Le groupe H.Kayne fait vibrer Mazagan

Discussion dans 'Art' créé par Le_Dictateur, 3 Juillet 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    [​IMG]

    Une fête de la musique dédiée à un style bien en vogue
    Samedi soir était une nuit exceptionnelle pour El Jadida, ses habitants ainsi que ses visiteurs. La ville a célébré pendant toute la nuit la fête de la musique, une initiative prise par l'alliance franco-marocaine.

    Les jeunes et les moins jeunes venaient de toutes les directions vers le parc Mohammed V, la place historique du centre-ville qui a connu une ambiance particulière à l'évènement. Pour cette soirée, les organisateurs ont décidé d'offrir au public « jdidi » une soirée 100% underground avec à l'affiche le groupe H-Kayne.

    Les rappeurs meknassis n'étaient pas les seuls à se produire puisqu'ils ont partagé la scène avec des jeunes groupes locaux dont Wanga Fusion, Echihab et Strange feelings. Comme quoi, la fête de la musique appartient à tous les musiciens, mais elle est offerte principalement à la population qui en a bénéficié gracieusement.

    La présence a ainsi pu découvrir en premier lieu Echihab dont la musique rejoint celle des Ghiwane et de Lamchaheb. «Nous chantons pour la paix. Les sujets qui alimentent nos titres sont les problèmes que vivent l'humanité en général et le peuple arabe en particulier, ainsi que les problèmes sociaux au Maroc comme la pauvreté, l'immigration, etc. », explique Larbi Ensser, leader du groupe. Des paroles engagées, des rythmes tribaux et des rimes incisives sont l'alliance qui fait la transe d'Echihab.

    Avec leur mandoline, leur tam-tam, leur castagnette et leur «bendir »…les musiciens talentueux ont réussi à faire vibrer le public sur un mélange de sons purement marocains et d'autres venus d'ailleurs. Après leur participation à « Génération Mawazine », le groupe sillonne le Maroc pour faire voyager sa musique en
    attendant de sortir son premier album.


    Autre groupe, autre style. Et ce sont les Strange Feelings qui montent sur scène. De Tracy Chapman à Keziah Jones en passant par Robert Craig, les musiciens parcourent le répertoire des grands du Rock pour présenter une sélection riche en sens et en sons pour un maximum d'émotions. «Les titres que nous choisissons de reprendre traitent de thèmes philosophiques, ils racontent la souffrance, la pauvreté, la marginalisation… », déclare Najib Slimane, un des membres du groupe.

    En plus du style ghiwani d'El Mchaheb et le Rock mélodieux des Strange Feelings, la fusion était également à l'honneur avec le groupe Wanga Fusion. Leur musique est un mélange de rythmes venus des quatre coins du monde, avec une empreinte clairement marocaine.

    Tenu en haleine, le public, qui a atteint 40.000 personnes, ne cessait de réclamer le groupe du «Rap vert et rouge». Connaissant les titres par cœur, les fans impatients de H-Kayne fredonnaient déjà les refrains des chansons de leurs stars nationales favorites. Enfin, les quatre rappeurs meknassis accompagnés du DJ Key rentrent sur scène.

    Avec leurs pantalons Baggy, leurs pulls extra larges et leurs accessoires qui nous rappellent les jeunes des ghettos américains, les prodiges du rap ont réussi à séduire le public sur tous les plans. Energie débordante, jeux de scène, danse cadencée sur les «scratchs» des platines du DJ sont autant de techniques exploitées par les artistes pour enflammer la scène. «Issawa Style», «Laâfou»,… des titres anciens et d'autres récents ont été magnifiquement interprétés par les chanteurs. Le groupe qui s'est produit pour la première fois à El Jadida se dit très heureux de sa présence.

    « Ça nous fait plaisir de se produire à chaque fois dans une nouvelle ville, surtout devant un si grand nombre de spectateurs », dit Hatim, l'un des membres.H-Kayne et les groupes qui se sont produits ce soir à El Jadida ont en effet réussi à battre tous les records puisque c'est la première fois qu'un nombre si important de spectateurs se réunit au parc de la ville. Les « Jdidis » qui n'ont pas toujours l'occasion de vivre des évènements pareils ont montré un grand engouement pour le concert de samedi.

    Il faut dire qu'El Jadida, véritable pépinière d'hommes de théâtre, de musique, de littérature… est en léthargie culturelle depuis des années. Le fameux cinéma Marhaba a cédé sa place à un centre commercial qui porte le même nom, le théâtre municipal, est souvent fermé. Seule institution en activité, la maison des jeunes qui, elle, n'abrite que les rares activités culturelles organisées par l'alliance franco-marocaine de la ville.

    Que font les
    autorités locales alors ? Une question qui reste sans réponse en attendant les prochaines élections…
    ---------------------------------------------------


    “Nayda” dans tous ses états
    -Qui dit concert, dit anarchie. Lors des concerts gratuits, certains de nos jeunes deviennent totalement incontrôlables.

    Ils profitent en effet de ces moments de liesse pour s'autoriser tous les excès. Alcool, consommation de drogue, drague de filles qui devient souvent de l'harcèlement sexuel, vandalisme, racket … Autant de folies que se permettent nos jeunes quand ils regardent des spectacles dans la rue. Le parc d'El Jadida n'a pas échappé aux déboires des jeunes délinquants puisque ces deniers ont réussi plus d'une fois à troubler la sécurité.

    Celle-ci, malgré le nombre élevé de ses agents, a été incapable de maintenir l'ordre. Décidément, ni les gens ni les forces de l'ordre ne sont encore habitués à apprécier correctement ce genre de spectacles.


    Khadija Smiri | LE MATIN
     
  2. midou0028

    midou0028 Salam...Namaste

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    wahya wahya [22h]
     

Partager cette page