Le chômage remonte au premier trimestre

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 4 Mai 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]



    · Il est passé à 10% contre 9,6% au premier trimestre 2009

    · 68.000 emplois créés et perte de 26.000 dans les services


    Le chômage repart à la hausse. La population active en chômage a augmenté de 4,5% au niveau national passant à 1,13 million de personnes au premier trimestre 2010 contre 1,09 million comparativement au premier trimestre 2009. Ce qui s’est soldé par 49.000 chômeurs de plus, soit 51.000 en plus dans les villes contre 2.000 en moins dans les campagnes.

    La population active âgée de 15 ans est également en hausse (+1%). Elle s’est établit à 11,4 millions de personnes. Quant au taux d’activité, il a baissé de 0,4 point, passant à 49,9% contre 50,3% en 2009.


    Pour ce premier trimestre 2010, le taux de chômage est remonté à 10% contre 9,6% en 2009, selon les dernières statistiques du haut commissariat au Plan. Ce phénomène qui reste surtout urbain atteint 14,7% dans les villes gagnant ainsi 0,6 point par rapport à la même période que l’année dernière.

    Les hausses les plus importantes ont concerné les tranches âgées de 35 à 44 ans (+1,5 point) et les non diplômés (1,1 point). A côté de ces catégories, le chômage des diplômés reste important puisqu’il dépasse de 8 points le taux enregistré au niveau national.

    Dans les campagnes, le taux de chômage s’est établi à 4,7 contre 4,1% en 2009. Là aussi les hausses les plus significatives ont concerné la classe des 35 à 44 ans (+1,1 point) et les femmes (+0,9 point). La situation s’est néanmoins améliorée chez les ruraux âgés de 15 à 24 ans (-1,3 point) et les diplômés (-0,9 point).

    Côté création d’emploi, 68.000 nouveaux postes ont été enregistrés entre les premiers trimestres 2009 et 2010. Sur ce total, 28.000 sont des emplois non rémunérés contre 41.000 postes rémunérés. Ces derniers résultent de la création de 76.000 postes dans les villes et de la perte de 35.000 dans les campagnes.

    Les nouveaux postes sont dans la majorité des cas localisés dans les secteurs de l’agriculture, forêt et pêche, BTP et industrie. Dans le détail, l’«agriculture, forêt et pêche » a enregistré 43.000 nouveaux postes, les BTP 31.000 alors que l’industrie compte 11.000 employés de plus.

    En revanche, les services ont connu une perte de 26.000 postes, soit une baisse de 0,7% de l’emploi dans ce secteur. Une évolution attribuée au recul de l’emploi dans les branches «services personnels et domestiques» à raison de 24.500 postes et «services sociaux fournis à la collectivité» avec 26.900 emplois en moins.

    Les branches « restauration et hôtellerie» ainsi que «banques, assurances, activités immobilières et services fournis aux entreprises» ont enregistré respectivement des hausses de 16.700 et 14.000 postes.

    Dans le détail, les villes ont connu un accroissement dans les BTP ( 35.000 postes, soit +5,9%). Viennent ensuite, l’industrie et les services avec respectivement 27.000 et 10.000 postes. Dans les activités mal désignées 8.000 postes sont enregistrés. En revanche, le secteur de l’«agriculture, forêt et pêche» a enregistré une forte baisse (6,3%) perdant ainsi 19.000 postes.

    En milieu rural, 62.000 emplois sont recensés dans l’«agriculture, forêt et pêche» et 1.000 dans les «activités mal désignées». Un recul de 36.000 postes dans les «services» et de 16.000 dans «l’industrie» est également relevé. Idem pour les BTP où 4.000 postes sont perdus.




    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page