Leçons de vie...

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par titegazelle, 30 Octobre 2008.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    L'âne et le cheval

    Un homme avait un cheval et un âne.

    Un jour qu'ils cheminaient sous un soleil de plomb, l'âne dit au cheval :
    - Je t'en prie, mon ami, si tu ne veux pas que je meure, soulage-moi un peu de mon fardeau !
    L'âne était en effet plus chargé qu'une mule, tandis que le cheval n'avait que son harnais.

    Le cheval fit la sourde oreille.

    Suppliant, l'âne insista :
    - Pour toi, si grand et si fort, ce ne sera qu'un jeu !

    Mais le cheval n'accorda que mépris à sa demande.

    Et l'âne, épuisé de fatigue, tomba et rendit l'âme.

    Alors le maître chargea le tout sur le cheval, en y ajoutant la lourde peau de l'âne.
    - Pauvre de moi ! gémit le cheval. Pour avoir refusé une mince charge, me voilà réduit à tout porter, y compris la peau de mon compagnon !

    D'après la fable du grec Esope



    MORALITE/

    Tends la main à autrui, demain tu ne trouveras personne pour t'aider
    Ne remets jamais à demain ce que tu peux faire aujourd'hui


    --------------------------------------------------------------------

    Le nez du chameau !

    Une nuit froide, alors qu'un arabe était assis dans sa tente, un chameau introduisit gentillement son nez sous le battant et regarda en disant: "Maitre, laissez-moi seulement mettre mon nez dans la tente. Il fait froid et tempête dehors."

    "Certainement et bienvenue" dit le maitre en se retournant et s'endormant de nouveau,

    Un peu plus tard, l'arabe se réveilla pour constater que le chameau avait non seulement mis son nez dans la tente mais aussi sa tête et son cou. Le chameau, retournant sa tête, dit : Je vais prendre juste un peu plus d'espace si je place mes pattes de devant dans la tente. C'est difficile de rester dehors."

    "Oui, tu peux entrer tes pattes de devant," dit le maitre, se déplaçant un peu pour laisser de la place, car la tente était petite.

    Finallement, le chameau dit, "Puis-je entrer complètement à l'intérieur ? Je garde la tente ouverte en me tenant comme je le fais."

    Oui, oui, dit l'arabe. Entre complètement à l'intérieur. Ce sera peut-être mieux pour nous deux."

    Alors le chameau s'entassa à l'intérieur. L'arabe réussit difficilement à se rendormir dans ce cantonnement encombré. Lorsqu'il se réveilla de nouveau, il était dehors au froid et le chameau avait la tente pour lui tout seul.

    Auteur inconnu



    MORALITE/

    Ne laissez personne mettre son nez dans vos affaires privées.



    ----------------------------------------------------


    Les deux frères !

    Voici l'histoire de deux frères qui s'aimaient beaucoup et vivaient en parfaite harmonie dans leur ferme… jusqu'au jour où… Un conflit éclata entre eux. Les deux frères vivaient du travail de leurs champs. Ils cultivaient ensemble et récoltaient ensemble. Ils avaient tout en commun.

    Tout commença par un malheureux malentendu entre eux…. Mais peu à peu, le fossé se creusa jusqu'au jour où il y eut une vive discussion entre eux …. Puis un silence douloureux qui dura plusieurs semaines.

    Un jour, quelqu'un frappa à la porte de Louis, le frère aîné. C'était un homme à tout faire qui cherchait du travail…. Quelques réparations à faire …?

    -"Oui, lui répondit-il, j'ai du travail pour toi. Tu vois, de l'autre côté du ruisseau vit mon jeune frère. Il y a quelques semaines, il m'a offensé gravement et nos rapports se sont brisés. Je vais lui montrer que je peux aussi me venger. Tu vois ces pierres à côté de ma maison? Je voudrais que tu en construises un mur de deux mètres de haut, car je ne veux plus le voir".

    L'homme répondit: "je crois que je comprends la situation".

    L'homme aida son visiteur à réunir tout le matériel de travail puis il partit en voyage le laissant seul pendant toute une semaine.

    Quelques jours plus tard, lorsqu'il revint de la ville, l'homme à tout faire avait déjà terminé son travail. Mais quelle surprise! Louis fut totalement bouleversé.

    Au lieu d'un mur de deux mètres de haut, il y avait plutôt un pont.

    Précisément à ce moment, le jeune frère sortit de sa maison et courut vers Louis en s'exclamant: -"Tu es vraiment formidable! Construire un pont après ce que je t'ai fait! Je suis fier de toi!

    Pendant que les deux frères fêtaient leur réconciliation, l'homme à tout faire ramassa ses outils pour partir.

    -"Non, attends! Lui dirent-ils. Il y a ici du travail pour toi". Mais il répondit: "Je voudrais bien rester, mais j'ai encore d'autres ponts à construire!

    Auteur inconnu



    MORALITE/

    """Les hommes construisent trop de murs mais pas assez de ponts.""" (Isaac Newton)



    -----------------------------------------------


    Alexandre le Grand et Diogène,

    A son arrivée à Athènes, Alexandre demande à voir le philosophe le plus célèbre de l'école cynique, Diogène, qui cherche la sagesse en vivant dans la pauvreté ( 413-323 avant J.-C. ).

    Alexandre s'approche du vieil homme qui habite un tonneau dans la rue, et le salue:


    "Je suis Alexandre le Grand!"

    L'homme le regarde et dit:

    "Et moi je suis Diogène le chien!"

    Alexandre le voyant si pauvre lui demande ce qu'il veut. Avec ironie Diogène répond:

    "ôte-toi de mon soleil!"

    Alexandre apprécie l'esprit du philosophe et s'en va en disant :

    "Si je n'étais pas Alexandre, je voudrais être Diogène".

    MORALITE/

    Cette anecdote nous enseigne une vérité fondamentale, celle du bien commun, un bien au-dessus du pouvoir et de la richesse. En effet, certains biens appartiennent à tout le monde ( le soleil, l'eau, l'air ) ou aux citoyens d'une ville ( les espaces publiques, les parcs, la rue et le trottoir ).


    -----------------------------------------------

    La corde invisible !

    Un paysan avec 3 de ses ânes se rendait au marché pour vendre sa récolte. La ville était loin et il lui faudrait plusieurs jours pour l'atteindre.

    Le premier soir, il s'arrête pour bivouaquer non loin de la maison d'un vieil ermite. Au moment d'attacher son dernier âne, il s'aperçoit qu'il lui manque une corde. Si je n'attache pas mon âne se dit-il, demain, il se sera sauvé dans la montagne! Il monte sur son âne après avoir solidement attaché les 2 autres et prend la direction de la maison du vieil ermite.

    Arrivé, il demande au vieil homme s'il n'aurait pas une corde à lui donner. Le vieillard avait depuis longtemps fait voeux de pauvreté et n'avait pas la moindre corde, cependant, il s'adressa au paysan et lui dit:

    "Retourne à ton campement et comme chaque jour fait le geste de passer une corde autour du cou de ton âne et n'oublie pas de feindre de l'attacher à un arbre."

    Perdu pour perdu, le paysan fit exactement ce que lui avait conseillé le vieil homme. Le lendemain dès qu'il fût réveillé, le premier regard du paysan fût pour son âne. Il était toujours là! Après avoir chargé les 3 baudets, il décide de se mettre en route, mais là, il eut beau faire, tirer sur son âne, le pousser, rien n'y fit. L'âne refusait de bouger. Désespéré, il retourne voir l'ermite et lui raconte sa mésaventure.

    "As-tu pensé à enlever la corde?" lui demanda-t-il.
    "Mais il n'y a pas de corde!" répondit le paysan.
    "Pour toi oui mais pour l'âne..."

    Le paysan retourne au campement et d'un ample mouvement, il mime le geste de retirer la corde. L'âne le suit sans aucune résistance.

    Auteur inconnu



    MORALITE/

    Ne nous moquons pas de cet âne.

    Ne sommes-nous pas, nous aussi, esclaves de nos persuasions (imaginer qu'on "se doit" de faire ceci, ou qu'on " doit être" comme cela, ou la crainte le regard des autres, etc) et pire encore : esclave de nos habitudes mentales (peurs, jalousies, orgueil, envie, etc) ?

    Tout ceci n'est pourtant qu'imagination de notre part... car rien ni personne ne nous oblige à quoi que ce soit en réalité, c'est nous qui nous obligeons à certains actes... Dans tous nos actes, nous avons toujours le choix, il ne s'agit que de le vouloir vraiment...

    Demandez-vous donc quelle(s) corde(s) invisible(s) vous empêche(nt) de vous exprimer, de vivre, de vous épanouir et de progresser...!!!
     

Partager cette page