Le double langage des industriels...

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 2 Juin 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Plus de 1.300 tonnes de rejets non traités sont déversées chaque jour dans l’Atlantique à Casablanca, Lorsqu’ils sont sollicités par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement afin de contribuer à des opérations telles que « Plages propres », la majorité des industriels n’hésitent pas à mettre la main à la pâte et surtout à la poche. Pire, certains en profitent pour s’offrir à moindres frais de la publicité aux dépens de l’environnement.


    C’est qu’en réalité, aucun des industriels n’a adopté de véritable stratégie dans ce sens. La preuve, si vous avez un quelconque doute à ce sujet : 1.300 tonnes de rejets non traités sont déversées chaque jour directement à la mer à Casablanca.

    Mais, nos industriels ont une excuse et elle est de taille : jamais, ô grand jamais l’Etat marocain ne les a obligés à se doter d’une station de traitement de leur déchets liquides et aucune loi ne leur interdit de se débarrasser de leur effluents directement à la mer.

    Selon des chiffres communiqués par la Lydec, 1.964 unités industrielles déversent leurs effluents à la mer, soit 80% de l’industrie du Grand Casablanca.

    Toutes sortes d’industries à fort potentiel polluant se débarrassent sans états-d’âmes, sans scrupules et sans foi ni loi surtout d’effluents liquides chargés de colorants industriels, de graisse, d’hydrocarbures inflammables et de substances acides, polluant gravement les eaux marines, endommageant les collecteurs et asphyxiant la biodiversité marine.


    Parmi les coupables de ce crime, on retrouve les industries de la chimie, de la Parachimie, l’Agro-alimentaire, la Mécanique, la Métallurgie et enfin le Textile et le Cuir.

    Le pire, c’est que les effluents sont déversés en permanence et sans arrêt, à un rythme qui menace de mener l’environnement marin de la capitale économique du Royaume vers une catastrophe écologique sans retour.

    Pour avoir une idée précise de cette nuisance, il faut savoir que la charge polluante dans la zone est de Casablanca est l’équivalent de celle d’une population de 6,5 millions d’habitants, soit plus que le cinquième de la population du pays.

    Comme ces rejets sont à dominante industrielle, le rapport de la Demande Chimique en Oxygène (DCO) à la Demande Biologique en Oxygène (DBO) est supérieur à 1,5.

    En effet, la DCO qui est un indicateur de la pollution industrielle dépasse largement la DBO qui sert à mesurer la pollution d’origine domestique. Ces deux variables renseignent sur la quantité d’oxygène nécessaire pour épurer la pollution industrielle est domestique.

    Ainsi, sur les 7 grands collecteurs de la zone est, la DCO est de l’ordre de 891.693 kg/j soit plus que le double de la DBO qui est de l’ordre de, 315.282 kg/j.

    A cela, il faut ajouter des matières en suspension - des substances flottantes non dissoutes - estimées à 152.997 kg/j.

    Certes, la Lyonnaise des Eaux a mis en place un système anti-pollution du Grand Casablanca à travers 3 grands bassins versants équipés chacun d’un système de collecte, de pompage, de prélèvement, de pré-traitement et d’émissaires marins.

    Mais, comme prévenir vaut cent fois mieux que guérir, le meilleur remède demeure le traitement de la pollution à la source.

    Autrement dit, il est devenu vital d’interdire les rejets en mer et d’imposer aux industriels des stations de traitement, ou à la limite de stockage des eaux usées.

    En effet, la pollution marine dont souffre le Grand Casablanca jette un flagrant discredit sur tous les discours portant sur la protection de l’environnement au Maroc.

    A moyen et long terme, cette situation va porter durablement préjudice au tourisme et à l’économie, sans oublier les effets néfastes sur la santé des humains et la diversité biologique du milieu marin. Cette situation est due principalement à l’impunité et l’irresponsabilité des industriels, la complaisance voire l’incurie des autorités et surtout les vides juridiques dont profitent durablement les pollueurs.

    Par Hafid FASSI FIHRI
    Source: L'opinion
     
  2. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    je croyais que les collectivité locale ce son mis d'accord avec les industriels en ce qui concerne ces déchets, mais apparemment non !! [33h]
     
  3. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    je n'etais pas au courant de cette initiative jusqu'a ce je le lise cet article qui ne m'as pas laisse indifferente. aw bach ijam3ou zbel f zen9a jbou franssiss o sbalyoun o ma3raft chkoun o mazala l7ala hiya hiya....7ta lb7er dazou lih!! ca m'enerve!!!!
     
  4. agassi

    agassi Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    le probleme lekbir est dans notre cultutre , a partir du petit enfant qui jette l'embalage du bonbon jusqu'à l'adulte qui ne soucie point et dès qu'un sac de plastique se remplie le jette devant sa porte ou devant celle de son son voisin pour s'épargner l'odeur et la saleté. et tant qu'il n'y a pas une politique ou une loi qui interdit et qui punit toute personne agissant ainsi, le probleme restera.
    l'industriel ne va pas dépenser de l'argent pour traiter des dechets, pourquoi faire??!! lui il va vivre une centaine d'années maximum. en aucun cas ca ne va le deranger par contre vider ses poches ...
     
  5. kifache

    kifache Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    choufou haniatoune ana nhare nkoune ouazire andire des incinerateurs koubare bache brulé ga3e les dechets oualakine je vais commencé par bnademe houa louale 7ite houa lmouchkila, aou ty7ate zbale goudame lbabe dial jarou,3ire 3la hadi kase imahe ly3dame:).
     
  6. FoX

    FoX حديدان آل نهيان Membre du personnel

    J'aime reçus:
    164
    Points:
    63
    Hadchi wa9e3 7it casa kat6ewwer deghia ou ta6awor dial8a matab3inouch des mesures envers l'environnement ...

    Ou wakha koune kanou les mesures ghadi yeb9a 8adchi les usines f casa gharad8oum lwa7id 8ouwwa rba7 ...

    Kantfekker yamate kent sghir kan sayyed 7da la plage n9iyya dial casa kanayyed l7out btabi3t l7al ;-)

    @Kifash matkhafch ghir douze ghadi nsewwet 3lik a condition tebda bwa7d jartna 9dima kant kaddir 8ad l9adiyya lli dwiti 3li8a
     

Partager cette page