Le e-recrutement adopté par la société marocaine

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 17 Mai 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    C’est le 14 février que le premier portail de l’emploi ReKrute.com fut lancé au Maroc. Au c½ur de l’initiative, Alexandra et Philippe Montant. Ce couple français qui a grandi au Maroc a décidé de revenir au pays de son enfance pour lancer un tel projet. Après à peine trois mois d’activité, l’engouement pour ce nouveau procédé de recrutement est aujourd’hui identifié. Les chiffres en témoignent. Car l’ère du e-recrutement est rentrée dans les habitudes marocaines.

    Développé spécifiquement pour le marché marocain, le site a pour but de permettre aux entreprises de diffuser leurs offres d’emploi, de dénicher les perles rares dans une CVthèque actualisée. Les décideurs ont également la possibilité de communiquer sur leur politique en ressources humaines. Pour l’heure, le trafic moyen sur le portail a atteint plus de 3.500 candidats. 60.000 pages ont été visitées par jour, en croissance régulière, dont 25 % en provenance de l’étranger.

    Près de 12.000 candidats se sont inscrits sur le site et plus de 6.500 curriculum vitae sont désormais référencés dans la CVthèque. « Ce score reflète l’engouement des candidats et des entreprises pour le media Internet et la mise en relation au travers d’un media de qualité », affirment les concepteurs de ReKrute.com.

    « Les candidats qui utilisent le portail ont un profil plutôt haut de gamme, de cadre à cadre supérieur. 67 % des abonnés ont un niveau d’études supérieur à Bac+3, 37 % ont plus de 3 ans d’expérience et 40 % du total sont en poste ». Bref, une large audience enregistrée par le site et ce, même auprès des cabinets de recrutement, des multinationales, des grands groupes nationaux et des PME. Depuis le lancement, ReKrute.com a diffusé plus de 230 offres d’emploi pour un total de 63 entreprises pour ne citer que Valeo, Dell, Western Union, L’Oréal, CFAO, Bull, Argaze, BPI Optimum Conseil, Eumatech, l’Agence Vitae Conseil...

    « Plus de 92 % des entreprises ayant utilisé les services de ReKrute.com ont recruté durant les quatre semaines de diffusion de l’offre, réduisant ainsi par trois leur délai de recrutement ». Reste à faire passer la pilule chez les différents cabinets de recrutement. Car l’utilisation d’un tel portail induit des changements des méthodes de travail chez les consultants.

    « En fait, si la vingtaine de petits cabinets de recrutement ont facilement adopté nos prestations, les plus grandes structures demeurent plus réticentes. Ces dernières fonctionnent encore de manière traditionnelle. En fait, la prestation proposée par le portail permet, au-delà d’accéder à la base de données CV, de sélectionner les profils selon des critères précis. Mais cela remet en cause leurs méthodes de productivité », explique Philippe Montant, DG de ReKrute.com. Concrètement, le site a été conçu sur la base de près de huit critères permettant un filtrage selon, entre autres, les compétences linguistiques, l’expérience professionnelle...

    « Cet outil de productivité permet une sélection rapide de profils pour un poste donné. Et c’est bien pourquoi les nouveaux cabinets de recrutement, qui ne disposent pas forcément d’une large équipe de consultants, sont intéressés par ce nouveau moyen. Ils pourront, en effet, prendre plusieurs missions au même titre que les grandes structures ». Un tel portail devrait en somme - et compte tenu de ces résultats - accélérer le processus de placement et contribuer à la redynamisation du marché de l’emploi. Le bilan a également permis de décliner la tendance du marché de l’emploi. Premier constat : le métier des Ressources Humaines (RH) est le plus avide de compétences.

    « Les entreprises ont pris conscience de la nécessité de renforcer leurs équipes RH pour se préparer aux défis de demain, à savoir la concurrence internationale, le développement des personnes, la fidélisation des salariés, la nécessité d’attirer les meilleurs profils pour accompagner leur développement ». Dans le domaine des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication), ce sont les informaticiens maîtrisant des langages tels que le JEE ou DotNet. Viennent ensuite les domaines de l’audiovisuel et de la qualité.

    Par ailleurs, le profil du commercial de haut niveau est toujours prisé par les chefs d’entreprises. Il en est de même pour les ingénieurs maîtrisant les technologies de pointe. L’analyse du trafic enregistré sur le portail a permis également de déceler que « de plus en plus d’entreprises recherchent des profils marocains pour l’export, essentiellement le Maghreb et l’Afrique ». Elles ont représenté, ces trois dernier mois, 10 % des offres enregistrées sur le portail. A titre d’exemple, un groupe gabonais, réalisant près de 150 millions d’euros de chiffre d’affaires par an, est demandeur aujourd’hui de profils marocains.

    Cerise sur le gâteau, la promotion de la coopération Sud-Sud devra tenir en compte de cette nouvelle donne. Une donne qui ne cessera d’ailleurs d’évoluer favorablement. Sur un autre critère, en l’occurrence, celui de la mobilité, 95 % des candidats inscrits sur le portail ont répondu favorablement. « Ce facteur ne semble plus représenter un frein comme jadis. Sauf que les compétences qui ont répondu favorablement correspondent à des profils de cadres et de cadres supérieurs », explique l’expert.


    Une nouvelle tendance qui devra toutefois être vérifiée au cas par cas. Les nombreux chantiers lancés à travers le pays devront le démontrer. Car ils devront recruter des profils pointus et de responsabilité. La sélection rapide et efficace est donc essentielle.

    Et l’Entreprise marocaine devra se donner les moyens d’y parvenir. Sa mise à niveau en dépend.

    Dounia Essabban | LE MATIN
     

Partager cette page