L'anniversaire de SM le Roi: forte implication pour la promotion de la jeunesse

Discussion dans 'Info du bled' créé par BOLK, 19 Août 2006.

  1. BOLK

    BOLK Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    309
    Points:
    83
    Le peuple marocain célèbre, lundi 21 août, le 43ème anniversaire de SM le Roi Mohammed VI, un heureux événement qui vient mettre en exergue encore une fois la parfaite symbiose entre le Souverain et son peuple fidèle pour relever les défis du développement et consacrer la forte implication de SM le Roi pour la promotion et l'émancipation de la jeunesse, véritable vivier des énergies et des potentialités pour l'édification d'un Maroc moderne...

    [​IMG]

    Le peuple marocain célèbre, lundi 21 août, le 43ème anniversaire de SM le Roi Mohammed VI, un heureux événement qui vient mettre en exergue encore une fois la parfaite symbiose entre le Souverain et son peuple fidèle pour relever les défis du développement et consacrer la forte implication de SM le Roi pour la promotion et l'émancipation de la jeunesse, véritable vivier des énergies et des potentialités pour l'édification d'un Maroc moderne et prospère.

    Ce glorieux anniversaire vient aussi réaffirmer l'entière et constante adhésion de la jeunesse marocaine dans la dynamique du développement, une jeunesse porteuse de beaucoup d'espérances, déterminée, résolue et engagée dans l' uvre d'édification d'un Maroc ambitieux, qui veut se mettre au diapason du 21-ème siècle, sous la conduite éclairée de son Souverain.

    Toujours au fait des préoccupations et des attentes de la jeunesse de son pays, SM le Roi Mohammed VI n'a eu de cesse de souligner la nécessité d'impliquer les jeunes dans cette uvre à travers plusieurs formules économiques, notamment l'incitation à la création de PME, avec pour objectif de mettre à profit le potentiel de la jeunesse au service du développement. Le cadre en avait été tracé et arrêté à travers la création du Conseil économique et social pour répondre aux aspirations de ces jeunes et leur ouvrir de nouvelles perspectives.

    Animé d'une ferme volonté d'impliquer les jeunes dans les affaires publiques, SM le Roi avait ainsi décidé d'abaisser l'âge de vote à 18 ans au lieu de 20 ans, décision qui s'inscrit dans le droit fil de l'aspiration royale de voir la jeunesse marocaine, en tant que force de rénovation et de suggestion, s'investir massivement dans l'action politique et la gestion de la chose publique, ainsi que dans la réalisation du projet d'édification d'une société marocaine démocratique et moderne.

    Un grand intérêt a été également accordé aux affaires culturelles et à la promotion de la culture, en tant qu'espace pour la consécration des valeurs de dialogue, de tolérance et de solidarité et la lutte contre les différentes formes d'extrémisme et de fanatisme intellectuel ou religieux.


    Ainsi, plusieurs projets ont vu le jour, notamment, la création de nouveaux clubs de jeunes, l'implantation de maisons de jeunes dans les quartiers défavorisés et l'organisation de manifestations culturelles, de festivals et de congrès régionaux et internationaux.

    S'agissant de l'éducation et de la formation des jeunes, SM le Roi a souligné à maintes reprises l'importance de cette question pour vaincre le chômage et promouvoir l'emploi.

    Dans cette optique, le Souverain a veillé à la mise en place du Conseil supérieur de l'Enseignement pour être ""un espace de concertation et de dialogue, et une illustration concrète de la démarche à adopter pour aborder la question de l'éducation et de la formation qui interpelle tous les Marocains, sans exception"", soulignant qu'""il est grand temps, en effet, de trancher en donnant à ce dossier la forte impulsion dont il a besoin à ce stade, et comme l'exige le devoir qui nous incombe de mettre à niveau notre capital humain et de préparer un avenir meilleur pour nos enfants"".

    Dans ce cadre, SM le Roi a insisté dans son discours du Trône du 30 juillet dernier, sur ""le caractère stratégique et urgent de la question de l'éducation et de la formation"", engageant ""tous les acteurs sectoriels, les forces vives de la nation et l'ensemble des citoyens qui ont à c ur l'avenir de l'école marocaine, pour qu'ils se mobilisent davantage afin de faire aboutir le processus de réforme du système éducatif et d'aplanir les difficultés qui l'entravent"".

    SM le Roi Mohammed VI a en outre veillé à ce qu'un nouvel élan soit donné au secteur sportif à travers notamment le renforcement des infrastructures sportives et la haute sollicitude dont le Souverain entoure les sportifs nationaux, en témoignent les messages de félicitations adressés aux champions marocains qui se sont distingués dans les différentes compétitions mondiales et les audiences que Sa Majesté a accordées aux sportifs marocains qui ont hissé haut le drapeau national lors de manifestations sportives régionales, continentales et internationales.

    Cette haute sollicitude procède de la conviction de SM le Roi de l'importance que revêt le sport en tant que secteur productif et vecteur du développement économique durable des sociétés.

    Dans ce sens, SM le Roi a toujours considéré que le ""sport est un élément fondamental pour le développement"" et a ""toujours porté un intérêt particulier aux actions menées à ce niveau autant par l'Etat que par les autres acteurs et notamment les ONG, tant au niveau national que régional et international"".

    L'intégration des jeunes, une préoccupation constante


    La Fondation Mohammed V pour la Solidarité en est la plus illustre démonstration, dont l'intégration des jeunes est une préoccupation constante puisqu'une diversité de centres équipés qu'elle édifie, bénéficie, depuis sa création, à certaines associations actives de la société civile et à des acteurs locaux dans le domaine de la promotion et de l'insertion des jeunes, par la formation professionnelle, par l'action de proximité dont le sport, les loisirs et la culture constituent des segments dorsaux.

    Dans un message adressé aux participants à la réunion du Haut Segment du Conseil Economique et Social (ECOSOC), tenue à Genève en juillet dernier sur le thème : ""sports comme moyens de soutien au développement économique local et de création d'emploi"", SM le Roi a notamment souligné que le sport constitue ""un facteur d'insertion des jeunes, car il permet la prévention des déviances, l'occupation enrichissante des loisirs comme il participe activement à l'amélioration des cursus éducatifs des enfants et des jeunes"".

    ""Le sport a certainement un impact direct sur l'emploi, par les perspectives de développement des infrastructures qui lui sont dédiées, des ressources humaines d'encadrement, par la création d'unités de production en liaison avec le sport, qui développent des ressources et des savoir-faire incontestables, et par l'effet d'entraînement permettant la contribution au développement économique des nations"", a affirmé le Souverain.

    Convaincu que le sport est un élément fondamental pour le développement, le Maroc a organisé de nombreuses manifestations, entre autres le Congrès africain des jeunes leaders ou la réunion des programmes ""Special Olympics"" pour la région MENA qui oeuvre pour la promotion des sports pour personnes handicapées.

    Pour une intégration effective de la jeunesse dans le processus de développement

    La célébration de la fête de la jeunesse intervient également plus d'un an après le lancement par le Souverain de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), qui, avait affirmé le Souverain, ""fédère et cimente en réalité les actions sectorielles programmées, comme le sport et la jeunesse, car il s'agit d'une politique publique d'encadrement social d'envergure, constituant ainsi la matrice d'une relance du développement durable au centre de laquelle se place la primauté de la ressource humaine"".

    En témoigne le nombre important de projets prometteurs qui ont vu le jour et l'adhésion enthousiaste des citoyens, des élus et des acteurs de la société civile aux programmes de cette initiative qui sont de nature à résorber les écarts sociaux et les disparités spatiales.

    La jeunesse étant la frange la plus concernée par le phénomène de l'immigration, SM le Roi avait affirmé, dans un message adressé au 23ème sommet des chefs d'état d'Afrique et de France, tenu à Bamako (Mali) en décembre 2003, que le traitement de cette problématique ""nécessite un cadre global et multidimensionnel qui ne se réduit pas seulement à l'aspect sécuritaire, mais intègre également et surtout nos préoccupations communes en termes de développement économique et de progrès social"".

    Les pays africains pourraient ainsi assurer une meilleure insertion de la jeunesse dans la dynamique de leur développement, favoriser sa plus large contribution à la création de richesses nationales et, enfin, encourager sa pleine participation dans les processus politique et décisionnel, a indiqué SM Le Roi, ajoutant que la jeunesse, loin de représenter un fardeau, constituera dès lors un formidable atout au service de la promotion de l'Afrique.

    Et SM le Roi de souligner : ""L'épanouissement de notre jeunesse requiert en effet une mobilisation et une rationalisation des énergies pour une amélioration concrète de ses conditions socio-économiques. C'est la responsabilité première des Etats qui doivent s'employer à mettre en place les structures de santé, d'éducation et de formation à même de réduire le sentiment de vulnérabilité, le chômage et les risques sanitaires auxquels est exposée la jeunesse africaine "".

    SM le Roi a fait remarquer que ""si le rôle et la détermination de l'Etat sont primordiaux, l'action de tous les autres acteurs de la vie politique, économique et sociale est nécessaire pour une intégration effective de la jeunesse dans le processus de développement"".

    Menara.ma
     

Partager cette page