Le Livre blanc accusateur

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 24 Juillet 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    D'anciens cadres de l'IER montent au créneau pour fustiger la gestion administrative de l'Instance.
    Mercredi dernier, quatre anciens cadres du « Comité de suivi des victimes de l'IER », Naima El Kallaf, Abderrazak Wiam, Hakimi Belkacem et Khalid Ouassou, ont fait le procès de l'Instance. Ils ont opposé au travail de l'IER, un « livre blanc », « pour une équité et une réconciliation véritables ». Ils ont tenu à dénoncer la mauvaise gestion des dossiers des victimes des années de plomb par les différents services de l'instance.
    D'abord, le manque de professionnalisme dans la gestion administrative qui serait marquée par le sceau de « l'amateurisme, du clientélisme et du mauvais traitement des employés ». Pas d'attestations de travail ni de congés annuels. Plusieurs employés n'ont pas été inscrits à la CNSS et n'ont pas été indemnisés pour les heures supplémentaires. En somme, Hakimi et ses collègues accusent l'IER d'avoir transgressé le code du travail. Ces accusations ont été étayées par trois témoignages d'employés licenciés par l'IER. Une ex-employée de l'équipe des investigations déplore le fait qu'elle travaillait de longues heures, parfois jusqu'à 22h00, pendant les week-ends et les jours fériés sans jamais recevoir de compensation pour les heures supplémentaires. Une autre déclare avoir travaillé sans contrat et avoir été licenciée quand elle a insisté pour obtenir son contrat de travail. Et le troisième, un agent de service, avance avoir reçu l'ordre, à maintes occasions, d'effectuer des services personnels pour les membres et quelques cadres de l'IER !

    Traitements des dossiers bâclé

    Les reproches de ces anciens cadres ne se limitent pas au registre personnel. Ils en veulent également aux membres de l'Instance pour les erreurs contenues dans la base de données. Cette situation serait due au traitement bâclé des dossiers des victimes. Il est question d'imprécisions dans les notions de « disparition forcée » et de « détention abusive ». « C'est à cause du recrutement d'un groupe de personnes non formées aux méthodes d'analyse de dossiers de violations des droits humains, que l'IER se retrouve maintenant avec des dossiers incomplets et non normalisés », précise un membre du Comité Il y a aussi les visites de terrain qui n'ont pas été systématiques. Ces visites sont incontournables pour relever les particularités de chaque région et compléter les dossiers mal construits. « Même les visites de terrain qui ont eu lieu ont été menées dans de mauvaises conditions », insistent les rédacteurs du « Livre blanc ». Les auditions publiques n'ont pas échappé aux critiques de ces anciens cadres de l'IER. Selon eux, l'improvisation dans l'organisation des auditions publiques a été flagrante. « Plusieurs témoins n'ont été avisés qu'à la veille de la date de l'audition. D'autres ont été approchés pour changer leur témoignage, ce qui les a forcément dénaturés », précise-t-on dans le rapport.
    « Plus encore, aucune assistance médicale n'a été dispensée sauf dans des cas très limités », ajoute-t-on dans le même rapport. Le « comité de suivi des victimes de l'IER » ne s'est pas limité à critiquer. Il a aussi proposé des solutions à ces dysfonctionnements. « Le livre blanc » présente des approches pour une meilleure organisation des données et des méthodes de normalisation pour éviter les failles et les doubles emplois. Malgré cela, les ingénieurs du « Livre blanc » ont encore l'espoir qu'une Instance plus efficace est encore possible. « L'expérience de l'IER, malgré ses limites et ses défaillances, reste positive. Elle a permis d'ouvrir un débat sur les violations graves des droits humains qu'a connues le Maroc. Mais pour qu'il y ait une véritable démocratisation, ses dirigeants se doivent d'être indépendants et non compromis », conclut M. Belkacem.



    Par: Amal El Atifi
    Source: Le JOURNAL HEBDO.
     
  2. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Re : Le Livre blanc accusateur

    ce comité ne donne mm pas le droit a ses propres auxiliaires alors je vois pas comment ils peuvent rendre cette dignité perdue au victimes des années de plomb ? ils ne paye mm pas les heurs sup au employé et pas de CNSS en plus 3ada il vont penser a donner une compensation décente au victimes !! ppppfffff
     
  3. YSF

    YSF Khasser

    J'aime reçus:
    109
    Points:
    63
    Re : Le Livre blanc accusateur

    merci pr ses infos fréro [06c]
     

Partager cette page