Le CMDH interpelle l'ONU : Sit-in pour la libération des séquestrés de Tindouf

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 30 Juillet 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Le Centre marocain des droits de l'Homme (CMDH) a organisé, jeudi devant le siège du bureau des Nations unies à Rabat, un sit-in de solidarité pour appeler à la libération immédiate et inconditionnelle des Marocains séquestrés dans les camps de Tindouf.

    Lors de ce sit-in organisé en coordination avec des formations politiques et des associations de la société civile, lecture a été donnée au message qui sera adressé ce vendredi au secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, et dans lequel le CMDH met l'accent sur les différentes formes de torture qu'endurent les séquestrés de Tindouf. Le message souligne que la situation des détenus marocains, dont le nombre dépasse les 400, est "une grave violation du droit international et est en contradiction avec la volonté de la communauté internationale".

    Le CMDH appelle M. Annan à prendre les mesures nécessaires pour assurer la libération immédiate de ces détenus, inciter l'Algérie à adhérer à un règlement définitif du conflit artificiel du Sahara et traduire les responsables de crimes contre l'humanité commis à Tindouf devant la justice pénale internationale.
    Dans une déclaration à la MAP, le président du CMDH, Khalid Cherkaoui Semmouni, a indiqué que son organisation compte organiser prochainement une marche nationale pour attirer l'attention de la communauté internationale sur ce drame et sur la responsabilité du gouvernement algérien quant au règlement définitif de ce conflit artificiel.

    Le secrétaire national de l'association nationale des familles des martyrs et des disparus du Sahara marocain, Brahim Hajjam, a relevé que ce sit-in est un message à la communauté internationale pour sensibiliser à la nécessité de libérer immédiatement et sans condition tous les Marocains séquestrés dans les camps de Tindouf, soulignant qu'il est temps de traduire les tortionnaires devant les tribunaux internationaux.


    Source: MAP.

     

Partager cette page