Le "hameçonnage" menace dangereusement l'internet

Discussion dans 'Scooooop' créé par MaRaWaN, 21 Mars 2006.

  1. MaRaWaN

    MaRaWaN Membre exclu Membre du personnel

    J'aime reçus:
    48
    Points:
    0
    43% des adultes US ont fait l'objet d'au moins une tentative d'"hameçonnage" via internet, selon une enquête First Data


    Définition du "hameçonnage" ou "Phishing": un courriel douteux qui semble authentique vous demande vos coordonnées bancaires pour vérification d'un possible piratage de votre compte.

    Lors du premier semestre 2005, il y a eu 7,92 millions de tentatives de "Phishing" par jour (5,7 millions lors des 6 mois précédents), annonce un rapport de Symantec.

    Environ un Américain sur vingt, soit 4,5 millions de personnes, a fourni les informations demandées, a précisé First Data.

    D'après Arthur Wong, vice-président de la société de logiciel de protection Symantec, cette activité associée à d'autres formes de fraude " représente le plus grand risque pour les consommateurs et l'avenir de transactions en ligne".


    Les auteurs des messages s'attaquent principalement aux utilisateurs des sites les plus connus comme eBay et du site de paiement en ligne Paypal, mais contactent maintenant même les banques régionales américaines ou les mutuelles.

    Ces risques de fraude ou d'usurpation d'identité ont amené bon nombre d'Américains à un changement de comportement.

    Ainsi, un sondage effectué par Consumer reports, une association nationale de défense des consommateurs, a révélé que 9 Américains sur 10 âgés de plus de 18 ans et utilisateurs de l'internet ont modifié leur comportement, alors que 30% ont réduit le temps passé en ligne.

    Selon un autre organisme, eMarketer, un tiers des Américains refusent de faire des achats en ligne de peur de se faire voler ou de voir leurs données dérobées.

    Forts des numéros de sécurité sociale ou d'autres informations confidentielles, les fraudeurs peuvent ensuite ouvrir des comptes au nom de leurs victimes et demander des crédits, voire préléver directement des sommes.

    "Les victimes indiquent en moyenne une perte de 600 dollars, mais  si leur numéro de sécurité sociale tombent dans le domaine  public, c'est toute la protection de leur vie privée qui est menacée", souligne Susan Grant, directrice de l'Association nationale des consommateurs.
    source:france3
     

Partager cette page