Lampes à basse consommation, attention à la nocivité

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par Mysa, 13 Février 2013.

  1. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Les lampes à basse consommation d’énergie pourraient être nocives en raison de leur teneur en mercure...


    Malgré leur coût élevé et leurs grands avantages (durée de vie beaucoup plus longue et consommation d’énergie 4 à 5 fois plus faible pour des performances équivalentes en termes d’éclairage), les lampes à basse consommation d’énergie ou lampes fluocompactes (LFC) peuvent entraîner des effets nocifs. Selon l’Agence de protection environnementale des États-Unis (APE), les LFC contiennent du mercure sous forme gazeuse, avec une moyenne de 5 mg/ampoule (de 1 et 18 mg).
    Elles sont donc considérées comme étant un déchet dangereux. Un bris accidentel pourrait, en effet, provoquer l’échappement du mercure, lequel est très toxique. L’intoxication humaine se manifeste par des troubles respiratoires pouvant être graves, allant d’une simple irritation à la détresse respiratoire et aux troubles rénaux et neurologiques.

    Dangers pour la santé
    La Direction générale de la santé de la Commission européenne rapporte que les LFC produisent beaucoup plus de rayons ultra-violets qui sont responsables de plusieurs problèmes dermatologiques et ophtalmologiques : kératites, cataractes, dégénérescence maculaire, vieillissement prématuré, voire cancer de la peau.
    De son côté, le Centre de recherche et d’informations indépendantes sur le rayonnement électromagnétique affirme que les LFC émettent des champs électromagnétiques pouvant être responsables de maux de tête, de dépression, de fatigue chronique, de douleurs articulaires, de psychoses, de palpitations cardiaques, d’épilepsie, d’asthme, de cataracte, de problèmes thyroïdiens, d’acouphènes, voire de paralysie.
    Recommandations
    En attendant une réglementation, et par mesure de précaution, le CAPM émet une série de recommandations à destination du grand public. Ainsi, il faut :
    • Privilégier les lampes affichant les quantités de mercure les plus faibles.
    • En cas de lampe brisée, quitter la pièce et ventiler longuement. Ensuite, ramasser les débris à l’aide de gants et de papier absorbant et les placer dans des sacs en plastique en veillant à ne pas les percer. Ne pas utiliser l’aspirateur qui contribue à mettre en suspension dans l’air les particules de mercure.
    • Se tenir à une distance minimale de 30 cm d’une LFC en cas d’exposition prolongée.

    http://www.lematin.ma/journal/Les-bons-reflexes-de-survie_Lampes-a-basse-consommation-attention-a-la-nociviteA/177868.html
     

Partager cette page