Le boxeur, même amateur, abîme ses neurones

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par raja_casa, 12 Octobre 2006.

  1. raja_casa

    raja_casa دمعة و ابتسامة

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    0
    On connaît le risque d’encéphalopathie chronique auquel sont exposés les boxeurs professionnels et qui résulte de l’addition des lésions neuronales provoquées par les nombreux traumatismes crâniens infligés lors des combats et entraînements. La pratique de ce sport en amateur, qui suppose un moins grand nombre de « coups sur la tête » est-elle pour autant tout à fait dénuée de risques ? Il ne le semble pas si l’on en croit les résultats d’une petite étude transversale, de type cas-témoins, dans laquelle ont été inclus 14 boxeurs amateurs (dont 11 hommes) et 10 volontaires sains.

    Une ponction lombaire a été réalisée systématiquement à deux reprises chez les boxeurs, respectivement 7-10 jours et 3 mois après un combat. Ce geste n’a été pratiqué qu’une fois chez les témoins.

    Les taux de deux marqueurs témoignant de lésions axonales ou neuronales se sont élevés significativement dans les jours qui suivaient le combat, en l’occurrence la protéine NLP (neurofilament light protein) (p=0,008) et la protéine tau (p=0,006). En outre, les taux d’un marqueur des lésions de la substance gliale, en l’occurrence la GFAP (glial fibrillary acidic protein), ont connu la même évolution dans le temps (p=0,003).

    Les variations temporaires des marqueurs précédents se sont avéré plus marquées chez les boxeurs qui avaient reçu plus de 15 coups ou encore des impacts plus prononcés au niveau de la tête, comparativement aux boxeurs qui avaient été moins frappés.


    La boxe, même pratiquée dans le cadre d’une activité sportive amateur, serait néfaste pour les neurones, comme le suggèrent les résultats de cette petite étude cas-témoins. Certes, un suivi longitudinal à long terme s’impose pour préciser la signification clinique de ces anomalies neurochimiques discrètes, observées quelques jours après un match de boxe. Sont elles sans lendemain ou annoncent-elles des dégâts cérébraux plus sévères ? La question est posée.


    Dr Giovanni Alzato

    Zetterberg H et coll. : “Neurochemical aftermath of amateur boxing.” Arch Neurol., 2006 ; 63 : 1277-1280. Publié le 11/10/2006.
     
  2. kochlok03

    kochlok03 Visiteur

    J'aime reçus:
    114
    Points:
    0
    Re : Le boxeur, même amateur, abîme ses neurones

    rien n'est sur imperativement un coups sur la tête ce sport et ts sport ayant des fait nosive sur le corp humain devrat etre evité pr le bien fait future ...

    merci raja pr l'article un rappel a ne po evité mais a medité
     
  3. raja_casa

    raja_casa دمعة و ابتسامة

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    0
    Re : Le boxeur, même amateur, abîme ses neurones

    merci pour le passage kochlok
     

Partager cette page