Le fils de Villiers renvoyé aux assises pour viol sur son frère

Discussion dans 'Faits divers' créé par Serviteur, 27 Mai 2010.

  1. Serviteur

    Serviteur Visiteur

    J'aime reçus:
    179
    Points:
    0
    Laurent de Villiers avait déposé plainte en 2006 contre son frère aîné Guillaume pour des faits qui auraient été commis pendant leur enfance. Il vient d'être renvoyé devant la Cour d'assises des mineurs des Yvelines.

    C'est un nouveau rebondissement dans la procédure judiciaire pour viol opposant deux fils de l'eurodéputé Philippe de Villiers. Guillaume, 31 ans, accusé de viols par son frère cadet Laurent alors qu'ils étaient adolescents, va comparaître devant la cour d'assises des mineurs des Yvelines. Ainsi en a décidé le juge d'instruction de Versailles, cette décision allant à l'encontre des réquisitions de non-lieu pour «charges insuffisantes» rendues fin mars par le procureur.

    Selon le site du Point, l'ordonnance de renvoi du juge Bergès datée du 21 mai fait état de faits de «violences, contraintes, menaces» et d'«actes de pénétrations sexuelles, de fellations, de sodomies » qui auraient été perpétrés par Guillaume de Villiers à l'encontre de son frère cadet, Laurent de Villiers, «entre le 1er janvier 1995 et le 13 décembre 1996». L'aîné avait alors 16 et17 ans, et le plus jeune 10 et 11 ans.

    L'avocat de Guillaume de Villiers, Me Alexandre Varaut, a annoncé mardi qu'il avait «immédiatement formé appel de la décision du juge d'instruction» estimant que «la motivation retenue par le juge est étonnamment sommaire, comme s'il n'y avait pas eu quatre années d'instruction». L'avocat de Laurent de Villiers Me Jean-Marc Fédida n'a pas souhaité faire de déclaration publique au figaro.fr. Il avait toutefois souligné en mars que «cinq expertises psychiatriques concluaient à l'extrême crédit des déclarations» de son client.


    Revirements


    Agé aujourd'hui de 25 ans, Laurent de Villiers avait déposé plainte pour viols en septembre 2006 contre son frère aîné, qui avait été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Le président du Mouvement pour la France (MPF) Philippe de Villiers avait à l'époque dénoncé une «machination» visant à «déstabiliser (s)a candidature à l'élection présidentielle» de 2007. L'élu souverainiste avait présenté son fils Guillaume comme un homme «au-dessus de tout soupçon» et son cadet Laurent comme «un garçon d'une grande qualité morale», tandis que son entourage le qualifiait de «personnalité fragile».

    En 2007, revirement de Laurent, qui écrit une lettre au juge d'instruction de l'époque pour indiquer qu'il ne « souhaite pas donner suite à la plainte déposée par ses soins contre son frère », disant faire « le choix d'une réconciliation familiale ».

    Quelques mois plus tard, un nouveau juge d'instruction, le juge Bergès, est chargé du dossier et interroge Laurent sur les raisons de ce désistement. Le jeune homme décide alors de revenir sur le contenu de sa lettre et réitère ses accusations en novembre 2008 lors d'une confrontation avec son frère en présence du magistrat. La procédure se poursuit alors, jusqu'au renvoi devant les assises vendredi dernier.

    Consultant pour le développement international des entreprises, marié et père de trois enfants, Guillaume de Villiers a toujours nié les faits que lui reproche son frère. Laurent de Villiers, également marié et père d'une petite fille, vit dans le Nebraska où il travaille dans un magasin de vins.

    Source : Le Figaro

    looooooooool, Philippe de Villiers la ramènera moins ... ce pauvre raciste qui critique l'islam aurait dû faire attention à ses enfants et leur inculquer les règles basiques de la morale <D .
     
    1 personne aime cela.

Partager cette page