by MSN
    Un drame sans prcdent - Lampedusa : la pire tragdie de ces dernires annes - M6info by MSN
     
    Dernière édition: 26 Janvier 2014
  2. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    la 7awla wa la 9owata illa bi La8
    Allah ir7am8oum w r7am mawtana lmosslimin
     
    Admin aime ça.
  3. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

    Lampedusa et l'Italie
    pleurent la mort de centaines de migrants


    Lampedusa et l'Italie tout entière ont pleuré vendredi les victimes d'un naufrage près de l'île de Lampedusa qui aurait causé la mort d'au moins 300 migrants, la plupart érythréens, et ont lancé des appels à l'Europe pour faire cesser ces "tragédies".


    Le navire, parti de Libye et qui a coulé tôt jeudi matin, transportait 450 à 500 migrants, selon les autorités. Seuls 155 environ ont été sauvés, ce qui laisse craindre un bilan d'environ 300 morts, dont beaucoup de femmes et d'enfants. Cela fait de ce naufrage le pire drame de l'immigration des dernières années.

    Jusqu'à présent, 111 corps ont été ramenés à terre, mais la récupération des cadavres a été interrompue vendredi "car la mer est trop agitée pour les sorties en mer", a indiqué à l'AFP Leonardo Ricci, un responsable de la police financière à Lampedusa.

    Selon lui, les plongeurs "ont vu des corps sur le fond et à l'intérieur" du bateau de pêche qui gît à 40 mètres de profondeur, à environ 550 mètres de la côte.

    En soirée, un millier d'habitants de Lampedusa ont rendu un hommage émouvant aux victimes au cours d'une marche aux flambeaux. "C'est vraiment important de venir. Nous sommes habitués à faire de notre mieux pour sauver les gens, mais rien de tel n'était jamais arrivé ici", a dit Michele Rossi, un commerçant de cette île devenue le principal port d'entrée des migrants venant d'Afrique.

    Dans un geste inédit, le maire de gauche de Rome Ignazio Marino a annoncé que les 155 rescapés seraient accueillis dans la capitale "en signe de rébellion contre la résignation et l'indifférence".

    A Lampedusa, les magasins étaient fermés vendredi pendant que le pays observait une journée de deuil (minutes de silence, drapeaux en berne).

    Entassés sur le navire en avarie, les migrants ont enflammé une couverture pour signaler leur présence, ce qui a provoqué un incendie puis le naufrage, vers 4/5h00 (2/3h00 GMT). Les premiers secours sont arrivés vers 5H00 GMT.

    "On a entendu des cris et on s'est précipités et nous avons trouvé une situation de cauchemar", a déclaré à l'AFP un commerçant de Lampedusa, Alessandro Marino, qui a dit en pleurant n'avoir réussi à en "sauver que 47".

    Une pétition pour décerner le prix Nobel de la paix à Lampedusa, lancée par l'hebdomadaire L'Espresso, a déjà recueilli plus de 20.000 signatures.

    "C'est une horreur en bas, des dizaines de corps peut-être des centaines. Ils sont empilés les uns sur les autres", a déclaré à l'agence Ansa, Rocco Canell, un plongeur d'une école privée.

    "Cela ne peut pas continuer comme ça, nous espérons que les politiques vont changer, l'avenir de Lampedusa est directement lié aux politiques d'asile et sur l'immigration", a exhorté le maire de l'île Giusi Nicolini.

    Parlant de "journée de pleurs", le pape François a dénoncé au cours d'une visite à Assise "l'indifférence à l'égard de ceux qui fuient l'esclavage, la faim pour trouver la liberté"

    "D'autres tragédies"

    Le Premier ministre italien Enrico Letta a annoncé que les victimes se verraient toutes accordées la nationalité italienne, parlant de "honte" et demandant à l'Europe "d'accroître son niveau d'intervention".

    Plusieurs maires siciliens, dont celui de Cammarata, Vito Mangiapane, ont proposé des places dans leur cimetière pour accueillir "ces pauvres gens".

    Les corps, enveloppés dans des linceuls en plastique ont été alignés dans un hangar de l'aéroport où les visages sont photographiés pour une possible identification ultérieure.

    Selon l'OIM (Bureau international des migrations), pour ces traversées, ils payent "entre 1.200 et 2.000 euros" sur des bateaux "en très mauvais état".

    Le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), qui a un représentant à Lampedusa, a précisé que les migrants, "des Erythréens", étaient partis de Misrata (Libye), puis passés par Zuwara avant de se diriger vers Lampedusa, plus proche de l'Afrique du Nord que du reste de la Sicile.

    "C'est un Tunisien de 35 ans qui avait été expulsé en avril" d'Italie qui pilotait le bateau clandestin et a été arrêté, a indiqué le vice-Premier ministre Angelino Alfano, qui a dit craindre "d'autres tragédies" après un afflux de "30.000 migrants" depuis le début de l'année en Italie.

    Il a appelé à changer les règles européennes qui "font trop peser sur les pays d'entrée la charge de l'immigration clandestine" et à surveiller davantage les côtes en Tunisie et en Libye d'où partent les bateaux de clandestins.

    La Rencontre africaine pour la défense des droits de l'Homme (Raddho), ONG basée à Dakar, a exprimé sa "profonde consternation" après la tragédie de Lampedusa, et invité les pays africains à se concerter sur la migration irrégulière pour éviter l'exode de leurs citoyens.

    Selon le réseau d'ONG Migreurop à Paris, en vingt ans, 17.000 migrants sont morts en tentant de rallier l'Europe.



    Mise à jour : samedi 5 octobre 2013 08:49 | Par AFP

    http://news.fr.msn.com/m6-actualite/lampedusa-et-litalie-pleurent-la-mort-de-centaines-de-migrants-1
     
  4. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

    Lampedusa :
    83 nouveaux corps de migrants repêchés



    Les plongeurs ont remonté dimanche 83 nouveaux corps de migrants morts jeudi dans un naufrage près de l'île de Lampedusa, une "tragédie" qui ne doit plus se reproduire, a dit la ministre italienne Cécile Kyenge.
    Devant l'ampleur du drame, les appels à une modification des politiques européennes en matière d'immigration se multiplient.


    La récupération de 83 corps porte à 194 le bilan officiel provisoire d'un drame dont les autorités redoutent qu'il ait fait entre 300 et 360 morts.

    Seuls 155 des 480 à 520 Érythréens et Somaliens entassés sur un bateau de pêche parti clandestinement de Misrata, en Libye, ont pu être sauvés. Les survivants sont tous érythréens sauf le pilote du navire, un Tunisien âgé de 35 ans qui a été arrêté.

    "Ma famille et beaucoup d'amis étaient sur ce bateau. Je ne peux pas en parler, c'est trop douloureux", a dit à l'AFP Ali, un rescapé de 25 ans.

    Selon lui, le feu a pris sur le bateau lorsque le capitaine a enflammé une chemisette pour attirer l'attention des garde-côtes italiens, tout près des rives de Lampedusa.

    "Quand les gens ont vu les flammes, ils se sont précipités sur l'autre bord et le bateau en a été déséquilibré. Plein de gens sont tombés au fond de l'eau. La terreur a commencé", a-t-il raconté.

    Rocco Cannel, propriétaire d'une école de plongée, a été le premier à descendre sur l'épave: "Je n'oublierai jamais ce que j'ai vu", a-t-il déclaré à l'AFP.

    Les plongeurs ont décrit des scènes de cauchemar au fond de l'eau : des corps pris au piège dans l'épave, serrés les uns contre les autres, ou éparpillés sur le fond sablonneux.

    Les autorités italiennes envisagent de renflouer le bateau, qui gît par 47 mètres de fond à un demi-kilomètre de la côte de la petite île.

    Cécile Kyenge, ministre italienne de l'Intégration, originaire de la République démocratique du Congo (RDC), a assisté dimanche à l'arrivée des corps dans le petit port. Elle a appelé à ce qu'il n'y ait "plus jamais de telles tragédies". Des politiques de "prévention" sont nécessaires, a-t-elle dit.

    Dans une interview au Corriere della Sera où elle a annoncé un triplement (de 8.000 à 24.000) des places pour l'accueil des immigrés, elle a prôné des politiques d'immigration moins "punitives" en Italie et dans l'Union européenne.

    Car, selon elle, les "flux migratoires ont changé" : il s'agit davantage de réfugiés de guerre que de migrants économiques.
    Mme Kyenge a dénoncé "l'absurdité" d'une loi italienne qui considère comme des "suspects" d'immigration clandestine des gens qui fuient des conflits.

    La ministre a annoncé des discussions au niveau interministériel sur cette question. Mais le dossier ne fait pas consensus dans le gouvernement gauche-droite d'Enrico Letta.

    L'Italie, qui fait face à un nouvel afflux exceptionnel de migrants (30.000 depuis le début de l'année, quatre fois plus qu'en 2012), a obtenu que la question de l'immigration figure à l'ordre du jour d'une réunion ministérielle européenne à Luxembourg mardi.

    M. Letta, qui a annoncé la visite mercredi sur l'île du président de la Commission européenne José Manuel Barroso, a insisté sur l'actuelle porosité des frontières libyennes.
    "Notre problème s'appelle Libye. Tout a changé en deux ans, nous irons là-bas pour faire adopter des règles plus strictes", a déclaré le chef du gouvernement italien à la chaîne de télévision Sky TG24.

    Rome souhaite aussi que la question soit discutée lors du prochain sommet européen, les 24 et 25 octobre à Bruxelles.

    L'UE doit aider davantage l'Italie, qui "ne peut pas être le premier pays (d'entrée des migrants africains, ndlr) et tout assumer sur ses épaules", a estimé M. Letta.

    Selon le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, Paris proposera probablement de mettre la question à l'ordre du jour du sommet européen.

    Selon des ONG, entre 17.000 et 20.000 migrants ont péri en tentant la traversée de cette mer vers le sud de l'Europe ces vingt dernières années.

    Le centre d'accueil de l'île est surpeuplé (1.000 occupants pour 250 places) et une partie des réfugiés, dont des rescapés du naufrage, ont dû dormir dehors les dernières nuits sous des abris de fortune.

    Le pape François a envoyé à Lampedusa son aumônier personnel, Mgr Konrad Krajewski, pour bénir les victimes.

    Le pape a lui-même observé lors de l'Angelus un moment de silence devant les milliers de fidèles réunis comme chaque dimanche sur la place Saint-Pierre au Vatican.

    "Prions tous en silence pour nos frères et nos soeurs, femmes, hommes, enfants. Que nos coeurs pleurent en silence", a dit le souverain pontife.



    Mise à jour : dimanche 6 octobre 2013 21:58 | Par AFP
    http://news.fr.msn.com/m6-actualite/lampedusa-83-nouveaux-corps-de-migrants-repêchés-1
     
  5. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Lampedusa :
    les Européens appelés à renoncer à leurs égoïsmes


    Les Européens sont appelés mardi à renoncer à leurs égoïsmes nationaux après la tragédie de Lampedusa, et à montrer une plus grande solidarité vis-à-vis de leurs partenaires confrontés à des afflux de réfugiés fuyant les conflits et la misère.


    "De nouvelles solutions doivent être trouvées au niveau européen", a plaidé le chef du gouvernement italien Enrico Letta. L'Italie devait défendre cette position et présenter ses demandes mardi au cours d'une réunion des ministres de l’Intérieur des 28 pays de l'UE à Luxembourg.

    Elle peut compter sur le soutien de la Commission européenne, dont le président, José Manuel Barroso, se rendra mercredi sur la petite île italienne.

    "Lampedusa est un cauchemar", a affirmé Viviane Reding, vice-présidente de la Commission en charge de la Justice, en se demandant si cela "sera un appel au réveil pour les Européens et s'il permettra ou pas de changer les lois sur l'asile".

    Ses doutes sont révélateurs des difficultés rencontrées pour amener les pays du nord de l'Europe à montrer plus de solidarité envers ceux du sud. Les États sont en effet souverains en matière de politiques migratoires.

    Les portes d'accès pour les migrants

    L'Italie, Malte, la Grèce, Chypre, la Bulgarie et l'Espagne sont les portes d'accès pour les migrants venus d'Afrique et du Proche Orient. Les routes passent par la Turquie, l’Égypte, la Libye et la Tunisie. Beaucoup viennent par la mer au péril de leurs vies, et nombre d'entre-eux veulent rejoindre des parents établis en France, en Allemagne, en Belgique ou au Royaume-Uni.

    Or les règles en vigueur dans l'UE sont très dures. Seules les demandes d'asile sont traitées. C'est une obligation internationale. Les migrants économiques sont en revanche impitoyablement refoulés. L'Italie a même fait de l'immigration clandestine un délit. Théoriquement, les rescapés du bateau naufragé devraient donc être poursuivis, ainsi que les sauveteurs pour complicité.

    Par ailleurs, les règles pour le traitement des demandes d'asile sont très strictes. Elles imposent aux pays d'arrivée de les traiter et d'assurer l'hébergement du demandeur. Depuis des années, les pays du sud réclament un mécanisme de répartition du fardeau, et depuis des années, les pays du nord opposent une fin de non recevoir à cette demande.

    Le drame de Lampedusa a imposé un nouveau débat. La discussion est prévue mardi en début d'après-midi. Mais le sujet reste très sensible, avec la montée en puissance des mouvements populistes, et la marge d'action de nombreux ministres est donc très limitée.

    En France, Jean-François Copé, le président de l'UMP (droite, opposition), a recommandé de "sanctionner et même exclure les pays qui ne contrôlent pas les frontières extérieures de l’Europe, en dépit de leurs engagements".

    "Tant que nous laisserons croire à des millions d’hommes et de femmes à travers le monde que l’Europe est un continent ouvert à tous les flux, que nos frontières sont des passoires, alors il y aura des mafieux pour les exploiter, il y aura des réfugiés prêts à tenter le tout pour le tout pour arriver sur notre sol"
    , a-t-il insisté.

    La France s'est engagée, à la demande du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), à installer sur son territoire des réfugiés syriens. Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, devrait préciser leur nombre mardi.

    Une modification des règles en matière d'asile est en revanche peu probable, ont confié plusieurs responsables européens sous couvert de l'anonymat.

    Les Européens devraient se prononcer pour une répression accrue contre les filières qui organisent l'immigration clandestine, et un renforcement des moyens de Frontex, l'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures de l'UE.

    L'agence n'a toujours aucun moyen propre pour assurer ses missions. Elle dépend du bon vouloir des Etats, qui ont réduit son budget pour les sept prochaines années.



    Mise à jour : mardi 8 octobre 2013 08:31 | Par AFP
    http://news.fr.msn.com/m6-actualite...ropéens-appelés-à-renoncer-à-leurs-égoïsmes-2
     
  6. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Lampedusa :
    mobilisation européenne,
    récupération de nouveaux corps


    Les Européens ont été appelés mardi à mener une vaste opération de "sécurité et de sauvetage" de migrants en Méditerranée pour répondre à l'émotion causée par la tragédie de Lampedusa, sans remettre en cause leur politique en matière d'asile.


    "J'ai proposé aux États membres d'organiser une grande opération de sécurité et de sauvetage en Méditerranée, de Chypre à l'Espagne", a annoncé la commissaire européenne chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström, lors d'une réunion avec les ministres européens de l'Intérieur à Luxembourg.

    "Nous avons l'intention de la mener le plus vite possible, mais je ne peux pas encore donner plus de détails", a-t-elle expliqué, précisant qu'un groupe de travail allait être constitué pour évaluer les moyens à mobiliser.

    Mme Malmström accompagnera mercredi le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, à Lampedusa, où plus de 200 migrants ont péri dans le naufrage de leur embarcation jeudi dernier.

    Les plongeurs italiens ont poursuivi mardi leur travail de récupération des corps des victimes, tandis que deux navires sauvaient dans les eaux siciliennes plus de 400 nouveaux immigrés clandestins, qui se disent pour la plupart Syriens.

    Parallèlement, un mandat d'arrêt a été émis contre le Tunisien Kaled Bensalam, 35 ans, accusé d'être un passeur et considéré comme le +commandant+ du bateau qui avait fait naufrage.

    Dans le cadre de l'opération annoncée par la Commission européenne, les États membres seront appelés à fournir des navires, des avions et surtout de l'argent pour permettre à Frontex, l'agence de surveillance des frontières européennes, de mener à bien cette mission.

    "Les États se sont engagés à donner les ressources nécessaires, car cela va avoir un coût", a dit Mme Malmström. "La France prendra toutes ses responsabilités", a assuré le ministre de l’Intérieur français Manuel Valls.

    Frontex, qui a permis de sauver des milliers de vies ces dernières années, n'a pas de moyens propres, et son budget a été réduit au nom de l'austérité imposée par la crise. Mme Malmström a reconnu que l'une des premières demandes présentées aux États serait une contribution pour renflouer le budget de Frontex, réduit de 118 millions d'euros en 2011 à 85 millions cette année.

    C'est "un beau signal concret", a commenté le ministre italien, Angelino Alfano. "Nous demandons que l'Europe nous prête main forte pour sauver des vies humaines".

    Ce genre d'opération "ne sert que dans la durée", ont toutefois averti plusieurs sources européennes. "C'est d'une naïveté finie", a lâché un diplomate sous couvert de l'anonymat. "Nous allons faire les passeurs", expliquant que "dès que les navires de Frontex sont signalés, les embarcations prennent la mer" pour être secourues.

    Selon ce diplomate, la solution "passe par un contrôle des côtes de la Libye et de la Tunisie par les autorités de ces pays, pour empêcher les départs". "Toute la stratégie migratoire de l'UE avec les pays de la rive sud de la Méditerranée doit être revue", a estimé M. Valls.

    "Nous avons des discussions avec les pays de départ et les pays de transit", a affirmé Mme Malmström, déplorant qu'elles soient "difficiles avec la Libye, car les institutions de ce pays sont très faibles".

    L'annonce de l'opération Frontex intervient alors que les pays du nord de l'Europe ont confirmé mardi leur refus de changer les règles en matière d'asile.

    L'Italie, Malte, la Grèce, Chypre, la Bulgarie et l'Espagne sont les portes d'accès à l'UE pour les migrants venus d'Afrique et du Proche-Orient, et les réfugiés arrivés par la mer ne représentent qu'une infime partie des demandeurs d'asile. Ils ont été plus de 330.000 à frapper aux portes de l'UE en 2012 et le mouvement s'est accentué en 2013.

    70% des demandes soumises en 2012 ont été enregistrées par l'Allemagne (77.500), la France (60.600), la Suède (44.000), le Royaume-Uni (28.000) et la Belgique (28.000), selon les données d'Eurostat, l'office statistique de l'UE.

    L'Italie, avec 15.000 demandes en 2012, n'est pas le pays le plus sollicité. C'est donc sans surprise que les ministres allemand, suédois et danois ont rejeté l'idée d'une modification de l'accord de Dublin, qui impose aux pays d'arrivée des demandeurs de traiter les demandes.

    Sur 28 États membres, 24 sont opposés à une modification des règles. Et la montée en puissance des mouvements populistes et anti-européens rend impossible une telle décision par les gouvernements, reconnaît une source européenne.




    Mise à jour : mardi 8 octobre 2013 19:41 | Par AFP
    http://news.fr.msn.com/m6-actualite...n-européenne-récupération-de-nouveaux-corps-1
     
  7. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

    Lampedusa :
    des dizaines de morts dans un nouveau naufrage


    Des dizaines d'immigrés sont morts vendredi soir dans un naufrage au sud de Malte et de Lampedusa, huit jours après la tragédie qui a coûté la vie à plus de 300 personnes au large de la petite île sicilienne.

    A La Valette, le Premier ministre maltais Joseph Muscat a confirmé la mort "d'au moins 27 immigrés", lors d'une conférence de presse dans la soirée. "Les opérations de récupération des corps se poursuivent", a-t-il ajouté vers 22H30 (20H30 GMT).

    Selon l'agence italienne Ansa, qui avait annoncé un bilan d'une cinquantaine de morts, dont plusieurs femmes et une dizaine d'enfants, 33 corps ont été retrouvés.

    Selon M. Muscat, les navires de la marine militaire maltaise ont récupéré près de 150 immigrés dont 113 hommes, 20 femmes et 17 enfants. Quatre d'entre eux - un adulte et trois enfants dont deux "très jeunes"- étaient décédés.

    Un médecin examine les rescapés et ceux qui nécessitent un traitement urgent sont transportés par hélicoptère vers Malte tandis que le navire maltais se dirige vers La Valette où il est attendu dans la matinée de samedi.

    L'hôpital de La Valette a été placé en état "d'alerte maximum", a ajouté le Premier ministre.

    Une cinquantaine de rescapés ont été secourus par les bateaux de la Marine militaire italienne.

    L'accident s'est produit dans une zone au centre d'un triangle entre Malte, la Libye et Lampedusa, à 60 milles au sud de la petite île sicilienne, selon une carte publiée sur son site par la marine maltaise.

    Selon cette dernière, le bateau a été déstabilisé et s'est renversé lorsque les immigrants se sont agités pour attirer l'attention d'un avion militaire qui le survolait, se déplaçant tous ensemble sur un côté.

    La marine maltaise a vite dépêché des navires de secours et des hélicoptères, et a dérouté sur les lieux de l'accident plusieurs navires commerciaux, tandis que les autorités italiennes envoyaient deux navires militaires, le Libra et le Respiro, ainsi que des hélicoptères qui ont pu lancer des chaloupes de sauvetage gonflables.

    "Un grand nombre de rescapés ont pu trouver refuge sur un radeau de sauvetage déployé par l'armée", a précisé un porte-parole de l'armée maltaise.

    Un chalutier italien a recueilli quinze naufragés.

    Un hélicoptère transportant une dizaine de mineurs rescapés a atterri dans la nuit sur la petite île de Lampedusa, où des centaines d'immigrés clandestins sont hébergés dans des conditions précaires dans un centre d'accueil surpeuplé.

    Réagissant à ce nouveau drame de la mer, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström, a critiqué les pays d'où partent la plupart des bateaux: "La Libye, la Tunisie doivent faire cesser le business indigne des embarcations de fortune", écrit-elle dans un tweet.

    Pour la commissaire, "il est plus urgent que jamais de lancer la grande opération Frontex" qu'elle a annoncée en début de semaine à Luxembourg pour la surveillance des frontières européennes.

    "C'est une nouvelle et dramatique confirmation de la situation d'urgence", a réagi le Président du Conseil italien Enrico Letta, déterminé à ce que ce thème soit à l'ordre du jour du prochain sommet de l'UE.

    "L'Italie et Malte ne peuvent pas être laissées seuls, c'est un problème européen", a renchéri M. Muscat, qui s'est entretenu par téléphone avec son homologue italien.
    "Tout ce que nous recevons de l'Europe, ce sont des mots", s'est-il insurgé.

    Ce drame survient après le naufrage, le 3 octobre, d'un bateau de pêche au large de Lampedusa. Le navire transportait plus de 500 réfugiés, en majorité érythréens, et seuls 155 d'entre eux ont survécu. 339 corps ont été retrouvés à ce jour.

    L'Italie fait face à un nouvel afflux exceptionnel de migrants (30.000 depuis le début de l'année, quatre fois plus qu'en 2012), venus de Syrie ou de la Corne de l'Afrique. Dans la nuit de jeudi à vendredi, pas moins de 500 migrants ont été secourus au cours d'opérations distinctes dans le canal de Sicile.

    Au large de la ville égyptienne d'Alexandrie, au moins 12 migrants clandestins se sont noyés vendredi quand leur bateau a chaviré, tandis que 116 autres ont pu être secourus.

    Selon le site Fortress Europe, 6.825 clandestins sont morts noyés dans les eaux de Lampedusa depuis 1994, dont 2.352 dans la seule année 2011, le plus souvent dans l'indifférence générale.



    Mise à jour : vendredi 11 octobre 2013 23:45 | Par AFP
     
  8. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Les naufragés de Lampedusa
    ressuscités sur la scène

    [​IMG]
    Un bateau en provenance de Libye avec 229 migrants à son bord arrive
    à Lampedusa le 10 avril 2011 | afp


    Une femme se noie, le rafiot qui la transportait avec 500 clandestins vers l'île de Lampedusa a chaviré : l'histoire résonne comme un fait divers tristement banal

    Mais c'est le premier volet de trois pièces créées par l'Italienne Lina Prosa à la Comédie-Française du 31 janvier au 5 février.

    C'est un tout petit bout de femme de 62 ans, rompue à la lutte : Lina Prosa, auteure, dramaturge et metteure en scène sicilienne fabrique un théâtre de l'action. "Le théâtre doit prendre en charge la réalité. Il ne doit pas devenir un rite entre quatre murs", dit-elle d'une voix ferme. "Pour moi, c'est impossible d'accepter cette tragédie humaine, de voir la Méditerranée, la mer d'Ulysse, devenir la mer de la mort et de la pauvreté".

    C'est en 2003 que Lina Prosa écrit "Lampedusa Beach", dix ans avant le naufrage le 3 octobre 2013 d'une embarcation transportant 500 migrants clandestins africains près de l'île sicilienne. La catastrophe fait 366 morts, ce qui en fait la plus grande tragédie en Méditerranée depuis le début du XXIe siècle.
    "Cela fait vingt ans que c'est une question essentielle pour les Italiens, et surtout pour les Siciliens", rappelle-t-elle. "La Sicile, où je suis née et je vis, est aux premières loges devant cette tragédie, et nous, les artistes, nous devons donner la parole poétique à ces clandestins".

    Shauba, jouée par Céline Samie, est la jeune femme africaine du premier volet ("Lampedusa Beach"). Le deuxième texte, "Lampedusa Snow" est directement inspiré d'un fait réel. "Il y a trois ans, j'avais lu dans la Repubblica l'histoire de migrants déportés dans les Alpes en altitude, sous la neige. Ils sont restés là six mois à attendre leur titre de séjour. J'ai trouvé délirant que ça se passe dans la société où je vis, où je respire", lance-t-elle.

    C'est le formidable comédien Bakary Sangaré, à la fois français et malien, qui porte le personnage de Mohamed, l'ingénieur électronicien "déchu", égaré dans la montagne glacée: "il neige en trois points: sur moi, noir d'Afrique, sur les Alpes Orobiques, sur la ruine de la substance", dit-il dans la langue poétique de Lina Prosa.

    L'humour pointe en dépit de la gravité du sujet: Mohamed a sagement appris à nager, mais c'est la montagne qui va le tuer. Le chef de la vallée où il est parqué a une association pour la sauvegarde des marmottes: "un jour, il s'occupe de la marmotte, le jour suivant de l'Africain".

    C'est nous qui faisons naufrage

    Mohamed est un "naufragé par le haut", explique Lina Prosa, alors que Shauba, qui coule à pic dans la mer, "est naufragée par le bas".

    Le troisième opus raconte l'arrivée à Lampedusa de parents à la recherche des deux jeunes gens. Leur voyage est un "naufrage horizontal", sourit la dramaturge. "Leur permis de séjour expire, et ils finissent clandestins".

    Au delà de la tragédie des migrants africains, "Triptyque du naufrage" porte sur "la décadence de la société occidentale", souligne Lina Prosa. "Le migrant, le clandestin nous tendent un miroir. Qu'y voyons nous? C'est nous qui faisons naufrage, parce que nous avons perdu les valeurs de fraternité, d'hospitalité".

    [​IMG]
    Un groupe de 600 immigrants arrivent au port de Lampedusa le 8 avril 2011

    Les migrants ne sont pas pour elle "un malheur", mais une richesse: "le clandestin a un rêve, il cherche quelque chose, alors que nous qui avons tout, nous avons perdu le sens de notre vie".

    Lina Prosa dirige à Palerme un espace de création, le Teatro Studio Attrice / Non, qui travaille avec des professionnels ou amateurs, toujours à partir de la réalité. Le projet "Amazzone" sur le cancer du sein donne lieu à un spectacle théâtral tous les deux ans.

    "Lampedusa Beach" sera donné à Palerme en mars, et la trilogie l'an prochain. En marge des représentations à Paris, un débat-lecture "Les migrants et l'Europe" aura lieu avec Amnesty International le dimanche 2 février au théâtre du Vieux-Colombier.




    afp 24.01.2014 : 16h48
    Les naufragés de Lampedusa ressuscités sur la scène | Portail Menara.ma
     

Partager cette page