Le baccalauréat international au Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par Mysa, 28 Février 2014.

  1. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Notre pays a reçu récemment dans le cadre d’une visite de travail le ministre de l’Education nationale français, Vincent Peillon. Une visite sous le signe du renforcement des liens de coopération et de partenariat stratégique qui lient nos deux pays respectifs. Le moment fort de cette visite officielle demeure la signature d’une convention entre le ministre marocain de l’Education nationale et la formation professionnelle, Rachid Benmokhtar, et son homologue français pour mettre en place le baccalauréat international option française dans une multitude de lycées qualifiants publics .
    La visite de la ville de Tanger n’est pas fortuite, car la métropole du détroit abrite en son sein une expérience pilote. Pour la première fois, dans l’histoire éducative du pays, le lycée Ibnou Batouta à Tanger, dispose de trois classes du cycle bac international, deux filières scientifiques et une filière littéraire. Le nombre d’élèves totalisent 72 . Cette expérience pilote sera étendue l’année scolaire prochaine dans une panoplie de structures qualifiantes à l’échelle nationale selon les propos de notre ministre de l’Education, car elle vise à octroyer une formation de qualité à des élèves soucieux de renouer avec la réussite scolaire et l’esprit d’excellence et de performance. La France vient à la rescousse de notre système éducatif agonisant. Cette main forte apportée par l’hexagone nous intrigue à plus d’un titre. D’où la question simple et claire : pourquoi notre pays adopte le système éducatif français qui lui-même a montré ses limites selon les enquêtes et les tests internationaux comme le PIRLS, le TIMMS et le PISA… ? Pourquoi recourir à une langue que mêmes les interlocuteurs français ont négligé, en portant leur choix sur l’anglais ? Nous sommes résolument conscients que le Maroc est tenu de s’ouvrir sur ses partenaires privilégiés et puiser de leurs expériences réussies en vue de mettre un terme à l’échec cuisant qui colle à son système pédagogique en dépit des réformes initiées depuis belle lurette, vainement. Mais le pays de la révolution française déplore vivement son école républicaine inégalitaire, inefficace et non performante. Une faillite qui a poussé la gauche à mettre en place la refondation de son système éducatif pour répondre aux aspirations des élèves et des étudiants et par ricochet répondre aux attentes d’un pays qui veut améliorer l’image de son enseignement qui connait un trend baissier et une détérioration accrue. Il n’en demeure pas moins vrai que la langue préconisée par les français n’est pas l’idiome de Molière, mais c’est la langue anglaise, car c’est la langue de la recherche scientifique et du monde de l’entreprise. Une situation burlesque qui a amené le linguiste Claude Hagège a déclaré la guerre à l’américanisation du monde et à son instrumentalisation , sans toutefois épargner le citoyen français qui recourt à l’anglicisme pour pallier sa fragilité linguistique( le français utilise le challenge à la place de défi, le coach à la place de l’entraîneur, la newsletter à la place de lettre d’information…) C’est bien donc de s’inspirer des expériences rayonnantes, comme la Finlande, le Canada, la Chine …qui ont occupé des positions importantes dans les examens internationaux, et qui ont adopté l’anglais comme première langue d’enseignement. Je pense que le Maroc est appelé aujourd’hui à se pencher sérieusement sur la problématique de l’apprentissage et de l’enseignement, loin des leçons importées des autres pays aussi éloquentes soient-elles, car notre patrie regorge d’experts hors pair et de femmes et d’hommes hautement qualifiés à même de trouver la recette pertinente à un système stérile et inadapté. A mon sens, l’épineuse problématique de la langue d’enseignement et celle relative à l’enseignement des langues étrangères doit impérativement être au centre d’un débat national . Barkaoui Khalid
    Source : http://www.oujdacity.net/national-article-88981-fr/

     
  2. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Wlad et bnat bladi bghit n3raf ra2y dialkom f 8ad lmawdou3? wach lmaghreb ma7taj un bac international kif masamaw8 awla 8adchi kamal rir zwa9 ?
     
  3. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    hadeshi ghiir zwa99 wa mabghinash zmar dial les fransaucisses wa ya3tiwna tissa3 mradna bihoum...
    wa jibou lina système dial bangladesh w matjibnoush lina dial fransaucisses
     
    Mysa aime ça.
  4. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    walayni a si @RedEye daba un bac international ghaddi y7lall plus de portes o y3tik plus de choix pour les lycéens.

    surtt pr les gens li baghin ykamlo 3La barra ghaddi ywaliw b7al8om b7al chi wa7ad 9ari f lyoutey awla descarte ! awla la? !
     
  5. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113

    we3lash mangaddoush nidam dialna wyekbar f la valeur dialo ywelliw houma yjiw ytalbo ye9raw 3andna ??
     
    Mysa aime ça.
  6. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    nidam dialna m3tamad 3la copiage collage f jami3 lmayadine ! makaynch ibda3 (ni créativité ni initiative) !

    logha al3arabia 7na mam3tazinch bi8a donc kifach baghin nsta3mlou8a o nkarmou8a ?

    iwa yakan cycle supérieur en français 3Lach lycée o l collège o l primaire kan9raw8 b l3arbia? makaynach harmonisation ni continuité !
     

Partager cette page