Le débat continue Par Ahmed R. Benchemsi

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 10 Avril 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    L’Etat de droit, tout le monde est pour. Mais rien n’empêche de critiquer le droit quand il est hypocrite et inapplicable.


    Lundi dernier, Attajdid – le célèbre, quoique très peu lu quotidien du PJD – m’a fait l’honneur de consacrer pas moins de quatre textes différents (le même jour !), à déconstruire mes arguments et ceux de mes amis en faveur de la liberté de mœurs et de conscience : trois éditoriaux plus… un communiqué officiel du MUR, la matrice idéologique du parti islamiste !! Puisque ces gens se sont donné autant de peine, je
    ne peux que leur rendre la politesse. Voici donc leurs principaux “contre-arguments” (en gras), et mes réponses. “Les Marocains qui défendent les homosexuels sont instrumentalisés par certains milieux étrangers qui cherchent à affaiblir le Maroc”. Pendant sa tournée des médias nationaux pour défendre sa cause, Samir Bergachi, leader de l’association gay marocaine Kif Kif, avait déclaré que s’il lui arrivait quelque chose, il invoquerait sa (double) nationalité espagnole pour bénéficier du soutien que l’ambassade doit à ses ressortissants. Depuis, nos islamistes n’en finissent pas d’éructer, dénonçant le retour au système colonial des “protections”. Pour qu’ils soient contents, il aurait fallu que Bergachi, au nom de ses idées, accepte de se faire arrêter et humilier par notre police bien nationale.

    Leur message : “Si tu es un patriote, tu dois te laisser écraser par ton pays. Sinon, tu es un traître”. Le sens du combat de ce jeune homme est d’inscrire son pays d’origine dans la tolérance et le respect de la diversité. Ce sont là des valeurs universelles qui ne s’embarrassent pas de frontières, et à ce titre, des valeurs éminemment modernes. Les contrer par la très éculée “théorie du complot étranger” n’est finalement pas étonnant, de la part de rétrogrades… Soucieux de nous mettre “au pied du mur”, le directeur d’Attajdid a aussi développé cette curieuse comparaison: “Imaginons qu’un militant wahhabiste se prévale de la protection d’une ambassade d’un pays du Golfe pour répandre ses idées… Quelle serait la position de ces gens [qui défendent les “libertés”]??” La condamnation, bien évidemment ! Pourquoi ? Parce que le wahhabisme, ce n’est plus à prouver, a produit des terroristes par centaines et des victimes innocentes par milliers. Citez-nous un seul militant homosexuel qui ait jamais utilisé une autre arme que le verbe…


    “Les défenseurs des soi-disant "libertés individuelles" cherchent à faire pression sur l’Etat et la société, par la menace, pour imposer leurs idées minoritaires”. D’abord, chers amis obscurantistes, la menace, c’est plutôt votre créneau – vous qui rappelez sans arrêt que les “déviants”, sexuels comme religieux, devraient être jetés en prison avant de brûler en enfer. Ce que nous nous contentons de rappeler, c’est que ceux que vous appelez des “déviants” représentent une part importante de la société marocaine, que vous l’admettiez ou pas. Et la société marocaine les a longtemps intégrés, jusqu’à ce que votre irruption sur le terrain idéologique instille la peur et le rejet dans les esprits. Exciter l’Etat et le peuple contre les minorités mènera tôt ou tard à des actes de violence, voire à des lynchages publics (on y a échappé de peu à Ksar El Kébir, souvenez-vous…) Mettre en garde contre cette éventualité qui ne serait bonne pour personne – vous compris – relève-t-il de la “menace” ? Ensuite, si défendre une opinion consiste à vouloir “l’imposer”, alors ça s’applique aussi à vous. Et c’est idiot, de toute façon. La confrontation d’idées, cela s’appelle un débat. J’ajouterai même : un débat démocratique. Je sais que vous avez du mal avec ces notions, mais faites un effort…

    “Ce que ces gens revendiquent, au fond, c’est la non-application de la loi. Ce n’est pas parce que l’Etat a été laxiste, ces dernières années, qu’il faut penser qu’à la base, il est neutre. L’Etat marocain est fondé sur l’islam et en sévissant [contre ceux qui bafouent la loi], il ne fait qu’appliquer le concept d’Etat de droit”. Si l’Etat est officiellement musulman, pour l’écrasante majorité des Marocains (que vous ne représentez pas, ne vous en déplaise), la religion est une affaire privée et son degré de respect est laissé à la libre appréciation de chacun. Les assidus des mosquées co-existent avec les piliers de bars, les familles “respectables” avec les célibataires en goguette, les hétéros avec les homos, les pratiquants avec les non-pratiquants, etc. Si l’Etat est “laxiste”, comme vous dites, c’est parce qu’il n’est pas fou : son souci premier, c’est la stabilité sociale, et le meilleur moyen de la perturber serait de jeter tous les seconds en prison pour faire plaisir à tous les premiers – fût-ce au nom de la loi. Et si ces derniers temps l’Etat “sévit”, c’est parce qu’il pense – à tort – que c’est une manière de vous doubler sur le terrain politique. Oui, sur certains aspects (mais pas tous), la loi marocaine est directement inspirée de la Charia islamique. Résultat : des millions de Marocains la violent tous les jours. L’Etat de droit, tout le monde est pour. Mais rien n’empêche de critiquer le droit quand il est hypocrite et inapplicable. C’est ce que nous faisons, et c’est ce que nous continuerons à faire.


    http://www.telquel-online.com/368/edito_368.shtml
     

Partager cette page