L'aurore s'allume...

Discussion dans 'toutes les poésies...' créé par titegazelle, 20 Août 2012.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    Inscrit:
    31 Mars 2008
    Messages:
    17799
    J'aime reçus:
    4186
    Sexe:
    Femme
    Localité:
    Sous mon palmier :)

    L'aurore
    s'allume


    [​IMG]
    Aurore à Merzouga : Sahra Maghribya


    L'aurore s'allume ;
    L'ombre épaisse fuit ;
    Le rêve et la brume
    Vont où va la nuit ;
    Paupières et roses
    S'ouvrent demi-closes ;
    Du réveil des choses
    On entend le bruit.

    Tout chante et murmure,
    Tout parle à la fois,
    Fumée et verdure,
    Les nids et les toits ;
    Le vent parle aux chênes,
    L'eau parle aux fontaines ;
    Toutes les haleines
    Deviennent des voix !

    Tout reprend son âme,
    L'enfant son hochet,
    Le foyer sa flamme,
    Le luth son archet ;
    Folie ou démence,
    Dans le monde immense,
    Chacun. recommence
    Ce qu'il ébauchait.

    Qu'on pense ou qu'on aime,
    Sans cesse agité,
    Vers un but suprême,
    Tout vole emporté ;
    L'esquif cherche un môle,
    L'abeille un vieux saule,
    La boussole un pôle,
    Moi la vérité !

    Vérité profonde !
    Granit éprouvé
    Qu'au fond de toute onde
    Mon ancre a trouvé !
    De ce monde sombre,
    Où passent dans l'ombre
    Des songes sans nombre,
    Plafond et pavé !

    Vérité, beau fleuve
    Que rien ne tarit !
    Source où tout s'abreuve,
    Tige où tout fleurit !
    Lampe que Dieu pose
    Près de toute cause !
    Clarté que la chose
    Envoie à l'esprit !

    Arbre à rude écorce,
    Chêne au vaste front,
    Que selon sa force
    L'homme ploie ou rompt,
    D'où l'ombre s'épanche ;
    Où chacun se penche,
    L'un sur une branche,
    L'autre sur le tronc !

    Ô Terre ! ô merveilles
    Dont l'éclat joyeux
    Emplit nos oreilles,
    Eblouit nos yeux !
    Bords où meurt la vague,
    Bois qu'un souffle élague,
    De l'horizon vague
    Plis mystérieux !

    Azur dont se voile
    L'eau du gouffre amer,
    Quand, laissant ma voile
    Fuir au gré de l'air,
    Penché sur la lame,
    J'écoute avec l'âme
    Cet épithalame
    Que chante la mer !

    Azur non moins tendre
    Du ciel qui sourit
    Quand, tâchant d'entendre
    Je cherche, ô nature,
    Ce que dit l'esprit,
    La parole obscure
    Que le vent murmure,
    Que l'étoile écrit !

    Création pure !
    Etre universel !
    Océan, ceinture
    De tout sous le ciel !
    Astres que fait naître
    Le souffle du maître,
    Fleurs où Dieu peut-être
    Cueille quelque miel !

    Ô champs ! ô feuillages !
    Monde fraternel !
    Clocher des villages
    Humble et solennel !
    Mont qui portes l'aire !
    Aube fraîche et claire,
    Sourire éphémère
    De l'astre éternel !

    N'êtes-vous qu'un livre,
    Sans fin ni milieu,
    Où chacun pour vivre
    Cherche à lire un peu !
    Phrase si profonde
    Qu'en vain on la sonde !
    L'oeil y voit un monde,
    L'âme y trouve un Dieu !

    Beau livre qu'achèvent
    Les coeurs ingénus ;
    Où les penseurs rêvent
    Des sens inconnus ;
    Où ceux que Dieu charge
    D'un front vaste et large
    Ecrivent en marge :
    Nous sommes venus !

    Saint livre où la voile
    Qui flotte en tous lieux,
    Saint livre où l'étoile
    Qui rayonne aux yeux,
    Ne trace, ô mystère !
    Qu'un nom solitaire,
    Qu'un nom sur la terre,
    Qu'un nom dans les cieux !

    ....


    Victor HUGO (1802-1885)
    Recueil : Les chants du crépuscule




     

Partager cette page

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées ainsi que pour nos statistiques de fréquentation.