L'Atletico sans aucun doute

Discussion dans 'Uefa competitions' créé par simo160, 9 Mai 2012.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Déjà vainqueur en 2010, l'Atletico Madrid a remporté la Ligue Europa en dominant l'Athletic Bilbao en finale (3-0), mercredi à Bucarest. Auteur d'un doublé en première période, Falcao était tout simplement intenable.

    L'Atletico Madrid a repris sa coupe. Deux ans après leur sacre face à Fulham (2-1), les Colchoneros ont de nouveau remporté la Ligue Europa en s'imposant devant l'Athletic Bilbao (3-0) à Bucarest. Et ils le doivent en grande partie à Radamel Falcao, auteur d'un doublé qui a eu raison d'une équipe basque bien décevante par rapport à ses dernières prestations sur la scène européenne. Diego s'est chargé d'inscrire le troisième but de l'Atletico, également lauréat de la Coupe des vainqueurs de Coupes en 1962, qui a ainsi remporté la troisième Coupe d'Europe de son histoire.


    A Bucarest, comme à Dublin, Radamel Falcao a été l'idole de tout un peuple. Le buteur de l'Atletico a notamment su débloquer la situation sur sa première occasion. Et avec la manière. Sur le côté droit de la surface, le Colombien a éliminé Fernando Amorebierta d'un crochet avant d'expédier une frappe du gauche dans la lucarne de Gorka Iraizoz (1-0, 7e). Il a ensuite profité d'un bon travail d'Arda pour s'offrir un doublé plein de sang froid au coeur de la surface (2-0, 34e). Deux buts supplémentaires en Ligue Europa qui portent son total à 29 réalisations en 29 matches, lors des deux dernières saisons. Mais il n'y a pas que les chiffres. En marquant les deux buts du sacre de l'Atletico, après avoir inscrit celui de la victoire de Porto l'an passé, le Tigre, qui termine au passage meilleur buteur de l'épreuve (12 buts), a surtout confirmé son impact dans les grands matches. Il aurait même pu inscrire un triplé si une de ses frappes n'avait pas trouvé le poteau (79e). C'est finalement Diego qui a eu le dernier mot, d'une frappe croisée au terme d'une percée dans la défense (3-0, 85e).

    Il n'y avait peut-être pas grand chose à faire face aux Madrilènes, bien aidés aussi par une formation de l'Athletic méconnaissable. Le club basque a mis 20 bonnes minutes à entrer dans le match. Et sa défense a affiché trop de fébrilité pour résister aux assauts de l'Atletico à l'image d'Amorebieta, dont la responsabilité est engagée sur les trois buts des Colchoneros. L'enjeu a peut-être paralysé une équipe qui devra encore patienter avant de connaître son premier sacre européen. Cela pourrait expliquer le faible rendement offensif d'une attaque qui a pourtant affiché ses vertus tout au long de cette Ligue Europa. Une stérilité symbolisée par Fernando Llorente. L'avant-centre international espagnol n'a jamais vraiment pesé sur la défense madrilène. Et les éclairs de génie d'Iker Muniain ont été beaucoup trop rares pour déséquilibrer la formation de Diego Simeone, qui aura donc réussi la performance de remporter une Coupe d'Europe après moins de six mois passés sur le banc de l'Atletico.

    Eurosport
     

Partager cette page